Skip to main content

Full text of "Magasin de zoologie, d'anatomie comparée et de palaeontologie"

See other formats


S*1 
- y* 






►1 



* 












4 



i g 



EV &35~6.& 



t&liJù^.ytté* 







wmfssmw mm 






tvi 







1 






t &r 






Si ^^ 






^CT^ 


\ Hfl 


Va 




Ikfl 


WÊÊÊk. 1ml 








\^*>^^. 


-— jlTwsl^ 



MAGASIN 



DE 



ZOOLOGIE 



Les articles de la deuxième série ont été fournis par 



MM. 



fiOISSONNEAU. 

de boissy. 
de Brème. 

BuQUET. 
BuRMEISTER. 

Caillaud. 

DE CaSTELNAU. 

Chenu. 

Chevrolat. 

Ad. Delessert. 

Deshayes. 

Desjardins. 

Desmurs. 

Dos m et. 

Dupont. 

Dcvernoy. 

Feisthamel. 

Fischer de Waldheim. 

de Fréminville. 

Isid. Geoffroy Saint-Hilaire. 

Gerbe. 

Germar. 

Gervais. 

Gory. 

GoUBOT (JUST.). 

Guérin-Méneville. 

Guichenot. 

Hope. 

Jay. 

KlENER. 

DE LAFRESNAYE. 



de laizer. 
Alex. Lefebvre. 
Lesson. 

LlÉNARD. 

de Longuemare. 

Manneriieim. 

Maravigna. 

Marc. 

Michelin. 

Mielet. 

de Parieu. 

Parzudaki. 

Pecchioli. 

Pe rcberon. 

Petit de ea Saussaye, 

PlCTET. 

de quatrefages. 

Quoy. 

Reiche. 

Récluz. 

de Romand. 

Roivdani. 

Emmanuel Rousseau. 

scheegee. 

de Sélys-Longchamps. 

schiodte. 

BG SpINOEA. 

Temminck. 
Yanderhoeven. 
Verreaux (Jules). 
Westwoob. 



imprimerie de m™ 6 v e bouchard-huzard , 
rue de l'éperon, 7. 



MAGASIN 



DE 



ZOOLOGIE, 



D'AMTOMIE COMPAREE 



ET 

DE PALEONTOLOGIE, 

KE©IUIIfllL 

DESTINE A FACILITER AUX ZOOLOGISTES DE TOUS LES PATS LES MOYENS DE PUBLIER LEURS TRAVAUX, 

LES ESPÈCES NOUVELLES Qu'lLS POSSEDENT, ET A LES TENIR SURTOUT AU COURANT 

DES NOUVELLES DECOUVERTES ET DES PROGRES DE LA SCIENCE, 

par II. F.-E. €»iaéa*iii - jUéneville. 



DEUXIEME SERIE. — CINQUIEME ANNEE. 
ANNÉE 1843. 



PARIS , 

M- V e ARTHUS BERTRAND , LIBRAIRE , 

ÉDITEUR DES NOUVELLES ANNALES DES VOYAGES . 

23, RUE HAUTEFEU1LLE. 
1843. 



TABLE DES ANNEES 

1839, 1840, 1841, 1842 et 1843 

DE LA DEUXIÈME SÉRIE. 



MAMMIFERES. 



Planches. 

Centetes armatus. . 1839. 2. 

• — . setosus iS3g. 1. 

Dactylomys typus 1 84o . 20 . 

Echimys albispinus i84o. 26. 

— hispidus i84o. 27. 

— setosus i84o. 25. 

Ericuhjs nigrescens i83g. 3 et 4. 

Feeis senegalensis 1839. 10. 

Gaeidja concolor 1 83g . 1 5 . 

— elegans i83g. i4et 17. 

— olivacea 1839. 16. 

Gaeidictis striata 1839. 18 et 19. 

ïchweumia albi cauda • 1 83g . 11. 

— albescens 1839. 12 et i3 

Mustela plesictis 1 889 . 5 . 

Nelomys Blainvillii i84o. 22. 

— cristatus. i84o. 21. 

— didelphoides i84o. 24. 

— semivillosus i84o. 23. 

Proteles Laïandii 1 84 1 . 3o . 

Rongeurs épineux . i84o. 28 et 29. 

Sciures Delessertii i842. 3i à 34, 

Sorex (mono^r.) i842. 38 à 64. 

Tarsipes rostratus i842. 35 à 37, 

Urotrichus talpoides. * 1 842 . 55. 

Vespertieio murinus ., 1839. 6 à 9, 

OISEAUX. 

Acanthisitta tenuirostris i842. 27. 

Ardea helias (œuf de Y) i843. 38. 

Catamblyrhynches diadema i843. 34. 

Chloropsis auriventris i84o. 1 7 . 

1843. 15 



1J TABLE 

Planches. 

Conirostr€M albifrons. , » i843. 35. 

Coccoth!:acstes cinerea 1 843 . 3o. 

Cotinga aureo-pectus etarcuata i843. 39 et 4o 

Cotikga lamellipennis 1839. 9. 

Ckotophaga ani (œuf) i843. 36. 

Cyclarhis nigrirostris ,... i843. 33. 

Cypselus leuconotus i84o. 20. 

Dendrocolaptes triaugularis i843. 32. 

Francolinus nivosus i84o. 18. 

Gallirallds brachypterus i842. 24. 

Gïjiraca cinerea i843. 3o. 

Heterorhynchus olivaceus 1839. 10. 

Meeliphaga cincta i84o. 11. 

Meeeithreptus olivaceus 1889. 10. 

Mesites variegata .. .. * 1839. 5 et 6 

Muscicapa variegata j 84o. 19. 

Oriolia Bernieri 1839. 4. 

Ornismya Clarisse i84î. 26. 

— ensifera i84o. i5. 

— heteropogon 4 i84o. ta. 

— micrôrhyncha i84o. 16. 

— Paulinœ. i84o. ï3. 

— Temminckii i84o. i4. 

Orpheus longirostris 183g. 1. 

Orthonyx heteroclytus i83g. 8. 

Ovographie ornithologique i842. 25. 

Passerina Leclancherii i84i. 22. 

Piiilepitta sericea i83g. 3. 

Pica Sanblasiana i842. 28. 

Picus magellanicus i843. 3i» 

Pipra chrysoptera et Candei i843. 44 et 45. 

Peoceus melanoti* , . 1 83g . 7 . 

Rupicola peruviana(œuf) i843. 37. 

Sterna tereticollis i842. 29. 

Sylvia Cetti i84o. 21. 

Tanagra (ramphocelus) Luciaui 1839. 2. 

— nigroviridis i843. 43. 

— Parzudakii i843. 4i. 

— Pretrei i843. 42. 

— Vassorii. i84i. 23. 

POISSONS. 

Cestracion Quoyi i84o. 3. 

Chironectes maculatus i84o. 2. 

Ohthagoriscus lanceolatus i84i. 4. 

Polypteriis senegalus i83ç). r. 

REPTILES. 

Trigonocephalus Lan^bergii i84i . 1 . 



DES ANNÉES 1839 A 1843. iij 

MOLLUSQUES. 

Planches. 

Anomia macrochisma 1 84 1 . 34 . 

A rca trapezia i84o. 21. 

Buccinbm Tinei i84o. 24. 

Bclimus malleatus et fulguratns. . , i843. 61 et 62. 

— powisianus,subsemiclausus, Goudolii. i843. 65 à 67. 

— succineoides « i84i. 3i . 

Caracolla subplanata i843. 08. 

CARDicMcaliforniense i84i. 47. 

— Laperousii i84i, 48. 

Castalia Duprei i843. 77 à 78. 

Chironia Laperousii i84o. 12. 

Clavagella (monogr. des) i842. 4g à 5j . 

Conds Delessertii i843. 72. 

Cyclostoma Cuvierianum. : i842. 65. 

— melanostoma.. . , i842. 56. 

— naticoides , cblatratula i843. 73 et 74. 

Cvpricardia Duperreyi i84 1 . 27 . 

Cytoerea aequilatera 1 84o . 22 . 

DELPHiivciiA Lajonkairii 1 83g . 6 . 

Gastrochoena modiolina 1 843 . 6ç> à 71. 

Hélix nicobarica 1 83g . 3 . 

— Caillaudii i83g. 5. 

— Droueiii et Denainvillierii i83g. 8. 

— Dupetithouarsii i84i . 3o. 

— Leprieurii i84i. 3s. 

— auriculina i84i. 33. 

Limax rustica i843. C3. 

Lbciima cristata.. , j843. 60. 

— corrugata i843. 82. 

Lctraria compressa i83g. 4. 

Mesodesma lata i843. 80. 

Mitra Santatigeli 1 84o . 23 . 

Modioea cultellus i84o. i3. 

Murex Cleryi i842. 54. 

— macropterus ,. i84i. 38. 

Natica Reclusiana 1 84 1 . 37 . 

— jantbostoma i84i . 45. 

— sanguinolenta i84i. 46. 

Paludina decipiens 1 843 . 63 . 

Petricola arcuata i84o. ig. 

— Cordierii j84o. 18. 

— cylindracea i84o. 20. 

Pholas concomerata i84o. 17. 

— Janelli :84o. i4 à 16. 

— spathulata 1 843 . 7g. 

Pleurotoma sinistralis i83g. 1 . 

— Desbayesii i84o. 11. 

— Kienerii i84o. 10. 

Psammobia orbicularis i83g . 7 . 



1T TABLE 

Planches. 

Pupa arataet Jehennei i843. 75 et 

Pcrpura albo-marginata i84i, 44. 

— emarginata i84i. 25. 

— Freycinetii < . . 1 84 1 . 26 . 

— iodostoma i842. 58. 

Rostellaria Powisii l842. 53. 

Saxicava legumen i84i. 29. 

— pholadis... i84i. 4o. 

Siphoiyaria scutellum , i84i. 35. 

SoEEivMicliaudii 1839. 2. 

Tellina ligamentina 1 8 4 a . 81 . 

Terebratuea lenticularis i84i. 4i. 

— zelandica i84i. 42. 

Turbo Jourdain i84o. 9. 

— digitatus , i84i. 36. 

Unio bigerrensis et manca i843. 64. 

Veeutina Mulleri i84i. 28. 

Vemerupis Petitii « i84i. 3g. 

— gigantea i84i. 43. 

Vitrina sigaretina i842. 5g. 

Yoluta Delessertiana i842. 57. 

ANNÉLIDES. 

Aonia foliacea , i843. 2 . 

Ecatice zonata. « : i843 . 2. 

Lombrineris pectinifera 1 843 . 2 . 

Maeacoceros Girardi et îongirostris i843. 3. 

PnYtLODocE saxicola 1 843 . 1 . 

/ 

CRUSTACÉS. 

Cerataspis monstrosus 1839. il 

ARACHNIDES. 



Cosmetus flavii inctus i84î . 5. 

Gonyleptes planiceps 1742. 2. 

Phalangodcs anacosmetus i842. 4. 

Saeticus manducator j 84i . 1 . 

STYGNUsinûatus i842. 3. 

INSECTES. 

Adesmia candidipennis i84i. 60. 

— marginipennis « i84i. 61. 

AcANTnopcs splendens 1 84 1 . 68 . 

^ËGOiDusperuviauus # i84o. 29. 

Agrypnijs pictipes i843. 107 a n« 



DES ANNÉES 1839 A 1843. 

Amblvsom a Latreillii 1 84 1 . 

Ammophila cyaniventris i843 . 

— elongata et nitida i843. 

Anodontyra tricolor i84 i . 

Anthia marginipennis 1 83g . 

— costata 1839. 

— Caillaudii , 1889. 

Apis daurica 1 843 . 

Ascal aphu s Napoleo 1 84 2 . 

Asthema fascùita 1 842 . 

Bacteria bogotensis, Roulinii, quiudensis. . . . i843. 

Bolboceras bocclius 1 84 1 . 

Bombus melinoides i843. 

Bombyx cinnamomea et socialis 1889. 

— affinis et dedecora i83g. 

Buprestides (me' ta m. des) i843. 

Calcar? inhumatus i84a. 

Callipogon Lemoinei i842 . 

Callydrias amphitrite 183g. 

Caeocomds Rreucbelyi i84o. 

— lycius i84o. 

Centrioptera caraboides 1 843 . 

Centrotus horrifîcus 1 84i . 

Cercoptera Banonii 1 889 . 

Chelocheircs atroxv 1889. 

Chryseida superciliosa , . i84o. 

Cicinuela serea 1 84 1 . 

— Douei i84o. 

— humeralis 1 84 1 . 

— radians....'. i84i. 

Ceercs mexicanus, assimilis, venator, nigro- 

maculatus, Siibermannii, quadrinotatus, zé- 
bra, albo-fasciatus et nitidus i843. 

Cordulia splendens 1 843 . 

Crambus concinnalis 1889. 

Ctemoscheecs Goryi 1 84 t . 

Ctenodactyla bicolor i843. 

Cyclous solitarius 1 843 . 

Cylloceria marginator 1 889 . 

— caligata ! 8^9. 

Cymatodera pallidipennis et discoidalis 1 843 , 

Deilephiea eras 1 839 . 

Dendrobias basalis .' 1 84o . 

Deresteaus quadrilinéatus 1 843 . 

Diorymerus Pradieri et lancifer 1889. 

Drimostoma mexicanum i84i . 

Dynastes elephas 1 843 . 

— byllus i843. 

Dytisccs habilis 1 84 1 . 

Enema lnpcrcus et en dy m ion 1 843 . 

Eeeodes gigantea , sulcipennis , pirnelioides. . . 1 843 . 
Eumenes venusta 1 843 . 





Y 


Planches. 




80. 




1 14 à 1 


16. 


1 22. 




81. 




i4. 




i5. 




16. 




122. » 




92. 
9*. 

125. 




7 1 - 




122. 




22. 




23. 




120 et 


121 . 


89. 
98. 
18. 




5o. 




5i. 




126. 




82. 




12. 




27. 

42. 




68. 




45. 




5 9 . 
07. 




107 à 


n3. 


117. 

26. 




69. 




119. 

107 a 


n3. 


9- 




10. 




107 a 


i.3. 


21 . 




33. 




108. 




i3. 




64. 




109 et 


1 10. 


1 1 1 et 


112. 


65. 




107 a 


n3. 


127 a 


129. 



VJ TABLE 

Planches. 

Ecpholus Schœnherii et Chevrolatii i842. 96, 

— Petitii ; Geoffroyi, Tupinierii et Cuvierii. i84î. 97. 

Gausses c^anopterus i84o. 28. 

— biplagiatus i84i. 67. 

Geotrepes Douei i84i. 71. 

Gyretes leionotus i843. 107 à n3. 

GYRiNcsparcus.. i843. 107 à n3. 

Hecathesia thyridion i83g. 21. 

Heeleo cruciatus i84o. 47. 

Heteropaepes pretiosus i843 . 118. 

Hexobon Vontandonii 84i. 62. 

Hyménoptères fouisseurs i843. 1 1 4 à 116. 

— de Russie i843. 122. 

Laccophiles fasciatus i843. 107 à n3. 

Lithosi a liboria 1 8P9 . 26 . 

Lucanes Chevrolatii i84o. 44. 

Lycisca raptoria i84o. 43. 

— Rornandi - i84i. 84. 

Mecosarthron bnphagus i84o. 52. 

Megacephala angustata. .'. 1 84 1 . 55. 

>— impressa i84i. 56. 

Megalocera rubricollis. iS4a. 88. 

Megastyles cruentator 183g. 6. 

Meeecta fasciculata et i4 punctata. . . , i843. 122. 

Melissodes Fonscolombei 1 84 1 . 70 . 

Monomma resinorum i842. 87. 

Myrmecoptera egregia 1 843 . 1 24 . 

Myzine spinosa et arcuata 1 843. 122. 

Necrodes analis i843. 107 à 1 1 3 .. 

NECTANEBusFischeri »84o. 54. 

Osprynchotes capensis i84i. 75. 

Oxygokia dentipennis i843. 124. 

Ozodera xanthospilos i84o. 37. 

Pachyrynch us biplagiatus i842. g5. 

Papieio archidamas 1839. 17. 

Passaees (monographie) 1841 . 77 à 79. 

Paesibes (observations sur les) i84i. 76. 

Pelecinus clavator i842. 93. 

— Guerinii i84o. 4g. 

— polycerator .... i84o. 48. 

— polyturator i84o. 49. 

— Duponchelii et Spinolœ i842. 8G. 

Phaceeeus Latreillei et Dejeanii 1 83g. 5. 

Phoedinus Debauvei i84o. 3i. 

— lanio i84o. 3o. 

— microthorax i84o. 32. 

Phonius sanguinipennis i843. 107. 

Phricobus bislrix i84o. 4o. 

Pieris enarete et ega i83g. 18. 

Poeybeastes Drewseni et alternans i83g. 8. 

— palsemon i83g. 7. 

Pompiees Graelsii et Bretonii i843. n5. 



DES ANNÉES 1839 A 1843. vij 

Planches. 

Pompilus Pauliuierii i843. 116. 

— sesquilaterus et alienus i843. 122. 

Procris mêlas et viridi-pulverulenta 1839. 11. 

Pterel achisus Berteii 1 842 . 1 06 . 

Rhisotrogus dispar i84i. 72. 

Saperda cinerea i84i. 74. 

Satlrma Laplacei i83g . 24 et 25. 

— Perrottelii i843. 123. 

Satyrcs Goctei , 1 83g . 11. 

— Montrolii 1839. 20. 

— singa et philerope 1839. 19. 

Scarab/Eus Jupiter i84o. 46. 

Scolia rufiventris i843. 122. 

Seminota Leprieurii i84o. 4i . 

Smilia bifoliata 1 84 1 . 83. 

Spheniscus ferrura equinura 1839. 4. 

Sphex Paulinierii i843. n4. 

— obscura i843. 122. 

Sphinx Armei 1839. 2. 

Sphoenognathus Feisthamelii i84o. 89. 

— prionoides 1 83g . 1 . 

Stemmodercs singularis i842. 91. 

Stenaspis unicolor i84o. 38. 

— rimosus i84i. 66. 

Stenidia Edwardsii 1 843 . 119. 

Stiphyles quadripunctatus i84i. 63. 

Systropes eumenoides (monogr.) i842. 90. 

Svtaris rufipes i84i. 73. 

Tenthredo nyctea et grossulariae i843. 122. 

Tesserocerus insignis 1 839 . 3 . 

Thynmdes (mate'riaux sur les) i842. 99 a io5. 

Tmesidera rufipenuis i84i. 85. 

Tbachyderes badius. . . e i84o. 36.. 

— blandus i84o. 35. 

— juvencus i84o. 34. 

TRicuoDERESpini 1 843 . u3. 

Trigonalis Hahnii i84o. 53. 

ZOOPHYTES. 

Flabellina Lessonii 1 843. 6. 

Fcivgia distorta i843. 5. 

Gemmipora fungiformis i84o. 2. 

Laminopora contorta i842 3. 

Lichenopora glomerata i84o. 1. 

Myriapora gracilis 1 8 4 2 . 4. 



ERRATA. 

OISEAUX, texte de Ja pi. 26 , lisez pi. 34. 
MOLLUSQUES, texte de la pi. 53, lisez pi. 62. 



OlSLALX, Pt. 30. 1 

G. GROS-BEC. Coccothraustes. ClW. 

(G. GUIRACA. Swainson. S.-G. Piezorina. De Laf.) 

G. cendré. C. cinerea. De Lafr. 

Swainson désigna par le nom générique de Guiraca, qu'il 
changea ensuite en celui de Coccoborus, une partie des Gros- 
becs d'Amérique. Les espèces types sont : le Gros-bec bleu des 
États-Unis, le Gros-bec azulam du Brésil et le Gros-bec rose- 
gorge , qui , réellement , diffèrent assez de notre Cocco- 
thraustes d'Europe, pour avoir autorisé cette séparation. 

Notre nouvelle espèce américaine, rapportée des îles 
Gallapagos par M. Léclancher , alors chirurgien sur la 
Vénus , offre , dans la forme de son bec et de ses pattes , 
des modifications assez distinctes du genre Guiraca pour 
qu'on puisse l'en séparer à son tour, au moins comme 
sous-genre , surtout si , à ces caractères différentiels , il 
s'en joint aussi quelqu'un dans les habitudes. Ce bec, 
effectivement aussi élevé que celui des Guiracas , en diffère 
en ce qu'il est très arqué en dessus et beaucoup plus com- 
primé; et ne peut guère être comparé , parmi les espèces 
américaines, qu'à celui du Père noir {Fringilla noctis), 
espèce toute noire , qui a le devant du cou et des yeux 
roux-cannelle, tandis que les pattes, très robustes/ à ongles 
courts , mais larges et fortement courbés , n'ont guère 
d'analogues parmi les Gros-becs américains , mais bien 
chez le genre Psittacin des Sandwich. On peut dire, enfin , 
que notre nouvelle espèce est un Gros- bec ou Guiraca à 
bec de Père-noir et à pattes de Psittacin. 

ïl se rencontre déjà , dans la famille Tanagridée d'Amé- 
rique , quelques espèces à pattes remarquablement fortes , 
comme chez notre Oiseau , et à bec aussi comprimé quoi- 
que moins élevé, ce sont, 1° Y Esclave des Palmiers (Viel., 
Gai. y pi. 146); le Tanagra rubrigularis ou rubricollis 
1843. 3 



2 Magasin de zoologie. — année 1843. 

'Spix. , pi. 56) , dont wSwainson a fait son genre Lampro- 
ies, et le Tanagra ruficollis (Licht,), Tangara Hirondelle 
(Lesson, Tr.) dont cet auteur fait son genre Cypsnagra 
et Swainson celui de Leucopygia. Il est certain que , si ces 
trois Oiseaux présentent , dans leurs habitudes comme dans 
la grosseur de leurs pattes , quelques caractères particu- 
liers qui en seraient la conséquence et différeraient de ceux 
des autres Tanagridées , leur formation en genres distincts 
de celui de Tachyphone , auquel ils semblaient apparte- 
nir, serait fondée , de même que celle de notre Gros-bec 
à bec comprimé et à pattes de Psittacin le serait aussi, si 
les mêmes différences de mœurs avaient lieu entre lui et 
ies autres Guiracas d'Amérique. Je proposerais alors, pour 
nom de genre , dont il deviendrait le type , celui de Piezo- 
rina (bec comprimé). 

Le Guiraca cinerca , de la grosseur, à peu près, du 
Gros-bec bleu des Etats-Unis , a la queue beaucoup plus 
courte et presque carrée, les ailes plus longues et s'éten- 
dant jusqu'au delà de la moitié de celle-ci; les tarses, les 
doigts et les ongles très robustes et d'un blanc jaunâtre ; le 
bec élevé, très arqué en dessus, comprimé, avec les na- 
rines petites , rondes , percées à égale distance de sa partie 
supérieure, et de sa commissure , cette commissure très 
sinueuse à sa base et à son extrémité ; il est partout d'un 
jaune assez vif. Tout le dessus de l'Oiseau est d'un cendré 
peu foncé. Le front et le tour du bec , excepté en dessous, 
sont noirâtres. La gorge et le devant du cou sont blancs. 
Tout le dessous est d'un cendré blanchâtre, avec les flancs 
un peu plus foncés, l'abdomen et l'anus presque blancs- 
Les rémiges et les rectrices sont gris-ardoise, finement 
bordées de blanc-grisâtre. 

Longueur totale, 15 centimètres. 

Cette espèce a été tuée , aux îles Gallapagos , par M. Lé- 
clancher, qui n'a pu faire aucune observation sur ses 
meeurs. 

DE LAFRESNAYE. 



Oiseaux, Pl. 31. 

G. PIC. Picus. Linn. 

P. de Magellan. P. magellanicus P (King. ia 
ihe ZooL journ. ; 1827, p. 430). P. jubatus 
de Lafr., Rev. zool., 1841 , p. 242. 

Lorsque nous avons publié cet Oiseau dans la Revue 
zoologique, sous le nom de Picus jubatus , à cause de sa 
très longue huppe , nous étions loin de soupçonner qu'un 
Pic à huppe aussi prolongée fût une femelle , et la femelle 
d'une espèce dont le mâle est à peine huppé ; depuis lors , 
nous avons acquis la certitude de ce fait singulier ; et, de 
plus , que l'espèce avait été nommée par le capitaine Ring 
Picus magellanicus. 

La femelle que nous figurons ici est d'un noir intense , 
avec les pennes alaires les plus proches du corps d'un beau 
blanc, ce qui forme une bande blanche longitudinale et 
presque dorsale sur chaque aile ; le pourtour du bec seule- 
ment est d'un beau rouge ; une longue huppe de plumes 
étroites et tombantes sur la nuque , mais se relevant à l'ex- 
trémité , orne sa tête ; son bec et ses pieds sont noirs. L'iris 
est jaune, les couvertures inférieures de l'aile sont blanches, 
avec quelques plumes noires vers le bord. 

Cette espèce présente un caractère tout particulier et 
peut-être unique dans l'innombrable famille des Pics, c'est 
que le mâle porte une huppe beaucoup moins longue que 
celle de la femelle. Il a, du reste, le même plumage, sauf 
la tête et le cou , qui sont rouges. 

Cette espèce habite la partie sud de l'Amérique méridio- 
nale, vers le détroit de Magellan. 

DE LAFRESNAYE. 

1843. S 



Oiseacx, Pl. 32. 1 

G. FICUCULE. Dendrocol aptes. Cuvier. 

P. A TACHES TRIANGULAIRES. D. triailgldcuis. 

DeLafr., Rev. zool. , 1842, p. 134. 

Au milieu des nombreuses espèces du genre Picucule 
répandues sur les deux Amériques et si remarquables par 
le même système de coloration , c'est une bonne fortune 
d'en rencontrer une nouvelle qui puisse offrir, dans cette 
coloration même , des caractères assez particuliers et assez 
distincts pour être facilement reconnue entre toutes les 
autres. 

Le Picucule à taches triangulaires est voisin , par la forme 
de son bec assez court, presque droit, subitement fléchi à 
son extrémité , du Dendrocolaptes turdinu s , Licht. (doubles 
du M. de B, n° 150); mais il en diffère entièrement par sa 
coloration. Tout le fond de son plumage est d'une teinte 
olive beaucoup plus franche et moins nuancée de roux que 
chez toutes les autres espèces, et ce qui le distingue émi- 
nemment , c'est la forme des taches écaiileuses d'un blanc 
teinté de roussâtre pâle, qui recouvrent antérieurement la 
gorge , le cou , la poitrine et le milieu de l'abdomen , et 
qui , au lieu d'être plus ou moins ovalaires ou elliptiques , 
sont triangulaires ou en éventail , la pointe en haut ; elles 
sont , en outre , bordées de noirâtre inférieurement , mais 
non latéralement ; sur le dessus de la tête et du cou elles 
sont, au contraire, réduites à des stries très étroites, ne 
colorant , pour ainsi dire , que la tige des plumes. La queue 
est couleur cannelle, comme chez toutes les espèces, et les 
pointes des rectrices sont allongées et assez fortement ondu- 
lées; les rémiges ont leurs barbes externes d'un olive légè- 
rement brunâtre et les internes couleur cannelle , sauf les 
cinq primaires , qui sont noirâtres intérieurement à leur 
1843. 3 



2 Magasin de zoologie. — amvéu 1843. 

extrémité. Le bec paraît couleur de plomb à sa base et en 
dessus , et plus pâle vers la pointe. Les pattes sont de gros- 
seur médiocre et couleur de plomb. 

Longueur totale , 23 centimètres. 

Longueur du bec depuis l'ouverture , 3 centim. 1/2. 

Cette espèce vient de Bogota, en Colombie. 

Sur vingt espèces de ce genre que nous possédons , c'est 
la seule qui offre ainsi des taches triangulaires ou en éven- 
tail , ce qui nous a décidé à la faire figurer dans le Ma- 



DE LAFRESNAYE, 



Oiseaux , Pi/. 33. 



G. CYCLARHIS. Cyclarhis. Swainson, 

(Fam. Laniad^. Gen. Laniagra, d'Orb. et Lafr. Tangara, 
Buff.) 

Le genre Cyclarhis fut formé primitivement par Swain- 
son , pour recevoir le Tanagra guyanensis de Gmelin , 
Tangara verderoux de Buffon , Pie-grièche sourcil roux de 
Levaillant, Oiseau de transition, mais qui doit entrer, 
commegenre à part , dans la famille des Pies-grièches. 
Swainson ayant supprimé son genre Cyclarhis dans sa 
Classif. ofbirds, et placé l'espèce type dans le genre Falcun- 
culus ( Falconelle) , nous crûmes, M. d'Orbigny et moi , 
devoir en former un nouveau genre sous le nom de La- 
niagra, à cause de ses rapports ou plutôt de ses divers noms 
de Tangara et de Pie-grièche. Le genre ne se composait que 
de l'espèce type, le Cyclwliis verderoux ; nous allons en 
décrire deux nouvelles espèces : 

C. a bec noir. C. nign'rostris. De Lafr. 

C) clarhis nigrirostris , de Lafr. , liev . zool. , 1842 , p. 133 . 

(Fig.33.) 

Il est vert olive en dessus , et cette teinte s'étend jusqu'au 
front , qui est gris. A sa base et au dessus des narines règne 
une bande étroite d'un brun ferrugineux, très foncé, qui, 
de chaque côté, s'étend jusqu'à l'œil et non au delà. Le 
tour des yeux , la gorge , le devant du cou et la poitrine 
sont gris, le reste du dessous est fauve pâle, plus vif sur la 
partie médiane de l'abdomen ; le bec est noir, avec la base 
de la mandibule d'un jaune clair. Long, totale, 15 centim. 

Tl a été rapporté de la Colombie. 

1843. 5 



2 Magasin de zoologie. — année 1843. 

Cette nouvelle espèce , des plus intéressantes dans un 
groupe où il n'existait que l'espèce type , le Tangara ver- 
deroux de Buffon , s'en distingue , au premier abord , par 
son bec moins élevé et moins arqué en dessus , noir, à 
tache basale inférieure pâle; il est, au contraire, couleur 
de chair livide , à tache basale inférieure noir bleuâtre 
chez le premier, par sa bande frontale courte , d'un brun 
cannelle foncé, mais non prolongée, ni d'un roux vif, et 
par d'autres caractères de coloration. 

Une troisième espèce , notre Cyclarhis a ventre jaune , 
Cyclarhis jiavivenlris , de Lafr. , Rev. zool. , 1842, p. 133, 
est beaucoup plus voisine de l'espèce type ; comme elle . 
elle est olive en dessus , avec la tête et le cou gris , îa 
calotte plus ou moins teintée de roux sale , une large bande 
frontale et sourcilière dépassant de bc aucoup les yeux , de 
couleur roux vif; le bec livide à tache basale noir bleuâtre ; 
mais elle en diffère constamment par la couleur uniforme 
jaune-serin vif qui règne sur toutes les parties inférieures , 
depuis la gorge jusque sur les couvertures inférieures de 
la queue. Chez le Cyclarhis verderoux , cette couleur 
n'existe que sur le devant du cou et la poitrine , et quel- 
quefois sur les flancs ; mais le ventre , l'abdomen et l'anus 
sont toujours blancs , plus ou moins teintés de roussâtre ; 
notre Cyclarhis à ventre jaune, enfin , ne se trouve qu'au 
Mexique , d'où il vient constamment , avec cette colora- 
tion jaune uniforme inférieure, tandis que le Cyclarhis 
verderoux se rencontre à Cayenne , au Brésil , au Para- 
guay et dans la Bolivie. 

Les espèces composant aujourd'hui le genre Cyclarhis de 
Swainson sont donc , à notre connaissance , 



1° Le Cycl verderoux, CycL guyanensis , Sw. , Tanagra 
guyanensis , h. ; le Tangara verderoux, Buff. ; Ple-grièchc 
sourciroux , Vaill. , pi. 76, f . 2 ; Laniagre verderoux , 



Oiseaux, PI. 33. 3 

d'Orb. et de Lafr. , Voy . en Am. , Ois. , p. 160 ; Habia 
vert, Azara'. 

2° Le Cycl a bec noir , Cycl. nigrirostris , de Lafr. , Rcv. 
zool. , 1842, p. 133; de Bogota , en Colombie. 

3° Le Cycl. a ventre jaune , Cycl. flaviventris , de Lafr. , 
Rev. zool. , 1842 , p. 133; de Santa-Cruz, au Mexique. 

Les Cyclarbis sont remarquables par leur forme trapue , 
la grosseur de leur tête, de leur bec élevé et très arqué , 
mais très comprimé et n'ayant qu'une très faible échan- 
crure; par leurs tarses et leurs doigts robustes munis 
d'ongles forts et brusquement arqués ; par leurs ailes 
courtes et leur queue moyenne et grêle. Ils offrent les plus 
grands rapports de forme de bec et de pattes avec les Fal- 
conelles de la Nouvelle-Hollande , ce qui avait engagé 
Swainson à réformer son genre Cyclarbis et à les placer 
avec elles ; mais, si la longueur de la queue et des ailes diffé- 
remment conformées de ces dernières, jointe à un habitat 
si distinct , s'oppose à ce qu'on les réunisse générique- 
ment , il est bien certain que ces deux petits groupes doi- 
vent le suivre immédiatement dans la même famille. 

M. d'Orbigny, qui a observé les mœurs du Cyclarliis 

" On sera peut-être étonné de ce qu'à la synonymie du Cycl. ver- 
deroux , au lieu d'indiquer, comme l'ont fait. Azara lui-même, son 
traducteur Sonnini et enfin M. d'Orbigny, le Lindo vert à front roux 
de Fauteur espagnol , nous lui ayons substitué son Habia vert, n° 89, 
p. 223 ; nous ne l'avons fait que parce que , après avoir comparé mi- 
nutieusement les descriptions des deux espèces , nous avons reconnu 
évidemment l'erreur de la première application , tandis que nous 
pouvons certifier l'exactitude de la seconde , qui, jusqu'ici, avait 
échappé, à ce que nous pensons, à tous les ornithologistes. — Les 
couleurs du bec , des pattes et des yeux décrites , sur le vivant , par 
M. d'Orbigny, sont absolument identiques avec celles de l'Habia vei t 
d'Azara. 



4 Magasin de zoologie. — année 1843. 

verderoux, dit que, s'il offre des rapports avec les Tangaras 
par son habitude de se tenir toujours comme eux an som- 
met des arbres, des ravins ou des bois , ne descendant 
presque jamais sur les branches basses , il ne vit pas en 
troupes ainsi qu'eux et se tient , au contraire , isolé ou par 
paires, ne descendant jamais à terre. Toujours en mouve- 
ment, il parcourt toute la coupe d'un arbre , y poursuivant 
les Insectes dont il se nourrit, faisant entendre , à chaque 
instant, un cri assez fort, et, dans certains cas, se cram- 
ponnant aux branches , à la manière des Mésanges , pour 
saisir un Insecte. Il s'approche assez familièrement des ha- 
bitations ; mais il ne se mêle pas aux autres Oiseaux , 
ceux-ci le fuyant sans doute parce qu'il les attaque et les 
poursuit. Un Oiseau de cette espèce, qu'on avait renfermé 
dans une cage avec d'autres Passereaux vivants , à Consen- 
tes , tua , dans la journée , deux d'entre eux , et leur man- 
gea la cervelle. 

11 nous semble que cette preuve d'instinct cruel et car- 
nassier racontée par M. d'Orbigny , et qui place évidemment 
ces Oiseaux dans la famille des Pies-grièches, en fait bien 
plutôt des Pies-grièches-Mésanges que des Pies-grièches- 
Tangaras ; Car, outre que les Mésanges tuent souvent leurs 
compagnons de volière et leur mangent aussi la cervelle , 
les Cyclarhis, dans la forme de leurs pattes , dans leur ha- 
bitude de se cramponner quelquefois aux brandies , habi- 
tude commune aussi aux Falconelles , et dans l'ensemble 
de leur coloration, nous paraissent former avec ces der- 
nières un nouveau groupe de transition des Pies-grièches 
aux Mésanges. 



Oiseaux, Pl. $.&& i 

G. CATAMBLYRHYNQUE. Catamblyrhynchus. 
De Lafresnaje. 

(Bec obtus et comprimé.) 
(Fain. Fringillid^e. S. F. Pyrrhulin^e.) 

Caract. gen. Rostrum brève, arcuatum , valde corn- 
pressum , maxilla? carina supra planulata , utrinque linea 
impressa marginata , apice obtusa , rotundata ; ala? médio- 
cres , obtusse , quatuor remigibus primariis externis grada- 
tis. quarta et quinta longissimis; cauda satis elongata , 
pennis totis gradatis, apice acuminatis , earum pogonio 
externo angusto , recto , interno autem valde dilatato , 
apice rotundato ; pedes fortes , pollice prsecipue elongato , 
ungue valido armato. 

G. diadème. C. diadema. De Lafr. 

Catamblyrhynchus diadema, de Lafr., Rev. zool. , 1842, p. 301. 

11 est , en dessus, d'un gris ardoisé , avec le dessus du 
cou noir; les plumes du front, jusqu'au vertex , sont 
rigides , relevées en forme de brosse , décomposées et 
d'une belle couleur dorée ; tout le dessous et les côtés du 
cou sont couleur brun-marron intense ; le bec et les pieds 
sont noirs. 

Longueur totale , 15 centimètres. 

IJab. Bogota , en Colombie. 

La forme, pour ainsi dire, toute anomale du bec de cette 
1843. 5 v 



2 Magasin ue zoologie. — ainxée 1843. 

espèce de Fringillidée nous a empêché de le placer conve- 
nablement dans aucun des genres déjà existants de cette 
famille, et nous a forcé d'en créer un nouveau dont le nom 
exprime , autant que possible , cette particularité de forme, 
arrondie à l'extrémité comme une cuiller étroite. 

DE LAFRESNAYE. 



Oiseaux , Pl. 35. 1 

G. CONIROSTRE. Comrostrum. D'Orb. 
et Lafr. 

(Fam. Nectarinid^. S. F. Cerebun^e.) 

Nous formâmes ce genre, M. d'Orbigny et moi, dans 
notre Synopsis avium Americœ , deuxième partie, page 25, 
pour recevoir une petite espèce d'Oiseau de Bolivie et du 
Pérou très voisine des Dacnis de Cuvier , mais s'en éloignant 
par une queue et des ailes beaucoup plus développées , un 
bec encore plus grêle , plus comprimé , parfaitement droit, 
en cône allongé et se rapprochant des Guitguits {Cœreba) 
par une langue filamenteuse et des habitudes melliphages 
comme eux. Nous considérâmes donc les Conirostres 
comme des Guitguits ou Cérébinées à bec court et conique, 
les vrais Guitguits {Cœreba) comme des Cérébinées à bec 
arqué , et nos Serrirostres ou Diglossa de Wagler, comme 
des Cérébinées à bec en croc. Les premiers et les derniers 
sont particuliers aux pays voisins des côtes ouest de l'Amé- 
rique du sud et de l'Amérique centrale. 

C. a front blanc. C. albifrons. De Lafr. 

Conirostrum albifrons , de Lafr. , liev. zool. , 1842, p. 301. 

Cette jolie espèce a le fond du plumage noir; une 
calotte blanche couvre entièrement le dessus de la tète jus- 
qu'aux yeux. Les petites couvertures des ailes , les scapu- 
laires , le dos depuis son milieu , le croupion et les cou- 
vertures supérieures et inférieures de la queue sont d'un 
beau bleu de roi luisant. Le dessus du cou , ses côtés et 
tout le dessous , les ailes et la queue sont d'un noir intense, 
sans reflets , le bec et les pattes sont de la même couleur. 

Longueur totale , 12 1/2 à 13 centimètres. 

Habite Bogota , en Colombie. 

1843. G v 



2 Magasin de zoologie. — année 1843. 

Sur des individus , le blanc de la tête est bordé latérale- 
ment de bleu , p ce qui figure des sortes de sourcils, et il est , 
déplus, entremêlé de quelques plumes de cette couleur ; sur 
un autre nous avons remarqué , çà et là , quelques plumes 
vert-olive qui nous font présumer que , dans le premier 
âge, ils sont peut-être de cette couleur, comme les jeunes 

Guitguits. 

Ce petit groupe de Guitguits à bec conique se compose , 

à ma connaissance , de quatre ou , peut-être , cinq espèces, 

qui sont : 

1° C. cendré , C. cinereum , d'Orb. et de Lafr. , Syn. 
avium Americœ , deuxième partie , page 25 , et Voyage en 
Arnér., pi. 59, fig. 1 , qui est gris cendré en dessus , avec 
le dessus de la tête , les ailes et la queue noirs (ces der- 
nières parties marginées de gris) ; un large sourcil et une 
tache oblongue alaire et médiane d'un blanc pur, tout le 
dessous d'un gris lavé , avec le milieu de l'abdomen et l'a- 
nus d'un roux pâle. 

La femelle diffère en ce qu'elle n'a pas de noir sur la 
tête , que ses sourcils , sa tache alaire et tout le dessous sont 
d'un rouSsâtre lavé. 

Hab. Yungas , rép. Bolivienne, et Tacna, au Pérou. 

2» G. couleur de Sittelle , C. sitticolor , de Lafr. , Rev . 
zool. , 1840, p. 102. Tète, devant du cou, poitrine, ailes 
et queue noirs ; dessus et côtés du cou , dos , croupion, pe- 
tites couvertures alaires , extrémité des moyennes et des 
grandes d'un bleu foncé un peu cendré ; ventre, abdomen 
et couvertures inférieures de la queue roux ; bec et pattes 
noirs ; même taille et même forme que le Conirostre à 
front blanc. (Santa-Fé de Bogota, en Colombie.) 

Un individu du même envoi, et que nous croyons 
femelle de cette espèce, est tout gris en dessus, avec le 
front , les sourcils , le|bas du dos et tout le dessous du corps 
d'un brun roux. Si, cependant , il était reconnu comme 



Oiseaux. Pi. 35. -3 

différent spécifiquement , nous le nommerions alors C. roux 
(C. rufiim). 

3° C. a front blanc , C. albifrons y de Lafr., Rev. zool. , 
1842 , p. 301 , et Mag. , pi. 35. (Santa-Fé de Bogota , en 
Colombie.) 

4° C. a front bleu , C. cœruleifrons \, de Lafr., Rev. zool., 
1842, p. 302. Il est couleur olive en dessus , avec le cou 
et la poitrine gris cendré , le front , jusqu'au vertex , de 
couleur bleue, le ventre olivâtre, les rémiges et les lec- 
trices noires en dedans et bordées extérieurement de vert- 
olive. 

Longueur, 11 centimètres. 

Hab. la Colombie. 

DE LAFRESNAYE. 



Oiseaux, Pl. 36. 



OVOGRAPHIE ORNITHOLOGIOUE 1 . 

De là coquille de l'œuf et de sa nature diversement réïr&ctaîre; 
PAP\ M. O. DESMURS. 



À part sa coloration, dont nous nous occuperons dans un 
autre article, la coquille de l'œuf, chez les Oiseaux , varie 
singulièrement d'aspect quant à sa surface extérieure. 

Ainsi elle est tantôt lisse et luisante , tantôt mate et 
unie , tantôt rude et granuleuse, ou piquetée, tantôt d'une 
apparence grasse et oléagineuse , tantôt maculée de protu 
bérances ou boursouflures calcaires, d'une couleur diffé- 
rente du reste de la coquille , et tantôt recouverte d'une 
espèce de pulpe ou couche sédimenteuse. 

Mais ce qui est remarquable , c'est que , sur sept séries 
que l'on peut composer au sujet de la propriété réfléchis- 
sante de la coquille (séries dont nous nous interdisons l'in- 
dication dans le cadre rétréci de ces extraits) , cette pro- 
priété ne se rencontre dans les œufs d'aucun Oiseau 
aquatique ou nageur , dont la coquille , sauf des modifica- 
tions particulières, est toujours mate sans exception. 

Cette différence singulière entre les œufs des Oiseaux 
aquatiques et ceux des Oiseaux terrestres mérite que nous 
cherchions à l'expliquer. Elle se rattache à un principe de 
physique d'après lequel l'aptitude des corps à absorber le 
calorique est en raison inverse du poli de leur surface , 
c'est à dire que plus la surface d'un corps est luisante , 
plus lentement ce corps absorbe le calorique , mais aussi , 
mieux il conserve celui qu'il a absorbé. Or cette facilité 
d'absorption dépend de la nature du poli et de la couleur 
de ce corps En faisant l'application de ce principe à la ma- 

' Voir la cinquième livraison du Magasin de zoologie. 
1843. 



% Magasin de zoologie. — année 1843. 

tière qui nous occupe, nous aurons une explication satis- 
faisante des variations principales que l'on remarque dans 
la facilité plus ou moins grande d'absorption dont est douée 
la coquille de l'œuf des diverses familles d'Oiseaux , et 
nous verrons que ces variations ne sont point un vain jeu 
de la nature, mais qu'elles tiennnent aux modifications 
qu'elle a apportées à la structure de leurs œufs, suivant les 
éléments fréquentés par ces vertébrés et leur manière de 
couver Car c'est dans la différence des éléments où ils vi- 
vent, autant que dans celle du mode d'incubation, que 
l'instinct leur suggère, qu'il faut chercher la cause du peu 
d'uniformité que présentent dans la conformation de leurs 
coquilles les œufs des uns et des autres. 

Les œufs des Oiseaux aquatiques , par exemple , n'ont à 
lutter en général que contre le froid, l'humidité, et rare- 
ment ou presque jamais contre la chaleur ; d'où le peu de 
variété dans la nature et la qualité de leur coquille ; les 
uns, comme les Guillemots et les Pingouins, l'ayant seule- 
ment épaisse , mate et poreuse , toutes qualités qui con- 
courent à la rendre le plus apte que possible à absorber la 
plus grande somme de calorique soit rayonnant , soit la- 
tent; d'autres, comme les Cormorans et les Fous, avec une 
coquille trop mince , quoique mate , l'ayant revêtue d'une 
couche sédimenteuse qui , en obstruant les pores de la co- 
quille par lesquels a lieu l'évaporation , met obstacle aux 
ravages de rhumidilé de l'élément qu'ils fréquentent ; 
d'autres enfin, comme les Oies et les Canards , l'ayant 
uniquement d'une nature grasse et oléagineuse, tout à fait 
antipathique à l'eau. 

Les œufs des Oiseaux terrestres, au contraire, ont plus à 
lutter contre la chaleur que contre tout autre élément. 
Aussi est-ce pour cette raison que c'est chez eux que la co- 
quille est au plus haut degré pourvue du pouvoir réflé- 
chissant, particulièrement chez les Tinamous que nous 
prendrons pour exemple. Ces derniers Oiseaux , qui ne 



Oiseaux, Pl . 36. 3 

pondent et ne couvent que dans les vastes plaines her- 
beuses des Amériques du centre et du sud , la plupart dans 
les régions intertropicales de cette partie du globe, n'au- 
raient pu se contenter pour leurs œufs d'une coquille mate 
et poreuse , sans être exposés à en voir le contenu se dessé- 
cher par suite de l'évaporation si active et si prompte dans 
ces climats, évaporation que n'aurait pas manqué de faci- 
liter encore cette porosité de leur enveloppe si elle eût 
existé. Il y avait donc pour eux toute nécessité de voir 
leurs œufs pourvus d'une coquille éminemment réfléchis- 
sante, d'un côté pour repousser l'action absorbante du so- 
leil , de l'autre , pour ne prendre que modérément leur 
part de l'action régulière de Uincubation. 

Un autre genre d'Oiseaux terrestres , les Anis , exposés 
comme ceux-ci aux mêmes inconvénients résultant de la 
similitude des climats qu'ils habitent, mais ayant de plus à 
lutter contre l'humidité brûlante des localités qu'ils fré- 
quentent pour couver, telles que les savanes et les forêts de 
palétuviers , ont subi dans la structure de la coquille de 
leurs œufs une modification particulière qui se rapproche 
de celle que nous avons signalée dans les œufs des Cormo- 
rans, et qui, ici. est unique dans toute la famille si nom- 
breuse des Oiseaux dits terrestres ou non aquatiques. Leur 
coquille a été revêtue d'une couche crayeuse et sédimen- 
teuse, de même nature que celle qui se trouve sur les œufs 
de certains genres de Palmipèdes , laquelle , en obstruant 
comme dans ceux-ci les pores de la coquille mate par les- 
quels s'effectue l'évaporation , et en retardant l'effet des- 
tructeur d'une perte trop active de calorique , procure le 
même avantage que le pouvoir réfléchissant, et n'en a pas 
les inconvénients , nous disons les inconvénients, car la fa- 
culté de réfléchir s'acquérant aux dépens de l'épaisseur et 
de la solidité de la coquille , il en résulte que celte enve- 
loppe, dans ce cas, en devient plus accessible aux atteintes 
de l'humidité , et plus fragile. Rien n*eût donc été plus 



4 Magasin de zoologie. — a*nék 1813. 

nuisible , pour les œufs des Anis, que d'être pourvus d'une 
coquille luisante : une coquille mate les préserve beau- 
coup mieux de cet inconvénient grave, et la couche sédi- 
menteuse dont elle est munie s'oppose à une évaporation 
abondante que ne manquerait pas d'exciter l'ardeur brû- 
lante de ces climats. 

S'il s'en faut autant que les œufs des Oiseaux terrestres 
présentent la même uniformité dans la contexture de leur 
coquille , c'est que les changements de température sont 
plus fréquents sur les continents , et les climats bien plus 
diversifiés qu'à la surface des mers : ce qui dépend des as- 
pérités dont les terres du globe sont hérissées, aspérités qui 
modifient de mille manières la chaleur et les vents ; au lieu 
que sur les eaux nul obstacle ne s'oppose à une égale répar- 
tition des effets de ces phénomènes. De là cette variété 
dans la structure de la coquille des Oiseaux terrestres : 
entre la coquille des œufs de l'Autruche , du Casoar , de 
l'Outarde ; entre les œufs du Hocco , de la Pintade et des 
Faisans, etc. 

Les idées que nous venons d'exposer sur ce que nous 
appellerons la théorie du pouvoir réfléchissant de la coquille 
dans les œufs des oiseaux , pouvoir si différent chez les Oi- 
seaux aquatiques et chez les Oiseaux terrestres, sont celles 
qui nous ont paru les plus naturelles et de l'application la 
plus générale dans l'état actuel de la science ovologique, 
celles enfin que nous avons cru donner l'explication la plus 
satisfaisante de la présence d'une couche crétacée et sédi- 
menteuse à la surface de la coquille de certains œufs d'Oi- 
seaux. 



EXPLICATION DE LA PLANCHE 36. 

ig. I. OEut'de TAni des Savanes, Crotoplwga Ani , Gmel 
couvert de sa couche crayeuse. 

II. Id. dépouillé de cette croûte. 



Oiseavx. Pi.. 37 

NOTICE 

SUR LE GENRE ORNITHOLOG!QUE RUPICOLE OU COQ DE ROCHE 

et considérations oologiques, 

PAR M. O. DESMURS. 



Nous avons déjà eu occasion de parler de notre collec- 
tion d'œufs d'Oiseaux, que nous n'avons formée, on le sait , 
que dans l'espoir d'y rencontrer des éléments de classifica- 
tion naturelle qui , réunis à ceux déjà admis en Ornitho- 
logie , puissent servir, soit en contrôlant ces derniers , soit 
en les complétant , à éclaircir les points de classification 
obscurs ou douteux. 

Cette collection vient de s'enrichir de deux exemplaires 
aussi rares que curieux de l'œuf de l'une des deux espèces 
du petit genre Rupicole, celle du Rupicole du Pérou, Ru- 
picola peruviana ( Duin. ), que nous tenons avec le mâle , 
la femelle et un jeune, ainsi que le nid, de M. J. Goudot. 
L'étude et l'inspection de ces œufs , dont M. Goudot 
a déjà donné la description dans la Reçue zoologique , 
année 1843 , p. 1 , nous ont inspiré de sérieuses ré- 
flexions sur le rang assigné jusqu'à ce jour par la méthode 
au genre Rupicole. 

Il y a bien longtemps que ce genre a pris sa place dans 
le domaine de l'Ornithologie, dont il n'est certes pas le 
moindre ornement. Mais cette place, que presque tous les 
naturalistes ont jusqu'à présent paru d'accord à lui donner 
dans la Famille des Pipridés, dont il n'est guère permis 
pourtant de le faire le type , lui est-elle définitivement et 
rationnellement acquise ; en un mot, les bases sur lesquelles 
repose cette place sont-elles si solidement établies, qu'il 



2 Magasin de zoologie — amvée J 843. 

n'y ait point possibilité d'en appeler à un nouvel examen , 
pour arriver à un meilleur classement de ce genre si re- 
marquable à tous égards ? 

Nous ne le pensons pas , et ce sont nos doutes que nous 
venons ici soumettre humblement aux Ornithologistes. 

Disons d'abord que, pour ce qui est de la dénomination 
originairement donnée à ce genre , il est arrivé ce qui s'est 
présenté souvent pour la dénomination d'autres genres. On 
est parti d'une idée préconçue , motivée en quelque sorte 
sur l'aspect général de l'espèce découverte la première , 
du Rupicole Coq de roche, Rupicola auranlia (Yieill. ) 
de la Guyane , les uns pour lui donner son nom générique 
de Coq , les autres pour observer ses habitudes au travers 
du prisme de leur imagination ; tandis que , si le hasard 
avait fait découvrir d'abord le Rupicole du Pérou , Rupi- 
cola peruviana (Dum. ), nul doute que le point de départ 
et le terme de comparaison n'étant plus les mêmes, l'esprit 
du premier observateur, libre alors de toutes entraves, 
eût pu s'abandonner avec plus de fruit à l'étude de ce genre 
et lui trouver sa place méthodique véritable. 

C'est ainsi que Barrère, le premier qui ait observé et dé- 
crit l'espèce de Cayenne, R. aurantia ( Vieill. ), demeurée 
jusqu'à ces derniers temps l'unique du genre, voyant cet 
Oiseau orné d'une riche huppe de plumes décrivant un 
demi-cercle perpendiculaire de la nuque à la base du bec , 
avec les couvertures lombaires ou coxales retombant en 
gracieux panache des deux côtés de l'origine de la queue , 
comme chez notre Coq vulgaire ( Gallus Gallorum), n'a pu 
s'empêcher de le lui comparer. De là sa description : Gallus 
férus, saxalilis, croceus, cristam e plumis constructam gerens, 
( Essai sur l'Histoire naturelle de la France équinoxiale ; 
Paris, 1789, in- 8°). Cette dénomination doit d'autant 
moins étonner, d'ailleurs, que c'est celle que les Français de 
la Guyane avaient , par la même raison , donnée et donnent 
encore à cette espèce , qu'ils appellent Coq des Bois et Coq 



Oisicaux, Pl. 37. 3 

des Roches. De là aussi cette mention fidèlement rapportée 
par Buffon sur la foi de M. de Manoncourt (Sonnini), qui 
lui écrivait de Cayenne que cet Oiseau a l'habilude de gratter 
la terre, de battre des ailes et de se secouer comme les Poules : 
ce que nous sommes porté à regarder comme une ampli- 
fication officieuse et jugée nécessaire par ce correspondant 
pour justifier le nom donné par les Créoles à cette espèce ; 
surtout si l'on considère que M. de Manoncourt n'ayant 
fait ses observations que sur un mâle qu'il avait vu dans un 
poste hollandais du fleuve Maroni , qu'on laissait en liberté 
vivre et courir avec les Poules, il lui a été facile de lui attri- 
buer presque les mêmes habitudes qu'à celles-ci. De là 
enfin l'origine de cette double erreur si communément 
répandue et si abusivement reproduite par tous les obser- 
vateurs ou écrivains ornithologistes, depuis M. de Manon- 
court, l'auteur des documents sur lesquels a travaillé Buffon, 
et son éditeur responsable, jusqu'à notre honorable et 
savant collègue M. Lesson, que c'est dans un trou de rocher 
que cet Oiseau construit grossièrement son nid avec de petits 
morceaux de bois sec , et qu'il ne pond communément que 
deux œufs sphériques et blancs de la grosseur de V œuf des 
plus gros Pigeons. 

Si maintenant nous voulons vérifier le degré d'exactitude 
de ces diverses assertions, nous verrons qu'elles sont toutes 
pour le moins hasardées. Nous nous autoriserons en partie, 
à cet égard , de ce que nous en a dit M. J. Goudot , qui 
publie ci-dessus les quelques notes qu'il a rédigées sur le 
Rupicole du Pérou, la seule espèce du genre qu'il ait ob- 
servée, puisque c'est la seule qui se trouve dans la portion 
de l'Amérique qu'il a parcourue Ainsi le Rupicole du Pérou 
ne gratte pas la terre à la manière des Gallinacés; il cherche 
sa nourriture comme tous les autres Passereaux, ei sa loco- 
motion par le vol n'est pas moins facile. Il y a même plus , 
selon nous , c'est qu'il y aurait impossibilité physique pour 
cet Oiseau à gratter la terre de cette manière, impossibilité 



■i Magasin i>e zootogie. — année 1843. 

suffisamment démontrée par la forme et les dimensions du 
pouce qui termine son tarse , et de l'ongle robuste et for- 
tement recourbé dont, ainsi que ses autres doigts, il est 
armé, qui rappelle à s'y méprendre celui des Grimpeurs 
en général : analogie qui s'explique , au surplus, chez un 
Oiseau qui en diffère si essentiellement sous tous les autres 
rapports , par la nécessité où le met sa vie sauvage et soli- 
taire, de même que son habitude de s'accrocher, ou , pour 
mieux dire , de se cramponner et se retenir aux parois des 
rochers qu'il fréquente, et au milieu desquels s'opère pour 
lui le double travail de la nidification et de l'incubation. 
Ainsi le Rupicole du Pérou , pas plus que le Rupicole 
Coq de roche ou de Cayenne , ne construit pas grossière- 
ment son nid avec de petits morceaux de bois sec (M. de Ma- 
noncourt, cité par Bufïon), ni avec des bûchettes assemblées 
( M. Lesson, Traité d'Ornithologie , 1831 ). Ce nid a l'en- 
semble général et la forme de celui de tous les Mérulidés 
ou Turdidés, c'est-à-dire qu'il est circulaire et arrondi, un 
peu aplati ou déprimé, et n'ayant pas plus de 6 centimètres 
de profondeur. Quant à sa composition, elle est à peu de 
chose près la même , et tout aussi industrieuse : c'est d'a- 
bord une couche intermédiaire tissée de fibres et de che- 
velu de racines , consolidée en dehors par de la terre dé- 
layée et appliquée en guise d'enduit, puis à l'intérieur une 
couche de fibres végétales plus fines ; le tout est appuyé et 
repose , comme le plus grand nombre des nids à'Hirundi- 
nidés , contre les parois et clans l'anfractuosité des rochers , 
sous quelque saillie , de maniète à en être abrité de même 
que d'une voûte ; ce qui ne contribue pas peu à altérer 
parfois l'aspect de la forme circulaire du nid , en la rap- 
prochant de la forme hémisphérique de ces derniers, selon 
que l'anfractuosité qui le reçoit est plus ou moins plane ou 
plus ou moins concave. Une seule nuance distingue le nid 
du Rupicole de Cayenne que nous avons possédé long- 
temps , et qui depuis est passé de nos mains dans les gale- 



Oisi:ai x , Pi . 37. h 

ries du muséum d'histoire naturelle de Paris, du nid du 
Rupicole du Pérou, qui nous vient de M. J. Goudot : c'est, 
que, dans la composition de la couche intérieure du pre- 
mier, on remarque , entre autres matières souples et fines , 
une certaine quantité de cheveux arrachés probablement 
à quelques cadavres, et qu'il n'est pas impossible, dans les 
matières solides qui en constituent la maçonnerie exté- 
rieure, d'y retrouver la trace de quelques caillots de sang 
et de certaines épaisseurs ayant l'apparence de graisse soli- 
difiée ; ce qui , on le voit, peut autoriser plus d'un doute 
sur le genre de vie et les instincts des Rupicoles. Les di- 
mensions de ce nid sont de 2 décimètres dans un sens , 
sur 1 décimètre et demi dans l'autre. 

Ainsi le Rupicole du Pérou ne pond pas , comme on Ta 
dit du Rupicole de Gayenne ( ce que nous croyons pouvoir 
affirmer être une erreur), des oeufs blancs et arrondis gros 
comme ceux du Pigeon: ses œufs , que nous tenons avec le 
nid de M. J. Goudot, sont, ainsi qu'on l'a vu par la figure 
qu'il en a donnée ci-dessus , pi. 37, de la forme et de la 
grosseur de ceux de la Corneille noire , Corv.us coronœ. 
La coquille, très-légèrement luisante, en est d'un blanc 
un peu jaunâtre , recouverte de taches brunes entre- 
mêlées d'autres taches d'un gris violacé réunies en plus 
grand nombre, et en une espèce de couronne, vers le gros 
bout de l'œuf, dont les diamètres sont de 47 millimètres 
sur 33 environ. 

Ce caractère oologique d'une des seules espèces de ce 
genre si curieux, caractère qui, sous tous les rapports, 
se rapproche de ceux fournis par les œufs des Laniidcs, est, 
. certes , assez notable , sans parler du mode de nidification 
commun aux deux espèces, pour faire suspecter l'authen- 
ticité de la place que lui assignent généralement les mé- 
thodes. 

Il ne faut pas se dissimuler, à cet égard, que cette place 
n'a jamais reposé que sur un seul caractère constitutif, 
1843. 7 



6 JÏAGASlN DE ZOOLOGIE. — ANNÉE 1843. 

d'une certaine valeur assurément, mais qui, dans l'état 
actuel des connaissances acquises sur ce genre , ne saurait 
être que relative : ce caractère est celui tiré de la dispo- 
sition des doigts qui sont ce que l'on est convenu d'appeler 
syndactyles , c'est-à-dire que le doigt extérieur est soudé 
avec le doigt médian jusqu'à la seconde articulation, carac- 
tère commun aux Bucéridés, aux Méropidés, aux Alcédidês 
et aux Pipridés ou vrais Manakins, mais qui est loin d'être 
exclusivement le partage de ces divers genres , ainsi que l'a 
très-bien fait remarquer notre honorable collègue M. de 
la Fresnaye, dans un excellent mémoire qu'il a publié en 
1833 dans le Magasin de zoologie, puisqu'il se retrouve 
dans un grand nombre d'espèces de passereaux étrangères 
aux Syndactyles , telles que le Lanius arcuaius , Cuv. ; le 
Muscicapa melanoptera, Gmel. ; le Gobe-mouche vert , Cuv. ; 
VAmpelis carnifex ; trois ou quatre espèces de Dicées ; le 
Batara agripenne , Vieill.; le Turdus albifrons, Lath.; c'est 
sur lui que la plus grande partie des nomenclateurs , 
depuis Brisson jusqu'au savant académicien M. Isidore 
Geoffroy Saint-Hilaire, se sont fondés pour classer le Rupi- 
cole dans la famille et à la suite des Manakins, dont Schœifer 
faisait, avec les genres ci-dessus nommés, ses Anomali- 
pèdes ; division ou section bien anomale, en effet, sous ce 
rapport et difficile à placer dans un ordre naturel. Aussi 
Linné, voulant secouer le joug imposé par ce caractère si 
embarrassant des pattes , s'est-il borné à n'envisager que 
celui qu'il a cru pouvoir tirer du bec. A cet égard, le hasard 
ne l'aurait peut-être pas mal servi en le lui faisant rap- 
procher des Mérulidcs, au lieu de l'en tenir séparé, comme 
on a l'habitude de le faire, par les Hirundinidés et les Ca- 
primulginidés ; car sa division B de son sixième ordre est à 
bec dont le bout de la mandibule supérieure est crochu, et la 
division C du même ordre, à bec dont la mandibule supé- 
rieure est échancrée vers le bout. 

Or . si l'on fait bien attention à la forme du bec du 



Oiseaux, Pl. 37. 7 

Rupicole, on verra qu'elle ne diffère en quoi que ce soit de 
bien sensible , ni de celui des Corvidés , ni de celui des 
Méruiidés, et encore moins de celui des Laniidés et des Ty- 
rannidés. Ce bec est, en effet, médiocrement robuste, épais, 
voûté, fléchi et fortement échancré vers la pointe, et , telle 
bonne volonté que nous ayons , il nous est impossible de 
le voir aussi déprimé qu'on le prétend à sa base , pour le 
rapprocher des Manakins proprement dits , chez lesquels 
ce caractère est évident et incontestable. 

En outre, le port de l'Oiseau, à part ses proportions, 
ne rappelle aucunement celui des vrais- Manakins; ses tarses 
ne sont pas grêles et effilés comme chez ces derniers. La 
queue elle-même ne présente pas la même brièveté : si elle 
paraît plus courte chez l'une des deux espèces que chez 
l'autre, c'est-à-dire chez le Rupicole de Cayenne, cela tient 
uniquement aux plumes coxales qui , en retombant des 
deux côtés de la naissance de la queue , dissimulent ainsi 
une partie de sa longueur à la vue. 

Il ne faut pas oublier enfin que , si on trouve souvent 
plus de graines ou de végétaux dans l'estomac du Rupicole, 
on y trouve aussi des Scarabées et des Insectes, ce qui nous 
a été confirmé par M. J. Goudot. 

Nous inclinons donc fortement à penser quant à présent, 
d'après ce que nous venons de dire, qu'en prenant en 
grande considération le caractère oologique du Rupicole du 
Pérou, caractère qui ne doit pas différer essentiellement de 
celui de Cayenne , que ces deux espèces d'un seul et même 
genre, malgré l'identité de conformation des pattes avec les 
Manakins, doivent faire partie d'une famille essentiellement 
distincte de celle où figurent ceux-ci, dont le bec les sépare 
d'ailleurs suffisamment par sa conformation toute diffé- 
rente et entièrement déprimée. Nous proposerions même 
dès aujourd'hui, si une pareille initiative nous appartenait, 
de les isoler entièrement des Syndaetyles, auxquels ils ne 
sauraient servir tout au plus que d'intermédiaires , ou 



8 Magasin de zoologie. — amvée 1843. 

comme de lien de transition avec soit les Mérulidés , soit 
les Laniidés , soit les Tyrannidês , tels que les a composés 
M. Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, non-seulement eu égard 
à la conformation du système buccal évidemment dtnti- 
rostre , mais encore, nous le répétons, au caractère oolo- 
gique beaucoup plus déterminant , selon nous. 

Ce déplacement d'ailleurs a déjà , à différentes époques, 
été assez de fois essayé par plusieurs des naturalistes les 
plus distingués pour ne point paraître , à l'heure qu'il est, 
une innovation irréfléchie. 

Dès 1806, M. Duméril , dans sa Zoologie analytique, 
place le genre Rupicole entre les Gros-becs qui terminent 
ses Conirostres, et les Mésanges qui commencent ses Subu- 
lirostres. 

Iihger, en 1811, le place entre les Pies-Grièches (Lan/us), 
et après elles , en lui faisant clore ses Canori , et les Gros- 
becs qui, avec les Mésanges {Paras), composent les Passerini. 

M. Temminck , dans son Analyse du système général 
d'Ornithologie, publiée de 1815 à 1820, lie le genre Rupi- 
cole au genre Langrayen ( Ocypierus , Cuv. ) par les genres 
Coracine (Coracina , Vieill.) et Cotinga {Ampelis, Lin.) 

Latreille, en 18*25, le place après ses Latirostres qui 
finissent par les genres Tyran et Drongo , et en tête de ses 
Dentirostres , suivi des genres Manakin , Tangara , Pie- 
Grièche , etc. 

Il y a assurément une immense différence entre cet ordre 
d'idées , qui nous paraît plus élevé et plus conforme aux 
indications de la nature, et celui qui tend à lier le Rupicole 
par les Manakins aux Caprimulgidés. 

Plus récemment enfin, M. G. R. Gray a suivi l'exemple 
de M. Temminck, dans sa List ofthe gênera of Birds, etc., 
publiée en 1840, qui est l'ouvrage systématique le plus 
rationnellement et le plus sagement innovateur que nous 
connaissions. 

Ainsi , pour nous résumer dans celle notice déjà trop 



Oiseaux, Pi.. 37. 9 

longue, en l'absence des caractères qui nous sont inconnus, 
trois caractères nettement tranchés dominent chez le genre 
Rupicole, dont deux zoologiques : le doigt interne soudé 
au doigt médian jusqu'à la deuxième articulation, et le bec 
robuste, voûté, fléchi et échancré à la pointe; et un pure- 
ment oologique. De ces trois caractères , les deux derniers 
sont communs à presque tous les Dentirostrcs , dans des 
proportions différentes , et à une forte partie de la nom- 
breuse division des Déodactyles; un seul, le premier, appar- 
tient à peu près exclusivement à la classe si disparate des 
Syndactylcs. 

En présence de ce résultat comparatif, est-il rationnel 
de laisser le Rupicole dans cette dernière famille , et aussi 
éloigné de ceux dont il semble être si naturellement appelé 
à devenir le congénère ? 

C'est une question qu'il ne nous appartient pas de juger, 
mais que nous soumettons avec nos observations, et dont 
nous abandonnons la solution aux savants et Ornitholo- 
gistes dont il nous suffira d'y avoir appelé ainsi l'attention, 
pour les voir s'empresser soit de développer en les confir- 
mant les propositions qui précèdent, soit de détruire en la 
combattant l'hérésie scientifique dont ils la supposeraient 
empreinte. 



Oiseaux , Vl. 37 et 08. i 

OBSERVATIONS 

sur l'organisation et les habitudes 

du coq de roche PERUVIEN (Pipra peruviana , Lath.) , 
et du caurale (Ardea helias , Lin. ) , 

PAR M. JUSTIN GOUI30T. 

D'après un grand nombre d'individus que j'ai eus à ma 
disposition, je donnerai, pour la grandeur des mâles adultes 
du Coq de roche péruvien , 0,351 (l pied 1 pouce); les 
femelles , un peu plus petites , n'ont que 0,324 ( 1 pied) : 
ces femelles offrent la même teinte de plumage que celles 
de l'espèce de Cayenne [Pipra ru picola , Lath.). 

Le bec du mâle est tout jaune , celui de la femelle d'un 
brun noirâtre , avec l'extrémité de la mandibule supérieure 
jaune; chez les vieilles femelles, ce jaune se montre sur 
l'arête supérieure et à l'extrémité inférieure de la mandi- 
bule ; en général, ce bec passe, sur plusieurs points, au jaune 
du mâle : le plumage devient aussi d'une teinte beaucoup 
plus orangée de brun que chez les jeunes femelles adultes. 

L'œil du mâle a son iris jaune , la femelle l'a gris, couleur 
qui se distingue nettement de la prunelle ; la trachée-artère 
est semblable dans les deux sexes, simple, offrant un ren- 
flement fusiforme à sa partie inférieure, son larynx inférieur 
osseux ; sa langue a son extrémité cartilagineuse ; elle est 
légèrement bifide dans les deux sexes et chez les petits 
encore au nid ; le gésier est petit et offre deux forts muscles 
à plis longitudinaux, sa membrane interne est très forte; 
l'intestin a, de longueur totale , depuis le pylore 0,405 
(1 pied 3 pouces) ; il est gros , relativement à l'Oiseau, d'un 
1843. 7 



2 Magasin de zoologik. — amvée 1843. 

égal diamètre , à parois robustes ; on remarque deux très 
petits cœcums dans les deux sexes à 0,054 (2 pouces) envi- 
ron au dessus du cloaque. 

Ces Oiseaux habitent les grands bois des régions tempé- 
rées ; on les rencontre par petites troupes de trois à huit 
individus tous mâles; les femelles se montrent également 
seules et par petites troupes , plus souvent dans le voisi- 
nage des lieux escarpés {penas) ou terrains coupés perpen- 
diculairement qui bordent les grands torrents ; c'est là 
qu'elles construisent leurs nids 1 . Ces petites bandes de 
mâles volaient ordinairement sur les branches basses et se 
posaient parfois à terre pour chercher des drupes de Lau- 
rinœ , se plaisant près des clairières formées par la chute 
d'arbres déracinés par l'orage au milieu des grandes forêts , 
mais ne grattant jamais le sol, comme le rapporte Cuvier 
{Règne animal , 1817; ; leur vol est lourd; ils paraissent 
toujours inquiets sur les branches et ont continuellement 
de petits mouvements brusques et saccadés. Leur nour- 
riture se compose de drupes d'une grande espèce du 
genre Ocotca, très commune dans ces localités et désignée 
par les indigènes sous le nom à'Amarillo de Pena. Des gé- 
siers m'ont aussi offert des drupes de Psycotria et des 
petites baies d'un Anonacea ; chez une femelle il était plein 
de capsules bacciformes d'une Rhinanthée qui croît abon- 
damment sur les bords de la rivière Combayma , dans la 
Cordilière centrale de la Nouvelle-Grenade ; une seule fois 
un mâle, qui ramassait à terre des drupes d'Ocotea, m'a 
offert des débris d'Arachnides (genre Faucheur, Latr.); 
mais je pense que c'était un pur hasard. 

Ces Oiseaux paraissent ne pas s'éloigner beaucoup de 

1 Ayant donné la description de ces nids dans la Revue zoologi- 
que, janvier 1843, p. 1 ; je la compléterai maintenant par la figure 
de l'un des œufs que j'ai rapportés et qui est représenté de grandeur 
naturelle pi. 37. 



Oiseaux , Pl . 37 et 38. 3 

certains parages ; car j'ai vu de petites troupes repassant 
tous les jours par les mêmes sites, où j'étais sûr de les 
trouver toujours de trois à cinq heures de l'après-midi , 
qui est le moment, à ce qu'il paraît, où ils cherchent plus 
particulièrement leur nourriture 1 . 

On rencontre aussi les mâles dans le voisinage des nids ; 
un chasseur m'a même assuré en avoir vu un posé dessus; 
mais ce fait me paraît tout à fait douteux. On peut con- 
sidérer ces Oiseaux comme vivant isolés les maies des 
femelles , et je suis persuadé que ces dernières seules 
couvent : une seule fois j'ai vu cinq mâles après une 
femelle. Les petits gardent le nid, quoique très forts; j'ai 
eu deux individus longs de 0,256 (9 pouces), pris au nid ; 
leur gésier offrait encore des drupes entières d'Ocotea, il 
était plus volumineux chez eux que dans les adultes : c'é- 
taient deux jeunes mâles offrant , comme cela est ordinaire, 
le plumage de la femelle. 

Le chant de ces Oiseaux est un cri rauque de la syllabe 
Ket..- Ket... Ket., . grasseyée , mais répétée avec force et 
d'un ton très aigu ; c'était aussi le même cri qu'ils faisaient 
entendre lorsqu'ils étaient blessés ou épouvantés. 

Les habitants les désignent sous le nom de Coq ancien 
ou Coq des montagnes (Gallo antiquo à Gallo de monlana). 
En repassant mes notes je vois qu'ils m'avaient assuré que 
le chant de cet Oiseau était très analogue à celui du Coq 
domestique , forgeant tout cela probablement de son nom 
vulgaire , ce qui démontre combien , en général , il faut 
se méfier des renseignements qu'on se procure par tradi- 

1 Je ferai observer que , généralement entre les tropiques, les ani- 
maux supérieurs ne montrent une grande activité que durant la 
matinée et dans l'après-midi , lorsque la force du soleil diminue 
Depuis dix heures jusqu'à trois heures de l'après-midi, ils restent 
ordinairement en repos et paraissent très-peu agités, tandis que 
c'est précisément le contraire , pour la plus grande partie des In- 
sectes. 



4 Magasix de ZOOLOGIE. — ANIVÉE 1 84 3 . 

don et dont les indigènes se plaisent à fatiguer les voya- 
geurs. 

Le Caurale (Eurypyga phalenoides , Illig.) habite aussi la 
région tempérée de la Cordilière centrale de la Nouvelle- 
Grenade; mais il n'est pas commun. On le trouve toujours 
seul ; il fréquente les lieux inondés et le voisinage des eaux 
courantes , vole à courte distance , toujours en suivant ou 
remontant le cours des petits ruisseaux ou des rivières, se 
posant aux endroits où l'eau est plus stagnante , se laissant 
difficilement approcher. Sa nourriture se compose de petits 
Crustacés ; c'est du moins ce que m'ont offert les gésiers 
des deux individus que j'ai vus , bien que son existence au 
bord des rivières annonce qu'il doit aussi être pêcheur. Il 
n'a pas la patience des Hérons et va avec un peu plus d'a- 
gilité sur les terrains découverts ou sablonneux des bords 
de l'eau ; son vol n'est pas non plus celui des Hérons , il est 
beaucoup plus continu et plus rapide. La femelle couve 
pendant la journée. Pour la description de son nid, voyez 
la Revue zoologique, janvier 1843, p. 1; ayant pu me 
procurer ses œufs, je donnerai ici, pi. 38, la figure de 
l'un d'eux , que je dois, ainsi que celle de l'œuf du Coq de 
roche, à l'obligeance de M. Guérin-Méneville. 



Oiseaux, Pl. 39. 1 

G. COTINGA. Ampelis. L. 
C. a poitrine d'or. A. aureopectus. De Lafr. 

Kevue zoologique par la Société Cuvierienne , 1843, p. ê*. 

Cette nouvelle espèce, voisine du Cotinga vert, d'Orb. et 
de Lafr. , Voy. en Amer. , et de Y Ampelis Riefferii, Boiss., 
Rev. zool. , 1840 , p. 3, s'en distingue au premier abord, 
quoique adulte , par ses pattes couleur de plomb et non 
rouge-vermillon, comme chez eux. Elle a, comme eux, 
toutes les parties supérieures d'un beau vert-pré, mais un 
peu teinté de bleuâtre à certain jour; le haut de la gorge, 
les côtés du cou , de la poitrine et les flancs sont de la même 
couleur, qui prend une teinte plus foncée sur les lorums et 
le pourtour de la mandibule supérieure; le devant du cou 
et la poitrine sont d'un beau jaune jonquille doré; un 
jaune moins vif et soufré occupe le pli et le dessous de 
l'aile , et forme une bande médiane sur le ventre et l'abdo- 
men , se confondant , sur les côtes , par mèches jaunes et 
vertes avec le vert des flancs ; les couvertures inférieures 
de la queue sont ainsi variées ; toutes les rémiges secon- 
daires sont finement terminées de blanc-jaunâtre; le bec 
est d'un beau rouge-vermillon et les pattes d'une couleur 
plombée , avec les ongles pâles. 
Longueur totale , 17 centimètres. 
De Santa-Fé de Bogota. 

L'individu que nous soupçonnons être la femelle diffère 
du précédent en ce que les lorums et le pourtour du bec 
sont jaunâtres , et qu'il n'y a que quelques mèches jaunes 
entremêlées de vertes sur la gorge et le devant du cou, et se 
prolongeant sur la partie médiane du ventre et de l'abdo- 
1843. 9 



2 Magasin i>e zoologie. — année 1843. 

ni en , et sur les couvertures inférieures de la queue. Le bec- 
est d'un rouge livide et rembruni. 

Le Cotinga vert {Amp. viridis , d'Orb. et Lafr. , Synopsis 
avium Amer. , p. 40 , et T^oyage en Amer. , pi. 30 , fig. 2 ) 
en diffère en ce qu'il a les pattes rouges , qu'il n'a que la 
gorge jaune et non la poitrine jaune doré , et que toutes ses 
rectrices, sauf les deux médianes , ont une grande tache 
noire terminée de blanc à leur extrémité. Le seul individu 
de cette espèce, rapporté de Yungas , en Bolivie, est au 
muséum de Paris. 

Le Cotinga de Rieffer {Amp. Riefferii , Boiss. , Rev. 
zool. , 1840 , p. 3 ) est singulièrement voisin de ce dernier ; 
mais aucun des individus , venus en assez grand nombre 
dans les diverses collections de Colombie, n'a présenté la 
bande noire terminale de la queue de Y Amp. viridis , qui 
a , en outre , les tarses plus élevés et la gorge jaune. 

Ces trois espèces forment un petit groupe de Cotingas 
verts à bec rouge , particuliers à la Colombie et au Pérou , 
et qui se trouvent réunis aux espèces plus grandes et bré- 
siliennes (le Procnias melanoccphalus de Swainson et le 
Cotinga à.coqueluchon de Tem.J par la nouvelle espèce sui- 
vante à pattes et bec rouges comme eux , mais de taille 
beaucoup plus forte. 

DE LAFRESNAYE. 



Oiseaux, Pi. 40. f 

G. COT1NGA. Ampelis. L. 
C. a croissant. C. arcuata. De Lafresn. 

Revue zoologique par la Société Cuvie vienne, 1843, p. 9S. 

Il est vert olivâtre , avec la tête , le devant du cou , les 
ailes et la queue noirs ; les petites et grandes couvertures 
alaires sont vertes , celles-ci bordées de jaune-verdâtre pâle 
et terminées de noir, ce qui forme une bande jaune et 
noire traversant l'aile obliquement; toutes les rémiges sont 
bordées de vert et terminées de noir, les plus rapprochées 
du corps ont une tache jaune-verdâtre pâle près de leur 
extrémité , avec leur fine pointe blanche; les deux lectrices 
médianes sont vertes , terminées de noir ; toutes ont leurs 
pointes blanches ; quelques couvertures de la queue sont 
terminées de noir, avec leur pointe jaunâtre ; tout le des- 
sous de l'Oiseau , depuis le cou , est jaune verdâtre pâle , et 
chaque plume a une bordure arquée noire , en forme d'é- 
caille , disposition qui rappelle la Pie-grièche à croissant 
{Lanius arcuatus , Cuv.). Les pattes et le bec sont rouges. 

Cette espèce, assez grande, est de la taille du Cotinga|à 
coqueluchon de Temminck et du Procnias melanocephalus 
de Swainson, ou Ampelis viridis , Thunberg, et forme évi- 
demment le passage des petites espèces vertes , à bec et 
pattes rouges, de Colombie , avec celles-ci , particulières au 
Brésil ; elle vient de Colombie. 

DE LAFRESNAYE. 



1843. 



Oiseaux, Pl. 41. 1 

G TANGARA. Tanagra. L. 

T. (Aglaia" de Parzudaki. T. (Aglaia) Parzu- 
daki. Lafr. 

Revue zo logique par la Société Cuvterienne , 1843 , p. 97. 

Il est noir, avec le bas du dos, le croupion et les cou- 
vertures supérieures de la queue, les petites couvertures 
alaires , l'extrémité marginale des grandes et tout le des- 
sous , depuis le bas de la gorge , d'un vert-jaunâtre lui- 
sant, à reflets soyeux et jaune de paille; les lorums et le 
tour des yeux , une tache subauriculaire , la gorge , le haut 
du dos , les ailes et la queue sont noirs ; le dessus de la tète 
et du cou est d'un jaune orangé doré , avec le front et la 
région auriculaire de couleur rouge ; le milieu de l'abdo- 
men et l'anus sont d'un roussâtre terne ; le bec est noir et 
les pattes de couleur plombée. 

Environs de Santa-Fé de Bogota. 

Nous avons dédié cette belle espèce au naturaliste Parzu- 
daki , lequel , par suite des nombreux envois qu'il a reçus 
de Colombie , a contribué à faire connaître l'ornithologie 
si remarquable de cette partie de l'Amérique du Sud. 

Cette espèce , le T. nigroviridis , ainsi que le T. labra- 
dorides, Boiss. , Rev. zool. , 1840, p. 67, et notre Tangara 
argentin , Rcv. zool., 1843, p. 69, que nous croyons iden- 
tique avec le Tangara aux ailes bleues des Ornithological 
Drawings de Swainson , dont il devra alors prendre le 
nom , forment encore un petit groupe colombien d'Aglaias 
noirs et verts à reflets chatoyants et soyeux. 

DE LAFRESNAYE. 

1N43. 



Oiseaux , Pi,. 42. 1 

G. T ANGARA. Tanagra. Z. 

T. (Euphone) de prêtre. T. (Euphonia) Pretrei. 
De Lafr. 

Revue zoologique par la Société Cwierienne, 1843, p. 97- 

II est vert en dessus, avec le croupion jaune, le dessus 
de la tête et du cou d'un bleu turquin luisant ; le front , les 
lorums, la gorge, les côtés de la tête , le devant et les 
côtés du cou, et la poitrine, d'un vert moins foncé que le 
dessus. Cette couleur est encadrée au bas de la poitrine par 
une ceinture noire; le reste du dessous est jaune-jonquille, 
avec toute la partie médiane et les couvertures inférieures 
de la queue couleur marron ; le bec est couleur de corne et 
les pieds plombés. (De Colombie.) 

Nous dédions cette charmante espèce au peintre si connu 
dont l'habile pinceau a rendu depuis si longtemps déjà et 
rend encore, tous les jours, d'immenses services aux sciences 
naturelles par la vérité et l'élégance de sa touche. 



IMS. I0 



Oiseaux, Pl 43. 1 

G. T ANGARA. Tanagra.'L. 

T. (Aglaia) vert noiret. 7\ (4glaia)nigro- 
viridis. De Lafr. 

Revue zoologique par la Société Cuvierienne , 1843 , p. 69. 

Cette espèce , de la taille du T. tricolor, a le fond du 
plumage noir ; mais tout son corps , excepté le milieu du 
dos , le front, les lorums, le pourtour des yeux , les joues 
et la gorge , est couvert de taches plus ou moins rappro- 
chées, d'un vert argentin et changeant en paillet sur la 
tête et le dessus du cou , où elles sont presque contiguès 
sur le croupion; les grandes couvertures de l'aile et tout le 
dessous du corps. Ces taches sont bleues sur les petites 
couvertures de l'aile et d'un vert-bleu sur le devant du 
cou. Les rémiges et les rectrices sont bordées d'un vert 
bleu ; le milieu de l'abdomen est blanc sale ; bec et pieds 
noirs. — De Bogota. 



18- 3. 



Oiseaux, Pl. 44. 1 

G. MANAKIN. Pipra. Linné. 
M. chrysoptère. P. chrjsoptera. De Lafr. 

Revue zoologique par la Société Cuvierienne , 1843 , p. 97. 

11 est noir, huppé ; sa huppe se compose de deux parties, 
dont l'antérieure, depuis les narines jusqu'au vertex, est 
hérissée et d'un jaune jonquille luisant , tandis que la par- 
tie postérieure , depuis le vertex jusqu'à la nuque , est 
tombante et d'un rouge sanguin , chaque plume étant 
jaune à sa base et se terminant en forme de petite palette 
rétrécie. La gorge et le devant du cou sont jaunes , la pre- 
mière un peu mélangée de noir ; toutes les rémiges pri- 
maires et secondaires ont leurs barbes internes d'un beau 
jaune foncé; les rectrices, saufles quatre médianes et les 
deux latérales, sont noires à l'extérieur et à l'extrémité, et 
jaunes intérieurement; le dessous de l'aile est entièrement 
jaune, excepté à son extrémité; les jambes sont ronges. 

Cette nouvelle espèce est, en quelque sorte, par la délica- 
tesse de son bec et le mélange de ses trois couleurs , le pen- 
dant du Pipra filicauda de Spix , pi. 8. — Elle vient de 
Colombie , des environs de Santa-Fé de Bogota. 

DE LAFRESNAYE. 



1843. 14 



Oiseaux, Pl. 45. 1 

G. MANAKIN. Pipra. Linné. 
M. de Cande. Pipra Candei. Parzudaki. 

P. pileo, alis fascia dorsalis transversa caudaque nigris } 
gutture, collo , alarumque tectricibus albis, ab domine jlavo 
pygidio vù-escenti. 

Cette jolie espèce est d'une taille un peu plus forte que 
le Pipra gutturosa , à la section duquel elle appartient : le 
bec est cependant un peu plus long , plus robuste et moins 
déprimé ; toute la partie supérieure de la tète , jusqu'au 
niveau des yeux , les ailes , moins les couvertures , et les 
rectrices de la queue , sont d'un noir moins profond que 
dans l'espèce précédente : une bande de même couleur, 
assez étroite, traverse le dos au niveau des ailes ; toute la 
partie antérieure du corps, jusqu'au même niveau, excepté 
la calotte noire dont nous avons parlé , est d'un blanc pur, 
ainsi que les couvertures des ailes. L'abdomen est d'un 
beau jaune serin qui passe au verdâtre sur la partie corres- 
pondante du dos et des couvertures de la queue. Les tarses 
sont un peu plus longs que chez l'espèce vulgaire. 

Ses habitudes sont semblables à celles de notre Troglo- 
dyte; il voltige constamment terre 'à terre, et fait entendre 
un cri semblable à celui que l'on produit en cassant une 
noisette. 

Cet Oiseau a été trouvé à Truxillo , baie de Honduras ; 
nous le dédions à M. Ferdinand de Maussion-Candé , capi- 
taine de corvette , qui a eu l'obligeance de nous le commu- 
niquer, en ayant tué deux individus dans son voyage. 

PARZUDAKI. 

1843. 14 



Moi mjsquks , Pi,. £0. % 

G. LUCINE. Lucina. Laniarck. 
L. crêtée. L. cri statu. Récluz. 

Testa ovato-subtrigona , depresso -plana , valvula si ni s tra pia- 
nissimo, dextra vix convexa, albido-vitrea, pellucida, con- 
sent rice plicala ; plicis inferioribus striœ-fonnibus, postiez 
attenuata , angulata, margine superiore oblique recta, 
acute crenata, antice rotundata, superne tenue arcuatim 
emarginata ac cristataj apicibus antice recurvis , acutis. 

Longueur, 23 millim. ; largeur, 30 millim. ; convexité, 5 millim. 
Revue zoologique par la Société Cuvierienne , 1842, p. 270. 

Hab. : trouvée sur le banc de Campêcbe. 

Espèce fort intéressante par ses caractères et éminemment 
distincte de toutes celles qui nous sont connues jusqu'à ce 
jour. Elle est ovale -trigone , très déprimée , presque plate ; 
la valve gauche tout à fait plane ; la droite n'a guère que 2 
à 3 millim. de convexité dans le centre. La marge posté- 
rieure est coupée supérieurement en ligne obliquement 
droite, incisée en crête et bordée , au dessous de celle-ci, par 
un pli très étroit qui se continue jusqu'à la base du côté pos- 
térieur. La marge antérieure , bien arrondie , est excavée en 
arc sous-tendu à la partie supérieure parallèle à la char- 
nière et là également crénelée comme sur le côté opposé. La 
marge inférieure est arrondie , mais moins convexe , dans 
son pourtour, que le côté antérieur, et présente une légère 
inflexion près de l'angle du côté postérieur. 

La charnière se compose de deux dents peu divergentes , 
l'antérieure sur la valve droite et la postérieure sur la valve 
gauche linéaires , la postérieure sur la valve droite et l'an- 
1843. 3 



2 Magasin de zoologie. — avxée 1843. 

térieure sur la valve gauche plus grandes et canalicuiées ; à 
côté de celles-ci , le ligament qui est intérieur est placé dans 
une fosse linéaire et oblique. Elle porte deux dents latérales 
sur la valve droite : l'antérieure , lamelleuse , est relevée 
en angle triangulaire; la postérieure est en forme de côte 
étroite , mais plus robuste à la base. La valve gauche en est 
privée. Impression musculaire antérieure réniforme , plus 
longue que la postérieure , longitudinale ; l'autre , trans- 
versale , subtriangulaire , coupée obliquement en ligne 
droite, du côté qui fait face à la charnière, paraît comme 
tronquée à sa partie inférieure et postérieure. Impression 
palléale étroite, prolongée , du côté postérieur au côté an- 
térieur, en une excavation en forme de losange , à angles 
arrondis. La face interne des valves est également d'un 
blanc vitré , brillante , et montre de très fines stries longi- 
tudinales rayonnantes , rapprochées , comme sur certaines 
Lucines et sur l'Erycine de Geoffroy de Payraudeau. 

Nous avons décrit cette intéressante Coqudle d'après un 
exemplaire qui appartient à la riche collection de M. Petit 
de la Saussaye, Elle a été trouvée, sur le banc de Cam- 
pêche, par M. J. Cosmao, commandant la station navale 
du Mexique. 

C. RECLUZ. 



Mollusques , Pi. Gl . 

G. BULIME. Bulimds. Lam. 
B. martelé. B. malleatus. Jay. 

B. testa ovato-oblonga, subvenlricosa , subtenui, rugoso-mal- 
leata , albicla , maculis fuscis subseriatis irrregulariter 
picta ; anfractibus quinis , ultitno maximo ; spira conico- 
subacuta , ayji'ce obtuso ; apertura ovato-acuta , mfzxs j«è- 
lutescente ; cohunella contorta ; labro albo , crassiusculo, 
laie reflexo ; umbilico ovato-oblongo. 

Longueur, 66 millim. ; largeur, 28 millim. 

Bulimus malleatus , J ay. txevue zoologique par la Société Cuuie- 
vienne , 1842, p. 80. 

Coquille ovale-allongée, légèrement ventrue, rugueuse à 
l'extérieur et comme martelée, blanchâtre et ornée de 
taches brunes et irrégulières , notamment sur le dernier 
tour. Son ouverture est jaunâtre à l'intérieur, avec le pé- 
ristome blanc ; la columelle contournée présente un large 

pu. 

Cette belle coquille se rapproche du Bul Bolivarii de 
M. d'Orbigny; elle varie un peu dans sa forme , et Ton 
rencontre des individus plus raccourcis , plus ventrus que 
celui dont on donne ici la figure. 

Cette espèce a été donnée comme venant d'une des îles 
de l'océan Pacifique; mais il est probable qu'elle appar- 
tient plutôt à la partie nord de l'Amérique méridionale. 



1843. 



Mollusques , Pl. 53. 






G. BULIME. Buumus. Lam. 
B. foudroyé. B. fulguratus. Jay. 

B. testa oblonga , solidiuscula , transversim striato-undu- 
lata ; anfractibus quinis convexiusculis , ultimo dilate oli- 
vaceo,fuscis fulgurantibus interdum coiifluentibus ornato, 
superne maculis albis alternis cincto ; spira conico-sub- 
acuta , decorticata dilute rosea; apertura ovato-oblonga , 
intùs subfulva vel aurantia ; columella plicata ; umbilico 
oblongo ; labro reflexo, albido. 

Longueur, 50 millim. ; largeur, 22 

BuUmus fulguratus y J ay. Revue zoologique de la Société Cuvie- 
rienne, 1842, p. 80. 

Coquille allongée, ornée de stries transversales et ondu- 
leuses ; le dernier tour présente , sur un fond de couleur 
olivacée , des flammules brunes en zigzag. Les tours supé- 
rieurs, assez généralement dépourvus de l'épidémie , sont 
d'une couleur plus ou moins rose , la torsion de la colu- 
melle forme un pli très prononcé , l'intérieur et le bord de 
l'ouverture varient , pour la couleur , du blanc au fauve 
orangé. 

Cette charmante espèce, remarquable par sa coloration , 
a été rapportée avec leBulimus mallealus, et appartient sans 
doute à la même localité. 

Les Bal. malleatus et fulguratas , dont la description 
a paru pour la première fois dans la Revue zoologique 
(n° de mars 1 842), se rapprochent beaucoup du groupe que 
M. Guilding a formé sous la dénomination générique de 
Caprella, qu'il a abandonnée depuis pour le nom de Pleko- 
cheilus. 

1843. 6 



Mollusques , Pl G*i à 64. 

DESCRIPTION 

de plusieurs espèces nouvelles de Mollusques de Fiance, 
PAR M. MILLET. 



Limace rustique. Limax rustica. (PI. 63, fig. 1.) 

Leucophœo proxlmus; clypeo levi, albo-rufo, intégra, utrin- 
que lineato nigro; corpore carinato, utrinque fasciato nigro ; 
apertttra laterali subpostica. 

Longueur, 4 1/2 à 5 cenlim. ; diamètre, 7 à 8 milliro. 

Hab. la France. 

Animal allongé; tentacules courts, gris ; tête et cou d'un 
gris pâle uniforme, ce dernier marqué de deux légers sillons 
longitudinaux supérieurs; un petit point noir placé sur la 
gaine de chaque tentacule supérieur 1 ; bouclier d'un blanc 
teinté de roux , lisse , marqué de deux taches allongées , 
étroites, noires et parallèles; corps surmonté d'une carène 
blanchâtre , accompagnée , de chaque côté , d'une bande 
longitudinale et parallèle d'un gris noirâtre ; une tache de 
cette dernière couleur , mais d'une teinte plus foncée , se 
voit de chaque côté en s'étendant sous le bouclier ; dessous 
du corps blanchâtre ; mucus blanc. 

Cette nouvelle espèce, qu'il ne faut pas confondre avec 
quelques variétés du L. agrestis , sur lesquelles on remar- 
que quelquefois une bande noire de chaque côté du corps, 
habite le jour sous Fécorce des arbres, sous les pierres, etc. 
Je l'ai rencontrée au nord de l'Anjou, à la Bouillant, com- 
mune de la Chapelle-Hullin, ainsi qu'à Thorigné, etc. 
Assez rare. 

1 Ce point est inhc'rent à la gaîne des tentacules supérieurs, et 
n'est pas dû , comme on pourrait le croire , à la présence du tenta- 
cule dont le sommet , qui est noir, produirait cette illusion. 
1843. 9 



2 Magasin de zoologie. — année 1843. 

Paludine trompeuse. Paludina decipiens. 
(PL 63, fig. 2.) 

l'esta ovato-acuta , diaphana tenui , corneo-lutescenle ; an- 
fractibus quinis aut senis rolundatis , turgidis, ultîmo ma- 
jore, ventricoso, subscalariformi ; suturis valde impressis; 
apertura elliptica ; peristomate simplici ; rima umbilicali 
obliqua. 

Hauteur, 5 à 7 millim. ; diamètre , 2 1/2 millim. 

Animal blanchâtre, marqué de taches noires et de points 
dorés qui paraissent au travers de la coquille ; dessous du 
pied blanchâtre ; tentacules blancs , très-flexibles ; yeux 
noirs ; mufle bilobé. 

Coquille ovale-pointue, transparente, mince, lisse, d'un 
jaune corné lorsqu'elle n'est pas salie par une incrustation 
limoneuse ; suture profonde ; cinq à six tours de spire, le 
dernier très-grand , comme détaché du pénultième au 
moyen d'une fente ombilicale assez marquée, ce qui le rend 
légèrement scalariforme ; ouverture elliptique , fermée 
par un opercule à peine concave, mais marqué de stries 
concentriques. 

Cette jolie paludine , qui est assez rare , dont la publi- 
cation a été différée jusqu'à ce jour par la négligence que 
j'avais mise à me procurer des individus vivants sur lesquels 
je pusse faire la description de l'animal, est intermédiaire, 
pour la taille, entre les P. impura et similis) mais les carac- 
tères que j'assigne à cette nouvelle espèce, et particuliè- 
rement ceux qui se rapportent à la suture ainsi qu'au 
dernier tour de spire, sont, de même que son aspect parti- 
culier, suffisants pour la distinguer de toutes celles connues 
jusqu'à ce jour. 

Habite le département de Maine-et-Loire , dans les ri- 
vières et les fossés qui y communiquent. — Angers : la 
Mayenne, les fossés de la Baumette, ceux de Saint-Serge. 



Mollcsodks, Pl. 63 à 64. 3 

— Les boires de la Loire, Laubance, le Tliouet, la Sarthe 
et le Loir. 

Nota. En 1821 je donnai moi-même cette Paludine à M. Daude- 
bard de Férussac , qui la casa dans sa collection sous le nom de De- 
cipiens que je lui avais assigné. Cette collection , acquise par le 
gouvernement à la mort de ce savant distingue' , est maintenant réu- 
nie aux autres collections de même nature que possède le jardin des 
plantes de Paris. J'ai cru devoir rappeler ces différentes particula- 
rités, puisqu'elles peuvent servira augmenter les moyens de procu- 
rer la vue de cette nouvelle espèce de Mollusque. 

MuletteduBigorre. Unio bigerrensis (Pl. 64, f. \ .) 

Testa pseudo-elliptica , crassa , non niante , posterais bicolo- 
rata, oblique truncata ; radiis viridibus aut rufescentibus , 
divergentibus ; natibus decorticatis erosissimis ; dentibus 
cardinalis breinbus , crassis , sulcalis et dentatim non re* 
gulaiim, laterali aculo lamelloso. 

Longueur transversale, 4 1/2 à 5 centimètres; hauteur, 3 centim.; 
épaisseur, 2 centimètres. 

Hab. la France. 

Coquille subelliptique, épaisse, non bâillante, oblique- 
ment tronquée postérieurement , d'un vert brun foncé sur 
l'une de ses parties , jaune-roussàtre sur l'autre, marquée 
de rayons divergents verts ou jaunes-roussâtres qui portent 
des natèces et se rendent, en divergeant , vers le bord infé- 
rieur , qui est légèrement sinueux chez les vieux individus 
seulement ; crochets fortement excoriés ; dents cardinales 
courtes, épaisses, sillonnées et irrégulièrement dentées; 
dénis latérales un peu émoussées ; nacre intérieure blan- 
châtre, ordinairement marquée d'une ou de plusieurs taches 
livides , particulièrement vers les crochets. 

Habite l'Àdour , à Bagnères de Bigorre , Tarbes , etc. 
( Hautes -Pyrénées ). 

Cette espèce , qui est rayonnée comme le sont les Unio 
Batava , Lam. et subtelraçona , Mich. , se distingue néan- 
moins facilement, et même au premier aspect, de ces deux 



4 Magasin de zoologik. — année 1843. 

espèces ; de la première, par la troncature oblique de 
sa partie postérieure et en ce qu'elle est plus aplatie; de la 
seconde, indépendamment de sa forme et de sa taille, parce 
qu'elle n'est pas bâillante comme elle; ses deux couleurs, 
en outre , tranchées nettement par l'un de ses rayons , 
serviront encore à l'en séparer. 

MULETTE MANCHOTTE. Uflio mCUlCO. . (PI. 64, f. 2.) 

7 J esla oblongo-reniformis , natibus prominulis , non decorti- 
catis, undato-rugosis . 

Longueur transversale 4 1/2 centimètres ; hauteur, 2 1/2 centim.; 
épaisseur, 17 millimètres. 

Hab. la Fiance. 

Coquille réniforme, ayant ses extrémités arrondies, le 
bord supérieur arqué et l'inférieur sinué, couverte destries 
rapprochées très-prononcées : celles des natèces ondulées 
et très-saillantes ; crochets non excoriés , ridés > peu élevés ; 
côté antérieur très-court et peu élevé ; épidémie d'un jaune 
olivâtre , recouvert d'un enduit ferrugineux ' qui domine 
cette première couleur ; nacre intérieure d'un blanc laiteux 
légèrement teint de bleuâtre ; dents cardinales assez sail- 
lantes, rugueuses; dents latéraleslamelleuses et tranchantes, 
l'une d'elles, de la valve gauche, bifurquée postérieurement. 

Cette variété , tout à fait remarquable , s'enfonce dans 
la vase ouïe sable terreux, de manière à ne laisser paraître 
que le quart ou environ de sa coquille : la partie restée 
à découvert, fortement encroûtée d'un limon incrustant, 
qui lui donne l'apparence d'un corps étranger, d'une petite 
parcelle de terre , est le seul indice qui puisse servir à la 
faire remarquer. 

Habite le Tillet, ruisseau torrentueux, qui passe près de 
la ville d'Àix en Savoie, en roulant ses eaux vers le lac 
du Bourget. 

'Cette teinte ferrugineuse n'est due , sans doute, qu'au limon 
de cette couleur dans lequel on rencontre cet Unio. 



[OLLUSQUES, PL. 65. 



DESCRIPTION 

DE QUATRE COQUILLES NOUVELLES 

provenant du voyage de M. Goudot à la Nouvelle-Grenade 

PAR M. PETIT DE LA SAUSSAIE. 



Bulimus Powisianus. Petit. 

Testa ovato-oblonga , sollda, crassa, nitida, longitudinaliter 
obsolète striata, rufo-fulva, flammis longitudinalibus ac 
obliquis, interruptis seu continuis , fusco-nigris picta; an- 
fractibus septennis, suturis albidis lineafusca marginatis ; 
ultimo anfractu sub médium obtuse anguloso , zona pur pu- 
reo-nigra linea alba superne marginata cinctoj spiraconîca, 
apice concaviusculo , nigro; apertura subquadrangulari , 
intus alba , ad peripheriam internant violaceo-nigricanle ; 
columella violacea; labro crasso, marginc obtuse rotundato. 

Long. , 68 millim. j larg. , 30 millim. 

Coquille ovale , allongée , très épaisse , presque lisse , 
d'un roux fauve nuancé de flammules irrégulières , obli- 
ques, brunes ; sept tours de spire, le dernier traversé vers 
le milieu par une zone d'un noir pourpre surmontée d'une 
ligne blanche. A l'endroit même où se trouve cette zone, la 
coquille prend une forme subanguleuse qui, reproduite 
1843. H 



2 Magasin be zoologie. •*- année 1843. 

sur le bord droit , donne à l'ouverture une forme subqua- 
drangulaire. L'intérieur de la coquille est blanc, le bord co- 
lumellaire est d'un violet foncé , ainsi que le bord interne 
du labre , qui est fort épais. 

Cette espèce est voisine du Bulime, que M. D. Férussac 
a fait figurer sous le nom de Bul. regina ; mais elle s'en 
distingue cependant par la pesanteur, qui est beaucoup plus 
considérable et paraît constante , par Ja forme anguleuse 
de son dernier tour, par la vivacité des couleurs de son ou- 
verture, qui est aussi bien moins régulière. 

Cette espèce, que nous dédions à notre ami M. Powis , a 
été trouvée par M. Goudot dans les environs de Santa-Fé 
de Bogota , république de la Nouvelle-Grenade. 



Mollusques, Pt,. 66. 



Bulimus subsemiclausus. Petit. 

Testa ovato-conica, tenui , albida; anfractibus seras, con- 
vexiusculis y ultimo spira multo majore , oblique ad basim 
decurrente, obtusissime angulato ; aperlura ovali ; colu- 
mella in medio et anterius concavo-plana $ labro superne 
simplici , inferne intus marginato , margine aperturam an- 
gustanle. 

Long. , 24 millim. ; larg. , 16 millira. 

Coquille conique, ovale, blanchâtre; quatre tours peu 
convexes , le dernier remarquable par sa dimension , par 
l'obliquité qu'il prend relativement à Taxe de la coquille et 
par sa forme subanguleuse à la base. 

L'ouverture de ce Bulime est fort singulière en ce que le 
labre, simple à sa partie supérieure , est , vers sa base , re - 
bordé intérieurement : ce rebord, mince, plane, ressemble 
à un fragment d'épipliragme , et rétrécit notablement l'ou - 
verture de la coquille. 

L'individu d'après lequel nous décrivons cette espèce 
n'est pas très frais , et nous ne pouvons dire si elle n'est pas 
ordinairement pourvue d'un épidémie. Sur notre exem- 
plaire on aperçoit, autour de la columelle , un fragment 
d'épiderme brun-marron , sur lequel se font sentir des 
stries longitudinales. 

Ce Bulime a été trouvé par M. Goudot , sur les hauteurs 
boisées de la montagne de Kindiou , province de Bogota. 



1843 



Mollusques , Pl. 67. 



Bulimus Goudotii. Petit. 

Testa ovata , tenui , pellucida , fusco~olwacea ; anfractibus 
sertis, convexis, longitudinaliter et irregulariter tenue stria- 
tis ; apertura ovata , intus sordide cœrulescente ; columella 
in medio anguloso-callosa, labro tenui , acuto. 

Long. , 33 millim. ; larg., 20 millim. 

Coquille ovale , transparente , très mince , très fragile , 
d'un vert olivacé ; six tours de spire finement et irréguliè- 
rement striés ; ouverture ovale , présentant , à l'intérieur , 
un reflet bleuâtre; le bord du labre très mince. 

Cette coquille a été trouvée, par M. Goudot, au pied des 
neiges, dans la montagne du Tolima , province de Santa- 
Fé de Bogota. Nous dédions cette espèce à ce voyageur, 
dont le nom était déjà connu dans les sciences naturelles 
par les intéressantes recherches de son frère. 



1843. 



Mollusques , Pl. 68. 



Caracolla subplan ata. Petit. 

Testa discoidea, rufo-fusca , valde carinata , subtus con- 
vexiuscula , infra convexa, laie umbilicata , umbilico spi- 
rali ; anfractibus quinis, subplan ulati s ; apertura subqua- 
drangulari, margine continua, reflexo , albido ; columella 
ad médium dente elongata, lamcllosa ornata, subtus et 
intus plica transversa minori notât a ; labro bidentato. 

Larg. , 40 millim.; haut. , 14 milliru. 

Coquille discoïde , fortement carénée , ayant cinq tours 
de spire, l'ouverture à peu près quadrangulaire et grima- 
çante. Une dent blanche et lamelleuse s'étend sur la colu- 
jnelle ; le labre est garni de deux dents dont l'une , placée 
vis à vis la dent columellaire , arrive presque à la toucher; 
au dessus et dans la partie interne de la coquille correspon- 
dant au point où les deux dents tendent à se réunir, on voit 
un petit pli aigu et transverse. 

La Caracolla subplanata se rapproche beaucoup , par sa 
forme générale , par les accidents de son ouverture et par 
sa coloration , de Y Hélix plicata de Born ; mais elle est tou- 
jours plus petite , plus déprimée , plus fortement carénée. 
Par suite de son plus grand aplatissement , les dents ou 
lames qui rendent son ouverture grimaçante sont plus 
rapprochées; on ne voit jamais, d'ailleurs, dans V Hélix 
plicata, le petit pli interne , trans verse , qu'on remarque 
dans la Caracolla planata, au dessus du point où les deux 
dents lamelleuses semblent presque se réunir. 

Cette coquille, rapportée par M. Goudot , vient de l'inté- 
rieur de ia Nouvel le -Grenade. 

184.3. m 



Mollusques, I'l. 69 à 71. 

NOTICE 
SUR LE GENRE GASTROCHÈNE 

par M FR. CAILLIAUD. 



Notre but , dans cette brève notice , est de faire con- 
naître quelques observations nouvelles recueillies à Malte , 
en 1840, sur le Gastrochène modioline , en décrivant ici, 
pour la première fois, son tube, qui était resté si long- 
temps ignoré. 

Nous avons représenté et nous décrirons ce Mollusque 
dans le sens où il vit, l'ouverture de son tube supérieure- 
ment placée comme celui des Clavagelles. 

GASTROCHÈNE. Gastrocilena. S peupler. 

Caractères généraux. 

Animal perforant, claviforme, tronqué postérieure- 
ment ; les bords du manteau réunis ; une très petite ouver- 
ture pour le passage du pied , au centre de la partie tron- 
quée , supérieurement deux siphons réunis, très allongés 
et se contractant en entier sous la coquille ; branchies 
étroites , prolongées au delà des siphons. 

Tube calcaire, pyriforme , ouvert antérieurement, droit 
ou contourné, libre ou engagé dans les corps sous- 
1843. U 



2 Magasin de zoologie. — année. 1843. 

marins , contenant une coquille allongée , bivalve équi- 
valve, très bâillante postérieurement. Charnière simple, 
ligament droit extérieur 1 . 

Gastrochène modioline. Gastrochœnci modiolina. 

Testa ovato-oblonga , transversim striata , vagina pjriformi , 
contorta , crassa , ad aperturam bicarinata. 

G astrochœna modiolina , Lam. , Anim. s. vert., 2 e édit. de Desh., 

t. VI, p. 49 ; n° 3. 
Mytilus, Encyc. méth. , pi. 219, f. 4, a, b. 
Pholas hians , Brocchi , Conch. foss. .subap. , p. 592, pi. 11, 

fig. \k,a r h 
Chaîna parva, Dacosta, Conch. brit. , p. 234 , n° 58. 
Mya dubia, Donov., Conch. , t. III, p. 108. 
Mya dubia, Penn., Brit. zool. 7 1812, t. IV, pi. 47, fig. 19. 
Pholas hians, Cortesi , Saggi. geol. , n° 4. 
Fistulana hians, Desh. , Encyc. meth. vert. , t. II, p. 141, n° 3. 

Habite la Méditerranée et l'Océan européen ; fossile en 
Italie , en Sicile , en Calabre. 

Le tube du Gastrochène modioline , dans les plus grands 
individus, atteint environ 10 centimètres de longueur; il 
est pyriforme, lisse à l'intérieur, très rugueux extérieure- 
ment , plus ou moins épais suivant les inégalités produites 
par un test globuleux et comme accumulé à son extérieur, 
ce qui le rend très difforme ; il est comprimé, ayant inté- 
rieurement, vers son ouverture et sur un tiers de sa lon- 
gueur, deux carènes qui indiquent la forme des siphons. 

' Comme l'a observe' M. Deshayes, le genre Fistulane doit être 
supprimé et réuni à ceux des Tarets et des Gastrochèues ; la con- 
naissance que nous avons maintenant du tube de ces derniers ne 
peut plus laisser de doute à ce sujet. 

On doit aussi évidemment réunir aux Tarets les Fistulana gre- 
gata et corniformis de Lamarck. 



Mollusques, Pl. 69 à 71. 3 

Dans certains individus , ces carènes , vers l'extrémité supé- 
rieure du tube , finissent par se rapprocher tout à fait , sans 
cependant se joindre, mais de manière que l'ouverture du 
tube forme un huit de chiffre parfait et indique , à l'ex- 
trémité de cette partie des trachées, une séparation de 
quelques millimètres. Cette ouverture du tube est assez 
semblable à celle de la Térédine et en rapport avec celle du 
Taret et du Cloisonnaire , quoique ces derniers présentent 
deux trous parfaitement séparés. Le tube est droit ou con- 
tourné , suivant les obstacles que rencontre le Mollusque 
pour s'introduire dans les agglomérations madréporiques 
ou dans le calcaire. Il perfore aussi le test des grosses 
coquilles. 

Il arrive souvent que , pour éviter des trous de Modioles 
lithopliages ou autres perforants qu'il rencontre sur son 
passage, le Mollusque contourne son tube à volonté, ce 
que l'on remarque dans la figure 2 , pl. 69. 

La coquille est très mince et fragile , ovale , elliptique , 
très inéquilatérale dans sa partie postérieure , couverte ex- 
térieurement de stries très fines , transverses ; elle est lisse à 
l'intérieur, avec deux impressions musculaires , la posté- 
rieure très petite , l'antérieure plus grande et arrondie ; la 
palléale sinueuse , triangulaire antérieurement ; toutes sont 
peu apparentes. La coquille n'a point de pièces accessoires 
comme dans les Pholades ; les crochets sont peu saillants; 
le bord cardinal est droit, avec une pelite callosité dans 
les vieux individus. 

La manière dont s'introduit dans le calcaire le Mollusque 
du Gastrochène modioline , ce que nous avons pu étudier 
sur un grand nombre d'individus, présente des faits curieux 
que nous ferons connaître ici en les appuyant de dessins 
exacts concernant la structure du tube adulte , comme 
pour les premières excavations qui doivent nous retracer le 
moyen employé dans le premier âge de l'individu pour 
s'introduire dans la pierre. 



4 Magasin de zoologie. — année 1843. 

On observe dans le calcaire tendre cette espèce de Gas- 
trochène déjà 'pourvu de son petit tube, qui sort de la 
terre de 2 millimètres et dont chaque trou n'a que 1 milli- 
mètre de diamètre; on peut à peine y introduire une 
épingle ordinaire^, et déjà , à cet âge, le Mollusque, avec 
ses deux petites valves , habite au fond de l'excavation; 
ils présentent ensemble la grosseur d'un grain de froment 
(pi. 71, fig. à). Si tel était le premier âge de ce Mollusque, 
nous comprendrions facilement qu'un seul trou eût été 
creusé , rétréci ensuite à son ouverture par la formation du 
tube; que le Mollusque, tant petit qu'il soit, étant arrivé 
au fond de sa demeure , eût acquis d'abord ce premier 
accroissement] et qu'ensuite il se développe comme les autres 
lithophages. Mais dans le Gastrochène modioline il n'en 
est pas ainsi , et l'exemple que nous venons de citer, qui 
appartient bien au premier tube que forme le Mollusque , 
n'est point cependant son premier âge ni la représentation 
de son premier travail. 

On remarque , à la surface même la plus lisse du calcaire 
tendre où il s'introduit, deux trous perforés l'un près de 
l'autre , qui se communiquent à peine à la surface de la 
pierre et se séparent progressivement de 1 millimètre vers 
le fond. Leur profondeur est assez généralement, à ce 
premier âge, de 15 à 20 millimètres. La pierre (pi. 71) 
en est couverte à sa surface : ces deux trous , représentant 
déjà l'aspect des siphons , sont si petits , qu'il en est où 
l'on peut à peine introduire la plus fine de nos épingles ; 
ils ont , au plus , un demi-millimètre de diamètre , et sou- 
vent 20 millimètres de profondeur. Ces ouvertures , per- 
forées aussi fines et aussi profondes , sont très remar- 
quables; elles prouvent déjà la facilité avec laquelle ces 
animaux térébranls s'introduisent dans le calcaire. 

On se demande d'abord comment ces deux trous aussi 
fins qui s'écartent et se séparent dans leur profondeur 
peuvent , plus tard , ne former qu'une seule et mêm 



Mollusques, Pl. 69 à 71. > 

excavation pour contenir un seul individu : sont-ils le 
résultat d'un travail simultané de deux branchies , pat- 
exemple? Telle est la question qui pourrait être faite, 
sans des recherches attentives qui ont fini par nous expli- 
quer le fait d'une manière certaine. 

Après avoir brisé de nombreux fragments de calcaire 
dans le sens longitudinal de ces trous, nous avons reconnu 
qu'ils se communiquaient entre eux dans leur partie posté- 
rieure et ne formaient qu'un seul et même conduit à deux 
ouvertures semblables à la surface de la pierre. Le jeune 
Mollusque , rejeté par les tubes sous la forme d'un petit 
ver gros comme un fil d'un demi-millimètre, se fixe aussi- 
tôt à la pierre , s'y introduit jusqu'à 20 millimètres environ 
de profondeur ; arrivé là , il n'a encore fait que la moitié 
de son travail ; il creuse toujours , mais en faisant un détour 
sur lui-même et en perforant un second trou semblable au 
premier et séparés l'un de l'autre vers le fond seulement , 
puis le Mollusque se rapprochant pour communiquer à 
peine au premier conduit , qu'il suit alors parallèlement , 
vient ressortira la surface de la pierre. Le coude qu'il doit 
faire au fond de son premier trou motive naturellement 
leur séparation dans cette partie. 

Dans l'examen attentif que nous avons dû faire d'un 
grand nombre de ces excavations, nous nous sommes 
assuré qu'elles ne provenaient pas d'un travail simultané , 
que chacun de ces trous était pratiqué l'un après l'autre de 
la manière dont nous l'avons expliqué plus haut , et nous 
en avons trouvé la preuve la plus irrécusable dans un cal- 
caire dur qui présentait une de ces excavations non ache- 
vée. Le Mollusque , après avoir fait un premier trou , son 
coude , et être remonté de la moitié seulement de l'espace 
qui lui restait encore à franchir pour arriver à la surface 
de la pierre , s'est arrêté là : ce trajet , ainsi aux trois 
quarts achevé , fut pour nous la preuve certaine de ce sin- 
gulier travail chez ces animaux. 

18'»3. Il 



6 Magasin de zoologie. — . année 1843. 

Nous devons considérer que ce trajet se fait bien promp- 
tement , à en juger par la grosseur des deux trous perforés, 
qui devraient différer de grosseur, si le Mollusque prolon- 
geait ce travail ; car il accroîtrait de volume lui-même dans 
ce trajet , et le second trou devrait être sensiblement plus 
gros que le premier, et rarement ils présentent entre eux 
des différences sensibles : il y en a cependant quelquefois. 
Nous devons en conclure que ce premier travail de la part 
du Mollusque est fait très promptemeht (pi. 71 , fig. b). 
Le Mollusque s'introduit de nouveau dans ce même 
passage, y faisant peut-être plusieurs fois cette évolu- 
tion , il grossit , élargit son ouverture , détruit la cloison 
qui sépare ses deux trous dans leur profondeur qui , alors , 
présente une seule excavation pyrilorme où le Mollusque 
habite; il a bientôt acquis la grosseur d'un grain de fro- 
ment, alors il élève un prmier tube, comme nous l'avons 
cité , et qu'il détruit plus tard pour en renouveler de plus 
gros proportionnés à son développement, comme fait la 
Clavagelle. 

En comparant les diverses grandeurs et en les classant , 
en quelque sorte, nous avons pu supposer , avec vraisem- 
blance, que le Mollusque change trois fois son tube pour 
arriver au dernier, qui est le maximum de son développe- 
ment (pi.. 69 , fig. 1 , et pi. 70./. 

L'animal du Gastrochène modioline a un petit pied rudi- 
mentaii e semblable à celui de la Clavagelle : son excavation 
est parfaitement concentrique , et, comme la Pholade , il 
faut qu'en accroissant sa demeure il fasse un mouvement 
de rotation pour parvenir à une régularité si parfaite 1 . 



I Nous avons reconnu ce mouvement de rotation dans les. excava- 
tions des Pholades, dans le calcaire tendre argileux du grand port 
de Malte ; leurs trous sont souvent empreints des stries très pronon- 
cées formées par les parties anguleuses des valves , comme si elles 
avaient été' faites au tour sur la pierre. 

II n'en est pas ainsi de !a JViodiole lithophage , eile ne tourne pas 



Mollusques, Pc. 69 à 71. 7 

Nous avons observé des valves de la coquille du Gastro- 
chène de tous les âges; les plus jeunes , que l'on ne recon- 
naît qu'à l'aide d'une loupe , n'ont qu'un tiers de milli- 
mètre. 

Ces animaux ne pénètrent pas avec la même facilité dans 
tous les calcaires : lorsqu'ils sont durs et trop compactes , 
nous avons observé que, pour s'y introduire seulement 
de 5 à 6 millimètres , le Mollusque a déjà acquis quatre et. 
cinq fois l'âge et le développement des premiers introduits 
dans le calcaire tendre , et que le premier trajet qu'il fait 
dans la pierre dure n'a que la moitié de la profondeur ac- 
quise par les premiers ; alors il stationne , arrondit sa 
cellule et élève un petit tube pour rétrécir son ouverture 
avant de se livrer à plus d'accroissement. 

Dans ces calcaires durs , les parois de leur excavation , 
étant lisses , ne sont point recouvertes de test; il n'est em- 
ployé alors que pour la construction supérieure du tube et 
la formation des deux carènes intérieures , tandis que , dans 
les masses madréporiques et les formations sablonneuses 
sous-marines et souvent friables des environs de Venise , 
le Mollusque est obligé , le plus souvent , d'enduire toute 
sa demeure d'une couche de test ' . 

En certains endroits ces animaux sont abondants : des 
parties du roc en sont couvertes , et l'espace leur manque, 

sur son axe , aussi son trou est-il plutôt ovale : elle s^ttache avec 
un byssus; son pied est très mince et long de 30 millimètres. 

1 L/essaique nous avons pu faire de cette formation sons-marine 
nous a fait reconnaître que le quartz, joiut à quelques parcelles de 
mica, e'tait en partie presque égale à celle du ciment calcaire qui 
les unit; les grains de quartz sont blancs, en partie diaphanes et 
limpides. Cette observation détruit la difficulté' de trouver, disait 
un auteur, un fondant qui pût agir et sur le calcaire et sur la 
silice, où ces animaux se sont quelquefois introduits. Dans ce cas, 
la dissolution du calcaire parla substance acidule'e du Mollusque 
entraîne avec elle la désagrégation de la roche; cette quantité de 
sable quartzeux qui doit se précipiter au fond de son excavation esl 
cependant rejetée par le Mollusque hors de son tube. 



8 Magasin de zoologie. — année 1843. 

attendu leur rapprochement, ou les œufs sont rejetés au- 
tour des tubes ; aussitôt ils s'attachent dans le même en- 
droit , et ce rapprochement leur est bientôt nuisible dans 
leur accroissement. En perforant leur demeure , ils se 
communiquent , se traversent et détruisent souvent leur 
travail l'un et l'autre ; quand l'espace le permet , ils se 
cloisonnent pour se séparer mutuellement. 

Ils ont aussi à se défendre des Polypes qui , de leur sé- 
diment , recouvrent promptement la surface des rochers et 
boucheraient l'ouverture de leur tube s'ils n'avaient la 
prévoyance de les élever promptement. 

Ce Gastrochène est donc commun avec les autres ani- 
maux térébrants dans le grand port de Malte ; il habite le 
calcaire grossier à grains fins , plus souvent une variété 
très tendre à l'aspect argileux. Il est rare de pouvoir les 
obtenir dans un état parfait de conservation 7 étant obligé 
de les draguer comme les Clavagelles. 



Mollusques, Pi.. 69 à 7i 



EXPLICATION DES PLANCHES. 



PLANCHE 69. 

Fig. I. Mollusque Gastrochène modioline sous sa coquille en 

partie ferrae'e ; les siphons , quoique très contractée, res- 
sortent cependant de leur test; leurs ouvertures présen- 
tent des papilles de couleur e'carlate. Cet individu est un 
des plus grands. 

Fig. IL Fragment de calcaire grossier à grains fins contenant le 
tube d'un Gastrochène, dont une partie s'élève de 35 mil- 
limètres hors de la pierre : dans sa partie inférieure un 
trou de Modiole lithophage a oblige' le Mollusque de chan- 
ger sa direction , en contournant son tube pour l'éviter. 
On voit une coupe de la partie postérieure de son exea- 
vation; elle est en partie enduite d'une couche de test 
pour se clore à la surface du rocher. 



PLANCHE 70. 



Coupe longitudinale du tube du même, montrant une 
de ses carènes , et la coquille grandement ouverte au foud 
de son excavation , qui est entièrement revêtue d'une 
couche de test; la masse est une agglomération madre'yo- 
rique. Ce tube ainsi que sa coquille sont les plus grandes 
tailles que l'on rencontre de cette espèce. 



10 Magasin i>e zoologie. — • année 1843. 



PLANCHE 71. 



Fragment de calcaire tendre renfermant un grand 
nombre de Gastrochènes modiolines , dont un tube s'élève 
jusqu'à 45 millimètres en dehors de la pierre; sa surface 
est pcrfore'e de nombreux trous provenant du premier âge 
de ce Mollusque; une face de cet échantillon présente , à 
la coupe longitudinale , deux de ces mêmes trous indi- 
quant (en b) toutle parcours que fait le Mollusque, laissant 
ordinairement dans ce premier travail une séparation que 
l'on observe dans la partie inférieure de son trajet. -La 
figure a représente une autre coupe semblable du même, 
offrant le second âge et le premier tube qu'élève ce Mol- 
lusque. 

Toutes ces figures sont de grandeur naturelle. 



Mollusques, Pl. 72. 1 

G. CONE. Conus, Linné. 
C. de Delessert. C. Detesserlii. Récluz. 

C. testa turbinata , basi tr ans ver se sulcata , roseo-rufescente 
swe lutescente, punctis quadratis castaneis interdùm con- 
fluenlibus obliqué perlongum flammulala , albo in medio 
bifasciata : f as cii s punctis castaneis quadratis lessellatis ; 
spira conico-acuta , gradatim digesta, elongata, castaneo 
flammulata ; anfractibus supernè canaliculalis , basi cari- 
natis , cariais albis , spadiceo-articulatis : supremis granu- 
latis ; apertura alba y roseo-trifasciata ; labro supernè valdè 
emarginata. 

Conus Delessertii , Récluz. Revue zoologique par la Société Cuvie- 
rierme, 1843, p. 2. 

Coquille turbinée , lisse , brillante , sillonnée transversa- 
lement à sa base par des stries peu profondes et empreintes 
de quelques légères stries d'accroissement dans sa longueur. 
Sa surface , d'un rose roussâtre ou jaunâtre , est peinte de 
points carrés, marron, devenant parfois confluents et for- 
mant alors desflammeslongitudinales obliques. Ces flammes 
sont coupées , sur le milieu du tour, par deux fascies blan- 
ches, marquetées de taches ou petits points presque carrés , 
également marron. Spire conique, allongée, aiguë au 
sommet , ayant treize à quatorze tours graduellement éta- 
ges , canaliculés en dessus et bordés d'une carène à leur 
base-, les premiers tours sont granuleux. Cette spire est 
d'un, jaune orangé et flammulée de marron. Ouverture 
allongée, blanche et brillante, avec trois fascies roses en 
dedans. Labre mince, tranchant et fortement échancré au 
sommet. 

1843. 12 



2 Magasin de zoologie. — année 1843. 

Le dessinateur a oublié les fascies intérieures du labre et 
les granulations du sommet de la spire. 

Dimensions. 

Longueur m ,62 

Largeur 30 

Hauteur de la spire 25 

Hauteur du dernier tour 37 

Hab. la mer Rouge , près des côtes de l'île de Socotora, 
où cette belle coquille a été découverte par M. Jehenne, 
officier supérieur de la marine royale. Elle appartient au 
cabinet de M. le baron Benjamin Delessert, auquel nous 
nous sommes fait un plaisir de la dédier. 

C. A. RÉCLUZ. 



Mollusques, Pl. 73. 

G. CYCLOSTOME. Cyclostoma. Lamarck 
C. naticoide. C. naticoides. 



C tesla orbiculato-conica , subtus oblique conuexa, albo-ro- 
sea; anfractibus quinis lV2, convexis , infîmo ventricoso , 
Ion citadin aliter rugoso , transversim rugis minoribus, sub- 
acutis inordinalis cincto; spira conica oblusata, tenuiter ac 
dense clathrata; apertura intus luteo-fuscescente, exûus 
incrassata alba; umbilico callum crassum, compressum , 
dilatatum, albumque occultante. 

Junior. Testa spirœ anfractibus superioribus nigrescentibus , 
transversim regulariter sulcatis, longitudinaliter densissime 
striatisy subclathratis ; peristomate minus incrassato, um~ 
bilicum versus angulato ; umbilico pervio. 

Cyclostoma naticoides , Re'cluz. Revue zoologique par la Société Cu- 

uierienne , 1843, p. 3. 
Cyclostoma naticoides, Sowerby jun. 

Coquille orbiculaire , élevée en cône , obliquement con- 
vexe en dessous , d'une couleur blanche-rosée, formée de 
cinq tours et demi de spire , le premier obtus , planulé au 
sommet, les autres convexes, finement et légèrement treil- 
lissés. Dernier tour ventru , blanchâtre ou d'un rose livide 
et pâle , plus ou moins fortement plissé et strié en long , à 
plis assez réguliers , sculpté en travers de rides subaiguës , 
plus étroites et disposées sans ordre. Spire conique , à som- 
met obtus et planulé. Ouverture oblique , d'un jaune bru- 
nâtre à l'intérieur, blanche , brillante et épaissie à son bord 
externe. Ombilic fermé par une callosité épaisse, large, 
comprimée à la surface et d'une couleur blanche. Cette 
1843. 12 



2 Magasix de ZOOLOGIE. A1\XÉE 18)3. 

callosité est le produit du prolongement et de l'épaississe- 
ment de la marge médiane du bord interne. 

Les jeunes coquilles ont un certain faciès qui laisse dans 
le doute si ce sont des espèces distinctes de notre type ou un 
état particulier du jeune âge ; mais, après avoir étudié com- 
parativement leurs caractères essentiels , on finit par s'ar- 
rêter à cette dernière opinion. Les seules différences con- 
sistent en ce que 1° leurs tours sont noirâtres, 2° plus 
régulièrement sillonnés en travers et subtreillissés par des 
stries longitudinales très serrées entre elles , et 3° que leur 
ombilic est ouvert et profond; mais ce qui prouve que ce 
dernier caractère tient à la jeunesse de la coquille, c'est que 
son bord gauche forme un angle dirigé sur l'ombilic , et 
que , sur d'autres un peu plus âgées , cet angle s'avance da- 
vantage , s'épaissit et bouche la moitié du trou. Leur oper- 
cule est exactement conformé comme celui des coquilles 
adultes, c'est à dire tes lacé , ovale , très arrondi dans les 
deux tiers inférieurs et prolongé eo angle obtus au côté 
supérieur; plane sur les deux faces , blanc au dehors, formé 
de trois tours assez larges , sculpté de stries rayonnantes , 
onduleuses , avec le centre lisse ; la face interne est recou- 
verte d'une pellicule jaunâtre. 



D 



internions. 



Hauteur m ,43 

Largeur 43 

Hauteur du demi -tour 22 

Hauteur de la spire 21 

Hab. l'intérieur de l'île de Socotora (M. Jehenne). Ca- 
binets de M. le baron Benjamin Delessert et de M. Petit de 
la Saussaye. 

C. A. RÉCLUZ. 



Mollusques, Pc. 74. 

G. CYCLOSTOME. Cyclostoma. Lamarck. 
C. Clathratule. G« Clalhratula. Reclus. 



C. testa orbiculalo-conica, futeo-aurantia , anfractibus con- 
vexis, ad suturam planiusculis, transversim vegulariler ac 
tenuiter sulcatis, longitudinaliter dense striatis, clathratu- 
Usque, fasciis tranéversis fuscescenlibus cinctis ; suprepiis 
basi nigro marginatis, injimo in medio zona pallide auran~ 
tia et spadiceo superne marginata , subtus lœvigato ; aper- 
tura intus aurantia , spadiceo superne fasciala , margine 
acuta; umbilico peivio, dilatato. 

Cyclostoma clathratula , Récluz. Revue zoologique par la Société 

Cuvieritnne, 1843, p. 3. 
Cyclostoma clathratula, Sowerby jun. 

Coquille orbiculaire, conique supérieurement, compo- 
sée de cinq tours de spire convexes , un peu planes au- 
tour de la suture, d'un jaune orangé , sculptés de sillons 
transverses , réguliers et fins, croisés par des stries longitu- 
dinales denses et étroites , qui font paraître les tours légè- 
rement treillissés. Ces tours sont ceints de fascies brunâtres 
plus ou moins apparentes ; les supérieurs sont bordés , à la 
base , d'une fascie noire , le dernier est orné , sur le milieu, 
d v une zone orangée pâle, bordée de rouge-brun supérieu- 
rement et d'une zone pins pâle en dessous. Face inférieure 
tout à fait lisse et unicolore en dessons. Spire conique , un 
peu obtuse au sommet. Ouverture orangée intérieurement 
et zonée de rouge-brun supérieurement; périslome tran- 
chant. Ombilic assez grand , profond et spiral. Opercule 
inconnu. 

Cette espèce, assez voisine, par ses caractères, des jeunes 
1843. 12 



2 Magasin de zoologie. — année 1843. 

coquilles du Cyclostome naticoïde , pourrait être prise pour 
une variété de coloration de celles-ci ; cependant les indivi- 
dus nombreux rapportés par M. le commandant Jehenne , 
à qui on en doit la découverte , sont tous colorés et sculp- 
tés de la même façon et ont le péristome aigu. Cette espèce 
est peut-être une coquille à l'état de jeune âge. 

Dimensions . 

Hauteur O m ,22 

Largeur , = 0™ 23 1/2 

Hauteur delà spire O m ,ll 1/3 

Habite avec la précédente. Cabinets de MM. Delessert et 
Petit de la Saussaie. 

C. A. RÉCLUZ. 



Mollusques, Pl. 75. 1 

G. PUPA. Pupa. Lamarck. 
P. sillonnée. P. arata: Récluz. 

P. testa oblongo-conica, dilatata , albida, tenui , pellucida , 
super ne dilute fuscescente , lineis elevatis densissimis et 
sulcis latioribus per longum et oblique arata ; anfractibus 
depresso convexiusculis ; apertura obliqua, extus fulvo-zo- 
nata , intus ad sinistram sinuata et oblique uniplicala : 
plica compressa ; peristomate dilatato , lamelloso , piano , 
subreflexo , tenuissimo ; umbilico consolidato. 
* 

Pupa arata, Récluz. Revue zoologique par la Société Cuvierienne , 
1843, p. 4. 

Coquille oblongue, conique, dilatée, mince, pellucide, 
blanchâtre , d'un brun pâle supérieurement, sillonnée obli- 
quement et en long de lignes élevées , très rapprochées , et 
de sillons plus larges. Elle est formée de huit tours de spire 
déprimés, peu convexes, séparés par une suture linéaire. 
Spire conique , de beaucoup plus courte que le dernier tour. 
Ouverture oblique , zonée de fauve à l'extérieur, sinueuse à 
la partie interne gauche et portant un pli oblique, com- 
primé. Péristome dilaté , lamelleux , plane , presque réflé- 
chi et très mince. Ombilic fermé à l'intérieur, indiqué par 
une compression très plane. 

Dimensions . 

Longueur m ,2S 

Largeur ni , 8 

Habite avec le précédent (M. Jehenne). Cabinets de 
MM. Delessert et Petit de la Saussaye. 

C. A. RÉCLUZ. 

1843. 12 



Mollusques, Pl. 70. 1 

G. PUPA. Pupa. Lamarck. 
P. de Jehenne. P. Jehennei, Récluz. 

P. testa cylindraceo-com'ca , albida , pellucida, lœvigala; 
anfractibus supremis planis , inferioribus convexiusculis ; 
apertura intus ad sinislram sinuosa , extus ovato-rotundata, 
margine reflexa , dilatata, tenui, alba ylabio intus et in me- 
dio transversim dente unico, convexo, lacteo notato j umbi- 
lico consolidato, compresso pianissimo. 

Pupa Jehennei, Récluz. Revue zoologique par la Société Cuvie- 
rienne, 1843, p. 4. 

Coquille cylindracée , à spire conique, composée de huit 
à neuf tours de spire peu convexes , blancs , peliucides , 
brillants , lisses et cependant montrant , sous la loupe , des 
stries fines , obliques à la partie supérieure , et d'autres plus 
régulières et presque effacées à la partie inférieure ; tous 
séparés par une suture superficielle; le dernier tour plus 
long que la spire. Ouverture ovale , arrondie à l'extérieur 
et sinueuse au côté droit extérieur. Labre à marge dilatée , 
réfléchie , blanche , lisse et mince. Columelle portant sur 
le milieu de son côté interne et antérieur une dent convexe, 
presque aiguë en avant, et d'un blanc de lait. Ombilic 
fermé à l'intérieur et indiqué seulement par une dépression 
peu profonde et très plane. 

Dimensions . 

Longueur 0m/>23 

Largeur 0m ; 0l 1 

Habite l'île de Socotora (M. Jehenne). Cabinet de 
M. Petit. 

C. A. RÉCLUZ. 

184 J. \2 



Mollusques, Pl. 77 et 78. 

G. CASTALIE. Castalia. Lamarck. 
C. de Dupre. C. D/tprei. Récluz. 



C. testa ovato-trigona , inflata, antice rotundata , postice cor- 
diformi , comprÈsso-pIana , basi 7-ostrata; utroque latere 
valde angulata ; angulo obtuso , rotundato, costœformi , 
prominenti , margine ventrali hiante; fulva , lœvigata , 
irregulariter rugosa. 

Castalia Duprei , Récluz. Revue zoologique par la Société Cuvie- 
rienne, 1843, p. 305. 

Cette coquille, l'une des plus grandes du genre, est ovale, 
trigone , renflée , arrondie en avant , cordiforme , compri- 
mée , presque plane sur la face postérieure , dont la base est 
prolongée en une sorte de bec. Ce côté est bordé , de part et 
d'autre , d'un angle très saillant , obtusément arrondi et en 
forme de côte. La marge inférieure de cette coquille est 
bâillante, et les valves , d'une couleur fauve, sont mar- 
quées de rides irrégulières plus saillantes vers leur base. 
Crochets obtus , décortiqués, nacrés et courbés antérieure- 
ment. Sa charnière est formée de trois dents cardinales 
subcentrales rapprochées, presque perpendiculaires et gra- 
duellement plus grandes, en avançant sur le côté antérieur. 
La valve droite a trois dents latérales antérieures , celle du 
milieu plus élevée, plus forte, sillonnée en dehors et for- 
tement crénelée à la marge , la dent latérale postérieure 
fortement incisée dans le milieu de sa longueur et obli- 
quement tronquée à sa base , ce qui lui donne la forme 
de deux crans de scie. La valve gauche est sculptée de 
deux fortes dents latérales antérieures, la supérieure plus 
saillante, plus longue et sillonnée en dedans : les sillons 
s'effaçant vers le côté antérieur ; deux autres dents latérales 
1853. 12 



2 Magasin be zoologie. — année ISiS. 

postérieures très longues , moins saillantes que les anté- 
rieures et entières. Intérieur d'un blanc-bleuâtre nacré , 
plus foncé sur les bords et d'un rose tendre sous les som- 
mets. Impressions musculaires : deux antérieures réni- 
formes , l'inférieure plus grande , plus allongée ; deux pos- 
térieures : la supérieure petite et en losange , l'inférieure 
grande , arrondie. Impression palléale simple , étroite , très 
écartée de la marge inférieure , laquelle est légèrement 
sinueuse vers son côté postérieur. 

Dimensions. 

Hauteur 0^,08 

Diamètre transversal m , 10,005 

Convexité' m ,08 

Cette intéressante espèce a été apportée en France par 
M. Dupré, de Paris, ancien inspecteur des finances; elle a 
été découverte par lui, dans les grands lacs de Para (pro- 
vince du Brésil) ; c'est pourquoi nous nous sommes fait un 
vrai plaisir de la dédier à ce zélé voyageur, qui en a enrichi 
les collections parisiennes. L'individu typique appartient au 
riche cabinet de M. le baron Benjamin Delessert. 



G. A. RECLUZ. 



Mollusques, Pi. 79. i 

G. PHOLADE. Pholas. Linné. 
P. spatdlée. P. spaihulata . Deshayes. 

P. testa elongata-cylindracea -, ulroque latere hiante , trans- 
versim lamcllosa , longîludinalàer striata ; latere postico 
lœvigato y - valais antice rostratis* tenuibus , fragilibus ; 
scuto angusto , postice truncalo. 

Habite les mers du Chili. 

Cette coquille se rapproche un peu du Pholas crispata-, 
dont elle se distingue, du reste, par tous' ses caractères spé- 
cifiques ; elle est allongée , subcylindracée , bâillante à ses 
extrémités : le.côté postérieur est très largement ouvert , et 
les valves ne se touchent que par on point du bord cardinal 
et par un autre point opposé du bord inférieur. Le bâille- 
ment antérieur est très large , et la partie du bord qui cor- 
respond à ce bâillement est légèrement plissée. Les valves 
se terminent antérieurement par une espèce de bec étroit et 
assez allongé ; elles s'élargissent , du côté postérieur, beau- 
coup plus que dans la plupart des autres espèces. La surface 
extérieure présente un assez grand nombre de lames trans- 
verses , fines et courtes, sur lesquelles passent des stries 
longitudinales , rayonnantes , qui les relèvent en festons. 
Ces stries et ces lames diminuent peu à peu vers le côté 
postérieur de la coquille et finissent par disparaître complè- 
tement. La charnière est consolidée par un écusson mince , 
étroit, lancéolé, tronqué postérieurement, et qui couvre 
complètement la callosité cardinale. A l'intérieur, la co- 
quille est blanche ; elle est d'un blanc grisâtre ou jaunâtre 
en dehors. Le cuilleron est allongé, étroit, assez épais et 
creusé en gouttière à son extrémité libre. 

Cette coquille est longue de 25 millim. et large de 55. 

DESHAYES. 

1843. 14 



Mollusques, Pl. 80. 1 

G. MÉSODESME. Mesodesma. Deshajes. 
M. large. M. lata. Deshayes. 

M. testa ovato-trigona, depressa, solido , lœvigata^ transver- 
sim substriata, subœquilalera; latere postico breviore, an- 
tico latiore; marginibus in te gris; apice minimo y cardine 
anguslo ;foveola ligamenti profunda. 

Habite. 

Cette coquille est l'une des plus grandes du genre. Elle 
est ovale-trigone , subéquilatérale ; cependant le côté posté- 
rieur est un peu plus court que l'antérieur. Les crochets 
sont très petits et dépassent à peine le bord cardinal. Les 
bords sont entiers , parfaitement lisses : le bord cardinal est 
peu élargi , et il présente , sur la valve gauche, deux dents 
obliques divergentes du côté antérieur, et une seule sur le 
côté postérieur. Sur la valve droite on remarque, sur le 
côté antérieur, deux fossettes inégales et une seule dent 
oblique, et , du côté postérieur, une fossette assez profonde. 
La fossette du ligament est étroite et fort profonde. Les im- 
pressions musculaires sont rapprochées : l'antérieure est 
oblongue, la postérieure est arrondie. Une impression 
palléale , placée très haut dans l'intérieur des valves , pré- 
sente , au côté postérieur, une sinuosité large et peu pro- 
fonde. Toute la surface extérieure de cette coquille est lisse 
et brillante : on y remarque des stries régulières d'accrois- 
sement qui disparaissent entièrement vers les crochets. 
Toute cette coquille est d'un blanc grisâtre, un peu jau- 
nâtre , surtout à l'intérieur des valves. L'individu que nous 
décrivons a 62 millim. de large et 44 de long. Il y a des in- 
dividus qui atteignent une taille presque double. 

DESHAYES. 

1843. H 



Mollusques , Pl 81. 1 

G. TELLINE. Tellina. Lamarck. 
T. ligamentine. T. ligamentinci. Deshayes. 

T. testa ovato-oôlonga, depressa, tenui ', fragili , alba hiante , 
subœquilatera, postice subangulata, siibinequwalvi ;. car- 
dine angusto, unidenlaw ; nymphis incrassatis , prof midis. 

Habite. 

Voici une coquille singulière que je rapporte aux 
Tellines , quoiqu'elle n'ait pas tous les caractères de ce 
genre ; mais , dans les Tellines proprement dites , on est 
obligé d'admettre des coquilles qui offrent des séries de 
modifications dans les caractères de la charnière , qui sont 
assez comparables à celles que l'on observe dans les Lucines 
et dans plusieurs autres genres. Toutes les Tellines, d'après 
la définition de Lamarck , devraient avoir une ou deux 
dents cardinales ainsi que des dents latérales. Les dents 
cardinales persistent ; mais on voit les dents latérales dis- 
paraître insensiblement dans une série d'espèces , et les co- 
quilles dont Lamarck a fait son genre Tellinide n'ont plus 
la moindre trace de ces dents latérales. La plupart des Tel- 
lines sont équivalves , cependant elles ne le sont pas aussi 
parfaitement que dans la plupart des autres genres à co- 
quille régulière, tels que les Vénus, les Lucines, etc. 
On en voit même qui sont inéquivalves d'une manière fort 
remarquable , et il nous suffit de citer les Tellina Spengleri 
et operculata pour appuyer notre observation. La coquille 
que nous rapportons, ici , au genre Telline présente cette 
combinaison d'être inéqui valve et de n'avoir points de dents 
latérales , ce qui doit la faire rentrer dans le genre Telli- 
nide de Lamarck. 

1843. 14 



2 Magasin de zoologie. — année 1843. 

Cette coquille est ovale-subtrigone; elle est mince , fra- 
gile, toute, blanche, lisse, marquée seulement par des 
stries régulières d'accroissement. C'est la valve droite qui 
est la plus profonde et la plus grande ; le côté postérieur 
est un peu plus court et plus étroit que l'antérieur. Un 
angle oblique et obtus le parcourt depuis le sommet jus- 
qu'à l'angle postérieur et inférieur des valves. Lorsque les 
valves sont rapprochées , elles sont bâillantes de chaque 
côté ; les crochets sont petits , pointus, et dépassent à peine 
le bord cardinal ; celui-ci est étroit et présente une seule 
dent sur chaque valve. Ce qui rend surtout cette coquille 
remarquable, c'est la disposition de son ligament, il s'in- 
sère sur des nymphes très épaisses qui se continuent à l'in- 
térieur en une côte oblique et courte au dessus de laquelle 
les bords du corselet se relèvent pour cacher presque entiè- 
rement le ligament lui-même. L'impression musculaire an- 
térieure est fort étroite et décurrente le long du bord de la 
coquille. La postérieure est plus en dedans que dans la plu- 
part des autres espèces , et elle est ovalaire. L'impression 
palléale est faiblement marquée; elie présente cependant 
une très profonde sinuosité postérieure. 

Cette espèce intéressante a 45 inillim. de long et 63 de 
large. 

DESHAYES. 



AIOLLUSQVES, Pl. 82. i 

G. LUCINE. Lucina. Lamarck. 
L. ridée. L. corrugata. Deshayes. 

L. testa orbiculari, lentiformi, ventricosa, transversim et irre- 
gulariter sulcato - lamellosa , lineolis sq ualidefuscis radiata , 
intus extasque alba ; cardine incrassalo edentulo. 



Habite la mer de Californie. 

Coquille qui a quelque ressemblance avec le Lucina ja- 
maiceusis de Lamarck , mais qui est distincte de toutes les 
espèces jusqu'à présent connues. Elle est orbiculaire, con- 
vexe; elle a une tendance, en vieillissant , à devenir plutôt 
oblongue que transverse. La lunule et le corselet sont indi- 
qués par une sinuosité moins profonde que dans lejamai- 
censis. Cette coquille est presque équilatérale ; ses crochets, 
souvent rongés comme ceux des coquilles d'eau douce, sont 
opposés , rapprochés et peu inclinés du côté antérieur. 
Toute la surface est garnie de côtes transverses assez épais- 
ses , étroites , obtuses , quelquefois sublamelleuses : ces 
côtes n'ont pas toujours la régularité qu'on leur voit dans 
l'individu représenté ; elles sont plus ou moins écartées, 
selon les individus , et le ventre de la coquille est la partie 
sur laquelle elles sont plus proéminentes. Toute la surface 
extérieure est revêtue d'un épidémie mince , gris, légère- 
ment violacé , sur lequel se dessinent de petites linéoles 
longitudinales d'un brun sale très pâle. A l'intérieur, la 
coquille est d'un très beau blanc ; le bord cardinal est 
épais, mais sans aucune trace de dents ; un ligament allongé, 
épais et puissant , s'insère sur une nymphe qui occupe 
presque toute la longueur du bord supérieur et postérieur. 
1843, 14 



2 Magasin de zoologie. — année 1843. 

Les impressions musculaires sont très écartées ; la posté- 
rieure est ovalaire et courte , l'antérieure est allongée , 
très étroite , et descend obliquement vers le bord inférieur. 
L'impression palléale est simple, et elle est très près du 
bord des valves. Ces bords sont simples et sans crénelure. 

Cette coquille , rare encore dans les collections , a 60 mil- 
limètres dans ses deux diamètres. 

DESHAYES. 



MAGASIN 



DE 



ZOOLOGIE. 



ANNEE 1843. 



-ÊHgH5>« 



ANNÉLIDES , Pl. 1 , 2, 3. 



DESCRIPTION 

de quelques espèces nouvelles 

d'annjélides errantes 

recueillies sur les côtes de la Manche ; 

par A. DE QUATREFAGES. 



G. PHYLLODOCE. Phyllodoce. Savigny. 
P. Saxicole. Saxicola. Nob. 

J'ai trouvé cette espèce d'Annélide à Chaussey , où on la 
rencontre assez souvent dans les fentes des roches grani- 
tiques friables qui entourent le port Marie. Bien qu'elle 
présente , au premier coup d'œil , une grande ressemblance 

1841. 4 



2 Magasin de zoologie. — anxée 1843. 

avec la P. lamelleuse {P. laminosa, Savigny), elle en est 
bien distincte , comme on pourra s'en assurer par les dé- 
tails suivants. 

La couleur est variable comme celle d'un grand nombre 
d'Annélides errantes : le plus souvent elle est d'un blanc 
verdâtre ou rosé, avec de riches reflets d'argent et d'acier 
bruni (PI. I, fig. 1). La teinte générale est quelquefois 
rosée et présente alors des reflets de cuivre rouge ; enfin , 
dans quelques localités, j'ai trouvé des individus dont les 
parties antérieures étaient d'un brunroussâtre et les parties 
postérieures d'un vert plus ou moins foncé (pi. I, fig. 2). 

Comme chez la plupart des Annélides errantes , le 
nombre des anneaux de la Phillodoce saxicole varie consi- 
dérablement avec la longueur de l'animal. J'en ai compté 
environ deux cents sur des individus de 3 pouces ; mais 
quelques autres, dont la longueur était de près de 8 pouces, 
en avaient jusqu'à cinq cents. 

Il est inutile, sans doute , d'ajouter ici que le diamètre 
du corps est loin de croître dans la même proportion. 

La tête est triangulaire, arrondie en arrière (fig. 1) ; elle 
porte en avant quatre antennes petites, disposées par 
paires, de chaque côté. La cinquième antenne, placée bien 
en arrière,, est plus courte , et sa base large lui donne l'as- 
pect d'un petit mamelon conique. La présence de cette an- 
tenne médiane distingue notre Phillodoce de la P. lamel- 
leuse. Les yeux sont assez grands, de couleur rouge et 
placés en arrière sur deux renflements de la tête qui lais- 
sent entre eux un sillon peu profond sur la ligne moyenne. 
La trompe (fig. 1 ) est très longue et très grosse : son dia- 
mètre est le ^double de celui du corps de l'animal. Comme 
dans la P. lamelleuse , elle semble divisée en deux parties, 
dont l'antérieure est polygonale , tandis que la postérieure 
est arrondie et renflée ; mais celle-ci est entièrement cou- 
verte de petites papilles, tandis que, dans la P. lamel- 
leuse , la base en est entièrement dépourvue. La portion 



AnhÉLIDES , Vl. 1 , 2 , 3. 3 

antérieure est lisse et présente six faces peu marquées ; elle 
est brusquement tronquée en avant et forme une espèce de 
plateau dont le bord est garni d'un très grand nombre de 
petites papilles, et au centre duquel est placé l'orifice 
œsophagien. Tous les tissus de cette trompe sont d'une 
apparence extrêmement délicate et à demi transparents. 

Le premier segment du corps est presque linéaire et si 
bien uni à la tête , qu'on a quelque peine à l'apercevoir. Il 
porte , de chaque côté , deux cirrhes tentaculaires qui , 
pendant la marche de l'animal , se dirigent en avant. Le 
second anneau est plus large , mais moins , pourtant , que 
les suivants. Deux paires de cirrhes tentaculaires plus longs 
que les précédents , s'y insèrent et sont dirigées en arrière 
quand l'animal se meut. Tous ces cirrhes sont , d'ailleurs, 
assez épais relativement à leur longueur. 

Les pieds des anneaux qui suivent sont semblables- jus- 
que vers l'extrémité postérieure ; ils se composent d'une 
seule rame portant un faisceau de soies divergentes , au 
milieu et un peu en arrière duquel est placé un acicuie 
conique très robuste (fig. 4). Le cirrhe branchial supérieur 
est très large et foliacé ; dans le pied qui suit immédiate- 
ment l'anneau portant les cirrhes tentaculaires, il est moins 
développé et surtout moins large; mais il prend au suivant 
les dimensions, qu'il conserve sur la plus grande partie du 
corps (fig. 4). Le cirrhe branchial inférieur est plus petit, 
mais également foliacé. En arrière, et à partir des 15-20 
derniers anneaux, ces cirrhes éprouvent des modifications. 
Le supérieur, tout en conservant sa forme lamelleuse , de- 
vient beaucoup plus petit; l'inférieur se change en une 
languette et finit par devenir presque cylindrique (fig. 5). 
Ces divers cirrhes sont portés sur un pédicule bien pro- 
noncé. Pendant la marche , l'animal les tient étendus 
presque horizontalement de chaque côté ; dans le repos ils 
sont repliés sur le dos et disposés tantôt de manière à ce 
que ceux du côté gauche recouvrent ceux du côlé droit ; 



4 Magasin ©e zoologie. — année 1843. 

tantôt de telle sorte que c'est le contraire qui a lieu (fig. 3). 
Les filets stylaires qui tiennent au dernier segment de la 
queue sont assez peu développés et foliacés (fig. 2). 

La disposition des cirrhes tentaculaires , les variations 
que présentent les cirrhes branchiaux de la partie posté- 
rieure du corps sont autant de caractères qui distinguent la 
P. saxicole de la P. lamelieuse. Les poils nous offrent en- 
core un moyen de distinguer ces deux espèces. Nous ne 
retrouvons plus ici le mécanisme si curieux décrit par 
MM. Audouin et Milne-Edwards ; dans cette dernière , les 
soies se terminent par une espèce de tête articulaire héris- 
sée de petites épines (fig. 6) et sur laquelle est fixée une 
pièce distincte, conique, recourbée, à pointe très fine, et 
dont la face convexe est comme dentelée 1 . 

G. EUNICE. Eunice. Cuvier. 
E. 4 ceinture. E. zonata. Nob. 

MM. Audouin et Milne-Edwards ont fait connaître une 
Eunice trouvée par eux à Chaussey (E. Bellii) , qui se dis- 
tingue de ses congénères en ce que les branchies n'occupent 
qu'un petit nombre d'anneaux et forment une touffe vers le 
tiers antérieur du corps. J'ai rencontré , dans la même 
localité , une seconde espèce qui présente le même carac- 
tère. Malgré cette circonstance remarquable, je crois pou- 
voir la distinguer. Les proportions du corps sont très 
différentes ; la position du bouquet des branchies n'est pas 
la même , et enfin les poils sont très différents. 

L'Eunice de Bell a 2 pouces de longueur sur 2 lignes de 

1 La figure 1 représente une F. saxicole en train de repousser sa 
partie postérieure. On reconnaît qu'il en est ainsi à la brusque inter- 
ruption des pieds et au petit bouton triangulaire qui porte les filets 
stylaires déjà bien développes. 



Aknélides, Pl. 1 , 2, 3. S 

large. L'Eunice à ceinture , quoique ayant jusqu'à 6 pouces 
de long, a, tout au plus, 1 ligne de largeur. En général , 
le corps est , en avant , d'un rouge uniforme passant , vers 
le milieu du corps , au violet pâle. Une ligne onduleuse 
verte et bleue règne tout le long du dos et se détache en 
arrière sur une teinte rose de plus en plus vive. 

La tête , non lobée , arrondie antérieurement , porte 
cinq antennes , dont les externes sont d'un quart plus 
courtes que les autres. Le premier anneau est presque 
aussi long que les deux suivants réunis. Il est dépourvu 
d'appendices, ainsi que le suivant, et ce n'est qu'au troi- 
sième segment que les pieds commencent à se montrer. 

Les pieds ressemblent beaucoup à ceux de l'Eunice de 
Bell, seulement le cirrhe supérieur, très conique, dépasse 
davantage le tubercule sétifère; en outre, on n'y distingue 
que deux acicules noirs à la base et bruns au sommet. 

Dans TE. de Bell, les branchies se montrent dès le quin- 
zième anneau et sont au nombre de dix-huit paires. Ici 
elles commencent au dix-huitième anneau et sont égale- 
ment au nombre de dix- huit : elles ressemblent, d'ailleurs, 
à celles de l'E. de Bell. 

Les poils de l'E. à ceinture diffèrent beaucoup de ceux 
de l'E. de Bell. Dans l'une et dans l'autre espèce ces poils 
sont de deux sortes, les uns simples, d'autres composés. 
Dans l'E. de Bell, les premiers sont simplement légèrement 
infléchis à leur extrémité, et se terminent en pointe aiguë. 
L'E. à ceinture présente quelque chose d'analogue (pl. II; , 
fig. 1) ; mais , de plus , au point de flexion , ces poils s'apla- 
tissent et sont finement dentelés sur leur bord concave. 
Les poils composés de l'E. de Bell se composent d'une tige 
à l'extrémité de laquelle est soudée une pièce qui semble 
n'en être que le prolongement. Ici cette tige forme , à son 
extrémité , une large têle à pointe aiguë , dont un bord est 
tranchant et dentelé, dont l'autre est assez brusquement 
aplati (fig. 2). La pièce mobile qui vient s'y articuler repose 



G Magasin de zooiogii;, — année 184§. 

sur un prolongement assez fort , s'élargit et s'épaissit plus 
haut en se courbant , et se trouve brusquement tronquée 
dans la direction du bord dentelé de la tige ; mais sur un 
des points du périmètre de cette section on distingue deux 
ou trois fortes dents recourbées. 

L'Eunice à ceinture vit dans les sables vaseux , en com- 
pagnie des Arénicoles, des Synaptes et des Siponcles. Elle 
est fort rare à Chaussey, où je ne l'ai rencontrée que deux 
ou trois fois. 

G. LOMBRINÈRE. Lombrineris. De Blmwittë. 
L. porte-peigne. L, pectinifera . Nob. 

Les caractères de celte Annélide devraient la faire regar- 
der comme intermédiaire , sous certains rapports , entre les 
Lysidices et les Lombrinères : elle a , en effet, les pieds des 
premiers et la tête des derniers. La présence d'une seule 
antenne médiane , l'existence de trois sortes de poils l'éloi- 
gneraient de ces deux genres ; j'ai cru toutefois devoir la 
rapporter aux Lombrinères de M. de Blainville , à cause 
de son faciès général. 

Le Lombrinère porte-peigne a environ 8 pouces de long ; 
le nombre des anneaux est de trois cents au moins. Le corps 
est large d'environ une ligne en avant : il diminue progres- 
sivement jusque vers le quart postérieur, où on trouve une 
partie caudale toute d'une venue et ayant à peine un quart 
ou un neuvième de ligne en largeur. La couleur générale 
est d'un rouge assez vif, passant au rose sombre en ar- 
rière. 

En dessus la tête est arrondie et unilobée (pi. II , 6g. 3). 
Lorsqu'on la regarde en dessous , elle est linguiforme et 
comme invaginée dans le premier anneau (fig. 4). A la face 
supérieure on distingue deux yeux bruns, avec une tache 



àkkélïdes, Pl. 1, 2, -3. 7 

ronde plus foncée au centre , ce qui , au premier coup d'œiî, 
simule assez bien une Iris avec son ouverture pupillaire. 
Entre les deux yeux et tout à fait en arrière, on aperçoit 
une petite antenne conique implantée sur un mamelon bien 
distinct. 

Le premier et le second anneau ont la même largeur 
que les suivants ; ils sont tous deux dépourvus d'appen- 
dices. Les pieds ne se montrent qu'à partir du troisième; ils 
sont fort petits et semblables partout. 

Ces pieds (pl. Il, fig. 5) sont uniramés et pourvus de deux 
cirrhes. Le supérieur est presque cylindrique , assez grêle , 
allongé au delà du tubercule sétifère : l'inférieur ne forme 
qu'un petit mamelon à peine sensible. Le tubercule séti- 
fère est comme pédicule et renflé à son extrémité ; il porte 
une douzaine de soies réunies en une seule touffe , et dans 
son intérieur on distingue un petit acicule. 

Les poils , avons-nous dit , sont de trois sortes : les 
uns (fig. 7) sont simples , et leur extrémité est seulement 
légèrement aplatie, coudée et terminée par une pointe 
longue très aiguë. Ces espèces de soies sont les plus longues. 
Les soies composées sont près de moitié plus courtes ; 
celles-ci (fig. 6) se composent d'une tige robuste légèrement 
recourbée à son extrémité , qui se renfle et est couverte de 
petites épines sur le côté convexe. Cette espèce de tête est 
tronquée obliquement et porte une pièce articulée sem- 
blable à un parallélogramme irrégulier dont un des côtés 
se creuserait en se prolongeant en une espèce d'apophyse 
qui porte sur la section de la tige principale. Cette pièce 
accessoire m'a paru tranchante en avant et sur le bord qui 
correspond au côté convexe de la tige. 

Enfin on trouve, au dessous des soies que nous venons de 
décrire , une troisième espèce de poils dont chaque pied ne 
présente qu'un seul échantillon. Ce poil (fig. 8) consiste en 
une tige presque aussi forte que celle de l'acicule , aplatie 
et très élargie en avant , de manière à former un triangle 



8 Magasin de zoologie. — année 1843. 

isocèle dont la base est en dehors. Cette base est aimée 
d'un grand nombre de dents très fines , disposées comme 
celles d'un peigne , et c'est de cette circonstance que nous 
avons tiré le nom proposé par nous pour cette nouvelle 
espèce. 

J'ai trouvé le L. porte-peigne dans les sables vaseux qui 
entourent les roches le plus à l'ouest de l'archipel de Chaus- 
sey. Il est difficile de s'en procurer des individus bien 
entiers , à cause de l'excessive ténuité de ses parties posté- 
rieures , de sa fragilité et de la facilité avec laquelle il 
forme des nœuds presque inextricables en se contournant 
en tout sens. 

G. MALACOCÈRE. Malacoceros. Nob. 

On sait que le genre Spio établi par Othon Fabricius est 
devenu une espèce de réceptacle pour un grand nombre 
d'Annélides errantes très différentes les unes des autres et 
appartenant , en réalité , à des genres souvent fort éloignés. 
Sans entrer ici dans des détails qui nous entraîneraient 
beaucoup trop loin , nous rappellerons que MM. Audouin 
et Milne-Edwards ont cru devoir rapporter aux genres 
Syllis, Onuphys, Néréide, etc., un grand nombre de vers 
réunis sous cette dénomination commune. Les caractères 
attribués aux Spios par M. de Blainville sont pourtant très 
faciles à saisir, au moins en apparence (une seule paire de 
tentacules céphaliques , latéraux , très gros et presque aussi 
longs que le corps ; un tube ; une seule paire d'yeux). C'est 
dans ce genre ainsi restreint que nous semble devoir rentrer 
le genre Leucodore , établi par M Johnston 1 . Son L. cilié 
présente même une telle ressemblance avec la Spio seti- 
cornis figurée dans l'atlas du Dictionnaire d' histoire natu- 

• Mag. of zoology, t. II , p. 66. i 



Akhélipes, Pi,. 1,2,5. 9 

relie, que nous serions tenté de croire à l'entière identité 
de ces deux Annélides. Le même M. Johnston a formé aussi 
le genre Nérine avec deux Annélides rapportées précédem- 
ment par lui au genre Spio. 

Parmi les caractères assignés par l'auteur à son genre 
Nérine, nous trouvons citée l'existence de deux antennes 
occipitales, coniques, longues et épaisses. La présence 
d'yeux est encore placée au nombre des signes distinctifs de 
ce genre 1 . Or les deux seules espèces qu'il y rapporte pré- 
sentent, sous ce double rapport, la discordance la plus 
complète. Dans la N. vulgaris , les appendices désignés 
sous le nom d'antennes partent bien évidemment du pre- 
mier anneau du corps et nullement de la partie postérieure 
de la tête. Un simple regard jeté sur la figure que donne 
M. Johnston suffirait pour en acquérir la certitude. Ayant , 
d'ailleurs , eu occasion d'observer cette Annélide, très com- 
mune à Saint-Malo , j'ai pu m'assurer qu'il en était bien 
réellement ainsi. Quant aux yeux , M. Johnston recon- 
naît que , sur plusieurs individus , il n'a pu en découvrir 
de traces , et mes propres observations me permettent d'as- 
surer qu'ils n'existent pas. L'Annélide dont nous parlons 
manque donc de deux caractères essentiels attribués par 
l'auteur à son genre Nérine. Quant à la seconde espèce 
(N. Coniocephala) , elle les présente , au contraire , de la 
manière la plus distincte; ainsi cette espèce devra seule 
être conservée dans le genre Nérine. 

J'ai trouvé , sur les côtes de la Manche , deux autres 
espèces d'Annélides qui ont le plus grand rapport avec la 
N. vulgaris de M. Johnston et me paraissent devoir former 
avec elle un genre nouveau. Les caractères principaux sont : 
deux arrhes tentaculaires très gros, partant du premier an- 
neau; bouche inférieure dépassée par un mufle déforme diffé- 
rente, selon les espèces; trompe très simple ■-, très courte , 

1 Loc. cit. 



10 Magasin i>e zoologie. — anivéiï 1843. 

dépourvue de dents ; point d'yeux. Je proposerai pour ce 
genre le nom de Malacocère {Malacoceros) . 

I. Malacocère vulgaire Malacoceros vulgaris. 
Nob. — JY. vulgaris. Johnston. 

Cette espèce , découverte par M. Johnston sur les côtes 
d'Angleterre, est assez commune à Saint-Malo. Je crois 
inutile de rien ajouter à ce qu'en a dit le savant anglais. 

II. Malacocère de Girard. M. Girardi. Nob. 
PI. 3. 

J'ai trouvé , pour la première fois , cette belle espèce aux 
îles Chaussey ; je l'ai, depuis, rencontrée à Saint-Malo. 
Elle est rare dans ces deux localités. En la dédiant à 
M. Girard de Caudemberg , ingénieur en chef chargé de la 
direction des travaux du port de Saint-Malo, je suis heu- 
reux de lui donner un témoignage public de ma recon- 
naissance pour l'empressement avec lequel il m'a aidé de 
tout son pouvoir dans mes recherches zoologiques. 

Le M. de Girard (pi. III , fig. 1) a 4 à 5 pouces de lon- 
gueur sur 3 lignes de large environ. Sa couleur est assez 
uniformément rougeâtre sur tout le corps , et cette teinte 
paraît plus vive sur les côtés, par suite de la présence des 
cirrhes branchiaux parcourus par des vaisseaux d'un assez 
fort calibre. Le nombre des anneaux varie de deux cent 
vingt à deux cent quarante environ. 

La tête , bien distincte du tronc , est formée par un lobe 
arrondi , plus large que long , terminé par un mufle dont 
la forme rappelle assez bien celle d'une enclume dont les 
deux cornes , parfaitement symétriques , s'allongent à 
droite et à gauche. C'est au dessous de ce prolongement 
qu'est placée l'ouverture buccale. La trompe est très 



Awnélides, Pi.. 1, 2, 3. 11 

courte et semble, quand elle sort, n'être formée que par 
un simple renversement de la membrane interne. Un 
nombre considérable de vaisseaux d'un beau rouge forment, 
à sa surface , un lacis à mailles très serrées. La couleur de 
la tête est d'un rose plus ou moins violâtre , semé depoints 
bleuâtres sur la ligne médiane en avant. En arrière on voit 
un espace triangulaire lisse, au milieu duquel on distingue 
sous la peau l'extrémité du vaisseau dorsal. Cette tête est 
à peine distincte du premier anneau , qu'on pourrait pres- 
que croire en faire partie , sans les pieds bien développés 
que ce dernier présente de chaque côté. Quand on examine 
l'animal en dessus , surtout pendant la marche , on dis- 
tingue à peine la tête, qui est presque entièrement cachée 
par les arrhes tentaculaires que nous allons décrire 
(fig. 1 et 2). 

Le premier anneau est plus étroit que les suivants : il 
porte des pieds qui ne diffèrent des autres que parce que 
le cirrhe branchial en est un peu plus court. En avant , et 
des deux côtés de la ligne médiane , sont implantés les 
cirrhes tentaculaires (fig. 2). Ceux-ci sont entourés , à leur 
base, d'une sorte de calice opaque , blanchâtre, assez peu 
épais à son origine , parcouru longitudinalement par des 
stries en zigzag. Au delà de cette enveloppe les cirrhes se 
renflent d'abord , puis diminuent progressivement jusqu'à 
leur extrémité. Ces cirrhes sont à peu près cylindriques , 
ondulés sur leur bord interne , très finement plissés trans- 
versalement : leur longueur est d'un pouce environ. La 
substance qui les compose est assez transparente pour 
qu'on distingue facilement dans leur intérieur un vaisseau 
qui se ramifie en donnant des minuscules à droite et à 
gauche. 

Les pieds sont presque tous semblables et formés de 
deux rames (fig. 4). La supérieure se compose d'un ma- 
melon sétifère qui , assez épais jusqu'au point de sortie des 
soies , s'amincit ensuite et se prolonge en une espèce de 



12 Magasin de zoologie — - année 1845. 

membrane foliacée où l'on ne découvre aucun vaisseau. Le 
cirrlie branchial est confondu , à son origine , avec le tuber- 
cule sétifère; il se recourbe sur le dos, et on y distingue un 
vaisseau dont le calibre est assez considérable. La rame 
inférieure est formée par un mamelon arrondi d'où 
sortent les soies , et par un petit cirrlie inférieur presque 
rudimentaire. Les quatre derniers pieds diffèrent considé- 
rablement de ceux que nous venons de décrire. Ici les 
deux rames se réduisent à deux petits mamelons dont le 
supérieur porte un faisceau de quatre ou cinq soies bien 
plus longues que celles du reste du corps , et qui se diri- 
gent en ligne droite des deux côtés (fig. 3). Le dernier 
anneau est un peu plus long que les précédents et porte 
seize cirrhes filiformes (fig. 3). Les poils sont de deux 
sortes à chaque pied : les uns sont assez courts , arrondis à 
leur extrémité , et l'on dislingue très facilement leur cavité 
interne , qui se termine en pointe et pourrait faire croire à 
l'existence d'une soie aiguë renfermée dans une gaîne (fig. 5). 
A la rame inférieure on ne trouve que cette première espèce 
de poils. La rame supérieure en présente aussi quelques- 
uns placés dans l'intervalle de poils bien plus longs , 
simples (fig. 6) , qui forment un large éventail en se cour- 
bant vers le haut et atteignant presque aussi loin que le 
cirrhe branchial fig. 2 et A). 

Le M. de Girard vit dans les sables granitiques à demi 
vaseux qui sont alternativement couverts et abandonnés 
par la marée. Il n'a pas de tube permanent ; mais, lorsqu'on 
le saisit , il est ordinairement enveloppé d'une espèce de 
fourreau transparent d'un aspect moitié soyeux , moitié 
gélatineux , formé par une matière qui exsude de son corps 
et qui se solidifie très rapidement. Les mouvements de cette 
Annélide sont extrêmement rapides. Il nage en s'inflé- 
cliissant brusquement , de manière à représenter une 
suite de 8 continus. Lorsqu'il marche lentement , ses 
chrhes sont dirigés en avant ainsi que je les ai figurés 



Anxélides, Pl. 1,2,3. 13 

(fig. 1 et 2), et représentent assez bien des espèces de 
cornes de bélier ; d'autres fois , il les tient couchés sur le 
dos et abrités sous l'espèce de voûte que forment les cirrbes 
branchiaux , en sorte qu'on a quelque peine à les décou- 
vrir. Son corps est très fragile , et souvent la partie posté- 
rieure se rompt par suite de ses efforts. De tous les indivi- 
dus que j'ai placés dans l'alcool, pas un n'est resté entier. 
Ce liquide semblait agir surtout d'une singulière manière 
sur les cirrhes tentaculaires qui , toujours , se sont détachés 
au moment de l'immersion. Malgré la délicatesse de leurs 
tissus, ils ne s'en sont pas moins bien conservés dans la 
liqueur, et je les ai retrouvés au fond de mes bocaux. 

III. Maiacocère longirostre. M, longirostris. 
Nob. 

J'ai trouvé cette espèce à Saint-Malo , dans les sables 
qui entourent les remparts de la ville. Sa longueur est 
de 2 pouces 1/2 à 3 pouces , sa largeur de 2 lignes 1/2. Le 
nombre de ses anneaux est de deux cents environ. Son 
corps est tout entier d'un rose terne sur lequel tranchent 
vivement les cirrhes branchiaux. 

La masse de la tête est oblongue , et le mufle qui la 
termine s'allonge en une pointe aiguë très contractile qui 
cache la bouche (fig. 7). Celle-ci ne présente rien de parti- 
culier, non plus que la trompe , qui ressemble entière- 
ment à celle de l'espèce précédente. 

Le premier anneau est aussi long que les suivants et 
bien distinct de la tête ; de chaque côté il porte un pied 
uniramé. A la face dorsale sont placés les cirrhes tentacu- 
laires , au nombre de deux , de 9 lignes environ de lon- 
gueur et très transparents. Le vaisseau qui les parcourt est 
d'un gros calibre, et chaque contraction du vaisseau dor- 
sal., en y envoyant une ondée de sang, les distend bru*- 



H Magasin be zoologie. — aknée 1843. 

quement et les fait onduler lorsqu'ils sont couchés sur le 
dos. Entre les deux cirrhes se trouve une espèce de crête 
membraneuse qui s'étend jusqu'au troisième anneau. 

Les pieds ressemblent beaucoup à ceux de l'espèce pré- 
cédente (fig. 8), mais le cirrhe branchial est plus court. La 
membrane foliacée qui dépasse le mamelon sétifère se 
prolonge sur ce cirrhe et s'en détache en formant une petite 
languette. Le cirrhe de la rame ventrale est à peine mar- 
qué. Tous ces pieds se ressemblent , sauf ceux du premier 
anneau , où la rame dorsale manque entièrement ; et où la 
rame ventrale se trouve réduite au mamelon. Les poils 
ne présentent rien de particulier. 



OBSERVATIONS 
SUR L' AONIE FOLIACÉE (PI. 2). 

On sait que MM. Audouin et Milne-Edwards ont décrit 
sous ce nom une Annélide de nos côtes , dont ils ne con- 
naissaient qu'un individu tronqué et conservé dans l'al- 
cool. Le genre Aonie , auquel il a servi de type dans 
l'ouvrage de ces naturalistes , pourrait paraître douteux 
après ce que nous avons dit du Malacocère de Girard .. En 
effet , il est évident qu'il existe de glandes analogies entre 
ces deux espèces , et on pourrait être facilement conduit à 
penser que l' Aonie n'est qu'un Malacocère de Girard, 
qu'un accident ou l'action de l'alcool avait privé de ses 
tentacules. Il n'en est rien pourtant , ainsi que j'ai pu m'en 
assurer sur deux individus d' Aonie , dont un entier que j'ai 
pu observer à Chaussey. 

La tête est très différente , bien distincte du premier 
segment ; elle porte, sur la ligne médiane, un renflement 



Annélibes, Pl. 1, 2, 3. 15 

de forme demi-cylindrique qui commence près de la nuque 
et se termine au bout du museau. A droite et à gauche on 
voit deux renflements ovoïdes. La bouche est presque ter- 
minale , et la trompe qui en sort ressemble à ce que nous 
avons dit en parlant du Malacocère de Girard. 

Le premier anneau ne porte aucune trace de cirrhe ten- 
taculaire, et ses pieds sont plus petits que les suivants, mais 
non pas tout à fait rudimentaires. Les segments suivanis 
sont plus longs que dans le M. Girardi , et leur nombre est 
seulement d'environ 200. Les pieds des soixante-dix pre- 
miers anneaux portent les deux lobes membraneux décrits 
par MM. Audouin et Milne-Edwards , et que nous repro- 
duisons ici d'après le dessin fait sur l'animal vivant (fig. 9) ; 
mais au delà les deux rames s'atrophient progressivement , 
et dès le quatre-vingtième ou quatre-vingt-dixième anneau 
elles se trouvent réduites à deux petits tubercules entourés 
et réunis l'un à l'autre par une étroite frange (fig. 10). On 
voit qu'il ne peut rester aucun doute sur l'existence dis- 
tincte des deux Annélides que nous comparons. 

Paris, 22 août 1842. 



EXPLICATION DES PI ANCHES. 



PLANCHE I. 



Fig. I. Phyllodore saxicole (P/ijll. saxicola , nob. ) — Extré- 

mité antérieure très grossie, afin de montrer les dé- 
tails de la tête et de la trompe. 

Fig. II. Individu de la même espèce , mais de couleur diflei ente, 
en voie de reproduire la partie postérieure. — Gran- 
deur naturelle. 

Fig. III. Quelques anneaux grossis, pour montrer la manière 
dont les lobes foliacés des rames se recouvrent dans le 
repos. 



16 Magasin de zoologie. — année 1843. 

Fig. IV. Pieds de la plus grande partie du corps. 
Fig. V. Pieds des quinze à vingt derniers anneaux. 

Fig. VI. Poil. 

PLANCHE IL 

Poil simple de l'Eunice à ceinture (E. zonata, nobis) . 

Poil compose' de la même. 

Extrémité antérieure du Lombrinère porte-peigne (Lom- 

brineris pectinifera , nobis), vue en dessus. 
La même vue en dessous. 
Pieds de la même Anne'lide. 
Soie compose'e de la même. 
Soie simple de la même. 
Soie en râteau de la même. 
Pieds des soixante-dix premiers anneaux de l'Aonie fo- 

liace'e (/foniajbliacea, Audouin et Milne- Edwards). 
Fig. X. Pieds poste'rieurs de la même AnnéJide. 

PLANCHE HT. 

Malacocère de Girard (Malacoceros Girardi , nobis) de 

grandeur naturelle. 
Extre'mite ante'rieure de la même Anne'lide vue en dessus 

et grossie . 
Extrémité poste'rieure grossie. 
Pieds antérieurs. 
Soies de la rame inférieure. 
Soies de la rame supérieure. 
Malacocère longirostre {M. longirostris , nobis), grossi 

et vu de côté . 
Fig. VIII. Pieds de cette Anne'lide. 



Fig. 


I. 


Fig. 


11. 


Fig. 


III. 


Fig. 


IV. 


Fig 


.V. 


Fig. 


VI. 


Fig. 


VII. 


Fig. 


VIII. 


Fig. 


IX. 



Fig. 


** 


Fig. 


II. 


Fig. 


III. 


Fig. 


IV. 


Fig. 


V. 


Fig. 


VI. 


Fig. 


VII. 



Insectes, Pi, 107 à 113. 



COLÉOPTÈRES DU MEXIQUE ' (226*). 

(PENTAMERES : hydrocanthares, sternoxes , térédiles , 

NÉCROPHAGES, LAMELLICORNES.) 

LACGOPHILE. Laccophilus. Latreille. 

2. L fascié 3 . L. fasciatus. Dej.-Aubé, Spec, 
t. vi, p. 423, n. T. 

Exscutellatus , ovalis , luteus. E ly Ira oblique truncata, fusca, 
ultra médium nigricantia , vil ta marginali antica , plurimis 
notulis basalibus , sœpius elongatis , nigro circumdatis , 
macula apicali epipleurisque ; luteo-pallidis; pedes quatuor 
antici testacei , sed poslici ferruginei. 

Long. , 5 millim. ; larg. , 2 3/4 millim. 

Ovale, testacé en dessus, rougeâtre en dessous. Teie 
large, convexe. Palpes testacés. Lèvre brièvement échan- 
crée. Chaperon droit , faiblement sillonné près du bord. 
Corselet transverse, trois fois, au moins, aussi large que long, 
largement échancré sur la tête , avancé anguleusement sur 
la région de l'écusson , à peine arrondi sur les côtés ; angles 
antérieurs peu saillants et aigus , postérieurs obtus , pres- 
que rectangulaires. Écusson nul. Elytres régulièrement 

'Ce travail fait suite aux deux centuries de Coléoptères du 
Mexique publiées par M. Chevrolat (in- 12, Strasbourg, 1834 et 1835), 
et il continue ce quia paru dans ce Magasin, 1841 ; pi. 55 à 59, et 
pi. G4 , G5. 

2 Ce numéro indique que Fauteur en est à la deux cent vingt - 
sixième description ou à la troisième centurie des Coléoptères du 
Mexique. 

3 Le nume'ro qui précède le nom de l ? espèce indique (pie c'est la 
seconde de ce genre décrite dans les Coléoptères du Mexique. 

1843. 1 



2 Magasin de zoologie. — année 1843. 

ovalaires , coupées étroitement et obliquement au sommet 
et se prolongeant modérément du côté de la suture, jau- 
nâtres , mais noires au delà du milieu ; la moitié antérieure 
de la marge est testacée , disposée en lunule tronquée par 
le haut et terminée par une petite ligne. Quelques taches 
testacées irrégulières sur la base et en dessous, le plus sou- 
vent allongées et entourées de noir. On voit deux ou trois 
taches très petites et de même couleur près de la tache api- 
cale. Celle-ci est grande , pâle et prolongée sur le haut de 
la marge ; le long du bord externe est un sillon ponctué 
d'où ressortent des poils blonds. Epipleures et pattes anté- 
rieures testacés , postérieures et dessous du corps rou- 
geâtres. Abdomen couvert d'égratignures obliques assez 
serrées. 

Cette espèce a été prise par M. Salle , à Tuspan. M. De- 
jean l'a reçue des Etats-Unis ; elle paraît être assez rare. 

GYRIN. Gyrinus. Geoffroy. 
1 . G. avare 1 . G. parcus. Say. 

Ovatus , valde convexus , virescenti vel cœrulescenti-niger, 
nitidissimus , œneo limbatus. Elytra striato-punctata, 
striis internis subtilioribus , externis obsulcatis , interstitiis 
convexiusculis , sulura cuprea corpus nigro-œneum; pedes 
rufo-testacei. 

Say, Descript. ofnewsp.qf' N. Am., p. 33. 

Aube , Sp., t. vi , p. 701, 32. 

Gyr. parvulus , Dej. , Cat ., 3 e éd. , p G7. 

Longueur, 5 millim. ; largeur, 2 3/4. 

Ovale , très convexe. Tête noire et verte, brillante, ayant 
entre les yeux deux impressions arrondies. Palpes ferrugi- 

1 Dans le premier fascicule de la première centurie un Cyclousou 
DineiLtes a été de'crit sous le nom de Gyrinus. Cette erreur a été 
rectifiée à la table ; mais elle devra l'être au texte. 



Insectes, Pr, 107 à 113. S 

neux. Lèvre. transverse, lisse, verte. Chaperon droit. An- 
tennes noires. Corselet coloré comme ia tête , deux fois 
plus large que long, échancré semi-cylindriquement en 
avant , où il est plus étroit , bisinueux à la base et très 
avancé et arrondi sur l'écusson ; côtés latéraux obliquement 
rectilignes , étroitement rebordés et d'une manière plane ; 
il offre trois sillons transverses en dessus , dont l'antérieur 
près du bord est ponctué assez serrement , l'intermédiaire 
droit et profond, et le postérieur, arqué obliquement 
sur le côté , est très impressionné à sa partie interne. 
Ecusson triangulaire, d'un cuivreux doré. Éljtres tron- 
quées à l'extrémité et arrondies sur le sommet delà marge ; 
elles sont d'im noir brillant , mélangé de vert et de cui- 
vreux près des côtés. Chaque étui offre onze stries de points 
moyens assez rapprochés; mais les 4-8 externes sont sillon- 
nées et cuivreuses, avec leurs interstices convexes. Ces stries 
se réunissent deux par deux, à commencer par les centrales, 
qui sont plus raccourcies. Suture dorée. Épipleures et des- 
sous du corps cuivreux. Pattes d'un rouge teslacé. 

Envoyé par M. Salle, qui n'a pas fait connaître l'endroit 
où il l'avait trouvé. 



4 Magasin de zoologie. — amvée 1843. 

GYRETE. Gyretes. Brullé. 

1. G. leionote. G. leionotus. Dej.-Aubé, Sp. , 
t. vi, p. 753 (mâle). 

Oblongo-ovalis , convexus , nigro -œneus , nilidus. Antennis 
basi , thoracis margine inflexo , epipleuris pedibusque san- 
guineis; thorax tr ans ver sus , antice valde et sinuose emar- 
ginatus , postice oblique sinuatus , ad extremitatem tenuiter 
sulcatus, lateribus dense reticulato-punctatus ; elytravitta 
laterali sericea , apic.e recte truncala , angulo externo ob- 
tus o. 

Cybistev pubescens , Dej. , CaL. , 3 e éd. , p. 67. 

Femina. Opaca , subtllissime reticulato-strigosa ; elytris costis 
duabus vel tribus obsoletissimis , vix conspicuis. Aube. 

Longueur, Gmillim.; hauteur, 3 millim, 

Ovale , longitudinalement convexe , d'un noir olivâtre 
lisse et très brillant. Tête modérément inclinée et convexe, 
de forme carrée. Chaperon très faiblement cintré, uni-sil- 
lonné. Lèvre en carré transverse , ponctuée , à viliosité cen- 
drée , testacée sur le bord. Antennes noires ; ferrugineuses à 
la base. Corselet deux fois et demie aussi large que long, lar- 
gement échancré en avant , où il est plus large , légèrement 
sinueux en arrière , et formant une courbure sur la région 
de l'écusson ; côtés presque rectilignes , ou peu obliques, 
étroitement rebordés ; angles antérieurs rectangulaires , 
postérieurs arrondis. Il est lisse, mais couvert d'un léger 
duvet cendré sur le quart latéral. On voit un sillon au des- 
sous du bord antérieur et un autre obsolète en avant du 
bord postérieur. Êcusson nul. Elytres ovalaires , convexes , 
lisses , tronquées carrément à l'extrémité , avec l'angle 



Insectes, Pi.. 107 à 113. S 

externe obtus et l'interne rectangulaire. Le bord latéral est 
couvert d'un duvet cendré so eux qui part de l'épaule , à 
l'angle suturai. Épipleures carénés. Corps d'un noir de 
poix. Bord inférieur du corselet et des élytres , anus et 
pattes, sanguins. 

Les tarses antérieurs , chez le mâle , sont dilatés et de 
forme ovoïde dans leur ensemble , avec la partie infé- 
rieure concave. Les femelles sont ternes ; elles offrent , sur 
le milieu de leur disque , une ou deux côtes à peine dis- 
tinctes. 

Un exemplaire mâle , rapporté d'Orixaba , m'a été donné 
par M. le comte Dejean. 

CYCLOUS. Cyclous. Eschs.-Dej. (Dineutes 

Mac-Leay-Aubè.} 

2 1 . C. solitaire. C. solitarius. Chev.-Aubé. 
Sp., t. vi, p. 780, 14. 

Br éviter ovalis , convexiusculas , supra cupreo-ol'waceus , 
nitulus , vix rarissime punctatus, infra nigro-piceus. Caput 
viride; thorax lœuis; elytra obsoletissime striato-vittata , 
viltis lateralibus violaceis, regulariler rotundata , apice 
depressiascula : pedes antici longi , nigro-picei; quatuor 
postici, testaceo-picei. 

Longueur, 10 millim. ; largeur, G 1/2. 

Ovale , convexe , très court et incliné sur la circonfé- 
rence. Tête large , lisse, verte et cuivreuse , brillante, mar- 
quée d'un faible sillon entre les antennes. Palpes ferrugi- 

' Le ty clous n° i a été publie, dans la première centurie, sous le 
nom de Gyrinus, erreur qui a été corrigée dans la table. 



6 Magasin de zoologie — année 1843. 

neux, à dernier article noir. Lèvre semi-circulaire, grande, 
verte y pointillée. Chaperon large , presque droit , arrondi , 
mais élevé sur les côtés. Yeux livides; les supérieurs sont 
arrondis en dehors et presque rectangulaires sur la partie 
interne et postérieure, les inférieurs grands et demi-sphé- 
riques. Antennes d'un vert métallique très-brillant. Corse- 
let d'un cuivreux olivâtre brillant, violacé sur les côtés, 
trois fois aussi large que long , largement échancré et re- 
bordé en avant, où il est plus étroit; le bord antérieur est 
avancé et arrondi sur la tête , et le postérieur est un peu 
sinueux et forme une légère courbure sur la région de l'é- 
cusson; les bords latéraux obliquement rcctilignes, petite- 
ment élevés et bordés ; angles antérieurs assez saillants et 
aigus , cintrés sur le dedans , postérieurs rectangulaires , un 
peu recourbés sur l'épaule. Kcusson nul. Élylres ovalaires, 
très raccourcies, larges, convexes sur le disque, déprimées 
postérieurement, très régulièrement arrondies sur le som- 
met de la marge et presque anguleusement sur le dedans 
delà suture; bords latéraux étroitement marginés; elles 
sont d'un cuivreux brillant, violacées près des côtés; elles 
offrent sept à huit lignes longitudinales violacées, peu sen- 
ties , surtout les internes , et un pointillé distinct et irré- 
gulier. Epipleures larges, relevé sur le bord du corps; 
celui-ci est d'un cuivreux métallique noirâtre. La poitrine 
offre un sillon profond et oblique propre à recevoir les 
cuisses antérieures. Sternum plane , avancé , coupé angu- 
leusement , couvert de quelques points assez gros. Anus se- 
mi-circulaire dépassant à peine les élytres. P«//esantérieures 
longues, noires , ferrugineuses à la base et sur les genoux, 
revêtues de longs poils blonds et roides sur les cuisses , 
postérieures tesiacées ou de couleur de poix. 

Il ressemble un peu au C. americanus , dont il diffère 
par sa l'orme beaucoup plus courte et plus largement ar- 
rondie à l'extrémité. 



INSECTES, \>L. 107 à 113. 7 

AGRYPiNE. Agrypnus. Eschscholtz. 
1. A. pictipède. A.plctipes, Chevrolat. 

Punclatus, pubescens, nigro-opacus. Thorax longior latitu- 
dine, miniato-oc.hr aceus ,vilta longitudinali supra et infra 
signatus, notulaque laterali nigra ante médium supra nota- 
tus ; Elylra 18 siriis sulcatis et integris, interstitiis trans- 
iter sim rugosis ; corpus alro-nitidum punctulatum; pedes 
tenues, ortu ochreati. 

Longueur, 9 millim.; largeur, 3 millim. 

Pube.scent , noir, opaque en dessus , brillant en dessous. 
Tête arrondie sur le chaperon , déprimée en avant , ponc- 
tuée. Palpes noirs. Antennes noires, poilues, de onze ar- 
ticles presque aussi longs que larges , les deuxième et troi- 
sième filiformes et plus courts. Yeux noirs , ronds appuyés 
à l'angle du corselet. Corselet plus long que large, convexe, 
écliancré largement et semi-circulairement en avant, droit 
et déprimé en arrière , mais élevé sur le milieu de la base; 
côtés faiblement arrondis vers le milieu , un peu plus 
étroits vers le sommet; angles antérieurs avancés, réguliè- 
rement arrondis; angles postérieurs longs, aigus, diver- 
gents , inclinés , relevés sur l'extrémité et s'appuyant en 
oblique sur l'extérieur de l'épaule; il est couvert, en 
dessus, de points rapprochés assez forts et réticulés, et 
d'une pubescence jaunâtre , et en dessous d'un pointillé 
distant d'où sortent des poils. Sa surface supérieure est 
colorée de rose et de jaune d'ocre sur le côté, avec une 
ligne longitudinale noire , tant en dessus qu'en dessous ; 
mais la tache noire carrée qui est appuyée à la marge un peu 
en avant sur le milieu n'est visible qu'en dessus. Écusson 
oblong , scabreux , déprimé à l'entour Èlytres guère plus 
larges que le corselet, faiblement rétrécies et arrondies 



S Magasin de zoologie, — année 184S. 

chacune à l'extrémité, rectangulaires sur le dedans de îa 
suture. Sur chaque étui neuf stries sillonnées entières, 
leurs interstices à rugosités transverses. Épipleures larges , 
sinueux vers l'abdomen. Corps d'un noir luisant, à poin- 
tillé poilu. Les cinq premiers segments abdominaux larges, 
égaux , les quatre premiers transverses ; celui de la base 
offre deux dépressions et quelques rides latérales , les rides 
des trois autres segments sont transverses. Pattes minces , 
noires, d'un jaune d'ocre à leur naissance, et sur une 
partie des troclianters. 

Il est de la grandeur de Y El. ornatus de Say, et se rap- 
proche un peu de Y El. varius de Fab. Le seul exemplaire 
envoyé par M. Salle a été pris par lui à Xalapa , sur la fleur 
d'une espèce de sureau , dans le courant du mois d'août. 

CYMATODÈRE. Cymatodera. Graj. 
2. C. pallidipenne. C. pcillidipewiis . Chevrolat. 

Testaceo brunnea , longe et parce pilosa , pilis cinereïs. Ca- 
put nigro-piceum, convexum, subrugatum, foveis duabus 
rolundatis obsolelis antice positis, manclibidis atris , ore 
testaceo; thorax nigro-piceus , cylindricus , elongatus , 
Iransversim rugalus , antice posticeque et ultra laleribus 
valde constriclus, supra basin fissus ; scutellum rolunda- 
lum, cinereum ; elytra pallida, elongata, adapicem latiora, 
striato-punctata, sed ad extremitatem obsulcata (punctis 
striarum antice lads, rolundatis, remotis, poslice minori- 
bus) ; fascia obsoleta ultra médium lutea; corpus piceum y 
ab domine testaceo ; pedes testacei. 

Longueur, 4 millim ; largeur, i 1/2. 

D'un brun de poix, couvert d'un poil long, fin, espacé 
et cendré. Tête noirâtre, allongée, large antérieurement, 
très convexe, ruguleuse, ayant deux fossettes arrondies et 



Iksectes, Pl. 107 à 113. 9 

obsolètes sur le milieu , et un sillon en avant qui est arqué 
et profond et se prolonge sur le côté jusqu'au dessus de 
l'œil. Palpes et antennes testacés. Lèvre en carré trans- 
verse , testacée. Chaperon divisé en deux parties de forme 
semblable. Corselet noirâtre , pâle sur le bord antérieur et 
postérieur, et transversalement ridé , deux fois, au moins , 
aussi long que large , cylindrique , coupé droit en avant et 
en arrière ; mais aux trois quarts cylindroïde sur la tron- 
cature, étranglé près des extrémités et surtout très forte- 
ment près de l'insertion des pattes ; la base est fendue sur 
son milieu. Ecusson circulaire, petit , cendré. Elytres tes- 
tacées , brillantes , deux fois et demie aussi longues que le 
corselet , arrondies rectangulairement sur l'épaule , régu- 
lièrement sur l'extrémité, mais un peu obliquement sur 
l'extérieur de la marge , où elles s'élargissent ; une bande 
jaunâtre et obsolète est située au delà du milieu ; sur chaque 
étui dix stries formées de points ronds espacés , peu pro- 
fonds , et dont le fond est plan : ces points , vers les deux 
tiers environ de leur longueur, deviennent insensiblement 
plus petits et sont disposés dans des sillons peu apparents. 
Ces sillons partent de la deuxième strie marginale à la 
deuxième suturale ; celle qui est la plus externe finit à la 
bande. Corps d'un brun noirâtre brillant. Abdomen et 
pattes testacés. 

Notre Cf. cylindricollis se distingue de cette espèce par 
ses élytres plus courtes ,plus larges , parallèles et obscures , 
et par les points des stries, qui sont plus rapprochés et 
moins gros. 

Je dois cette espèce à M. Salle , qui Ta trouvée , je crois, 
à Tuspan. 



10 Magasin de zoologik. — AivivÉt 1843. 

3. C. discoïdal. C. discoidalis. Chevrolat. 

Cinereo-pilosa , picea. Ore, antennis , pedibus anoque testa- 
ceis ; thorax cylindricus, antice posticeque rectus ,' sed 
laleribus valde compressus medioque subangulatus, supra 
rugatus ; elylra ultra médium vix ampliata, ad apicem 
oblique et auguste rotundata , excavato et sulcato-slriata , 
interstidis inœqualibus , punctatis , cum macula irregulari 
infra basin , altéra obliqua ante apicem f as ciaque média , 
luteis. 

Longueur, 4 miilim. ; largeur, 1 1/4 millim. 

D'un brun de poix, couvert d'un poil cendré plus ou 
moins raide et long. Tête élargie en avant , arrondie, pos- 
térieurement convexe , chargée d'une ponctuation rugu- 
leuse et serrée , cependant distincte. Palpes , lèvre, cha- 
peron et antennes testacés. Lèvre en carré transverse , 
ponctuée çà et là. Chaperon divisé en deux parties dis- 
tinctes , dont l'antérieure est étroite , non ponctuée , la 
postérieure , brune , est coupée largement ; elle est plane 
sur le côté; mais vue obliquement, elle décrit un demi- 
cercle. On voit près de là , en dessus , un sillon sinueux qui 
remonte ensuite jusqu'à la hauteur des yeux. Mandibules 
noires, brillantes, assez avancées. Yeux obscurs, couverts 
de hachures profondes. Corselet légèrement testacé sur les 
bords antérieur et postérieur, transversalement rugueux , 
deux fois aussi long que large , cylindrique , coupé droit 
aux extrémités , étranglé deux fois sur le côté et formant 
un angle sur le milieu latéral ; base rebordée et fendue au 
milieu , ayant, en avant du rebord, un sillon. Elytres d'un 
brun de poix, brillantes, marquées de deux taches irrégu- 
lièi es , dont Tune au dessous de la base , l'autre oblique , 
avant l'extrémité , et d'une bande médiane testacée ; deux 
fois et demie aussi longues que le corselet , arrondies 
presque carrément sur l'extérieur de l'épaule, ayant à peu 



Insectes, Pi. 107 h 113. Il 

près le double de largeur que le corselet à sa base, presque 
parallèles , un tant soit peu élargies au delà du milieu , 
étroitement arrondies sur l'extrémité. Chaque étui offre dix 
rangées de stries formées de points excavés et distants, ces 
stries sont inégalement sillonnées, et les latérales plus régu- 
lièrement ponctuées. Interstices inégaux, plissés transversa- 
lement et couverts de points irréguliers. Corps d'un brun 
noirâtre luisant, segments inférieurs de l'abdomen testacés- 
Pattes testaeées, cuisses obscures. 

M. Salle a trouvé cette espèce à moitié route de la Vera- 
Cruz à Mexico. 

Il peut se reconnaître des Cf. pallidipennis et cylindricol- 
Us , en ce qu'il est moins allongé que le premier et un peu 
plus que le deuxième, et que ses élytres sont plus élargies 
au delà du milieu. 

N. G. PHONIE. Phonids. Chevrotai. 

(éovféç, qui donne la mort, sanguinaire. ) 

Caractères. Dernier article des palpes maxillaires pro- 
longé en hache à sa partie postérieure , coupé obliquement 
sur la troncature ; celle-ci est creusée , offre par ses bords 
un ovale allongé qui est cintré sur le milieu. Tarses de 
cinq articles distincts , garnis en dessous de quatre pelotes 
membraneuses; les deuxième, troisième et quatrième arti- 
cles des quatre pattes antérieures , trianguliformes ; les 
deuxième , troisième et cinquième des pattes postérieures , 
longs et égaux : tous ont leur insertion dans une cavité supé- 
rieure. Le cinquième article est droit, court et en massue , 
muni de deux ongles larges et arqués. Corps ailé. 

Ce genre devra faire partie de la tribu des Prionocérites 
de M. de Laporte. Il me paraît devoir se rapporter à une 
division établie par M. Klug dans le genre Tillus , et à. 



12 Magasin de zoologie. — année I8i3. 

laquelle il propose de donner le nom de Cleronomus. 
(hoirie mémoire de cet auteur sur les Clairones , qui a 
paru sur la fin de 1842.) Le TU. [Cleronomus) bimaculatus 
du Mexique est la seule espèce citée. 

1. P. sanguinipenne. P. sanguinipennis . Chev. 

Punctatus, viltosulus, niger. Elyt.ra sanguinea , pilis ni gris 
indula. (PL 107.) 

Longueur, 8 millîm. ; largeur, 3 millim. 

Il est très non et brillant Tête (1. a) convexe, déprimée 
en devant , ayant deux enfoncements obsolètes , un sillon 
arqué , et les antennes à ponctuation moyenne , revêtue de 
longs poils noirs. Palpes à dernier article maxillaire de 
couleur terreuse sur la troncature. Antennes insérées sur le 
devant et au milieu des yeux ; de onze articles, dont le pre- 
mier arqué, en massue ; le deuxième , noduleux; le troi- 
sième , un peu plus long que les suivants ; les 4-8 , égaux , 
trianguliformes (1. a). Massue composée de trois articles 
courts , renflés; dernier pyriforme, en pointe mousse. Yeux 
latéraux, semi-sphériques, couverts de hachures fines. Corse- 
let plus long que large, aux trois quarts cylindroïde en devant 
sur la troncature , droit et fortement sillonné en arrière, où 
il est plus étroit , et un peu cintré sur le dedans de la base ; 
côtés antérieurs arrondis jusqu'au tiers environ. Le dessus 
est plan et irrégulièrement ponctué ; mais il s'élève , est 
transversalement convexe depuis le bord antérieur jusqu'au 
sillon, et offre une strangulation droite et profonde. Écusson 
noir, brillant, ruguleux, grand, large, conique et déprimé 
sur l'extrémité. Élytres deux fois aussi longues que la tête 
et le corselet réunis, modérément convexes, arrondies sur 
l'épaule et régulièrement sur le sommet de la marge où 
ells sont élargies, mais arrondies presque anguleusement 



Insecti:s , Pl. 107 à 113. 13 

sur la suture. Leur bord interne et externe est élevé et sil- 
lonné; elles sont d'un rouge de sang, inégales, scabreuses, 
finement ponctuées; les poils qui ressortent de la ponctua- 
tion sont noirs , raides et distants. Corps noir. Abdomen 
court, arqué sur l'extrémité chez le mâle ; de six segments : 
le pénultième est anguleusement échancré. Pattes ( 1 b,c) 
moyennement longues , poilues ; cuisses ruguleuses et 
ponctuées. 

M. Salle a trouvé ce bel insecte dans un voyage qu'il fit 
de la Vera-Crux à Mexico; mais il ne s'est plus rappelé 
dans quelle localité il l'avait pris, et n'a pu me rien appren- 
dre sur sa manière de vivre. 

N. G. DERESTÈNE. Derestenus. 

(AsfSf, corselet, (nsyoa, je resserre.) 

Caractères. Palpes labiaux à dernier article fortement en 
hache, creusé sur la troncature et formant par ses bords un 
ovoïde allongé; le pénultième des maxillaires fort long; 
dernier allongé, moyen, terminé en pointe mousse. Tarses 
de cinq articles , munis en dessous de quatre pelotes lamel- 
lées assez longues; celle du premier article plus petite, les 
troisième et quatrième articles bifides. Corps ailé. 

Ce genre doit rentrer dans la tribu des Prionocérites de 
M. de Laporte ; je le placerai près du genre Eurypus de 
Kirby. 



14 Magasin i>e zoologie. — année 1843. 

1. D. quadrillée. D. quaclriUneatus. Chevrolat. 

Nigricans, villosus. Caput nigrum, antice testaceum, notulis 
duabus posticis obscuris , ore testaceo , mandibulis apice 
ulti/noque articulo palporum maxillarum ni g ris , antennis 
nigris , primo articulo infra rdgro , tribus ultimis cinereis ; 
thorax longior latitudine, planiusculus, ante médium an%u- 
lose basique recte constrictus , rubidulus , Une a dorsali ni- 
gra; elftra sub reticulato punctata, nigricantia, vittis qua- 
tuor flavis, una marginali, altéra abbreviatajuxta suturam ; 
corpus nitidu/um, ad apicem testaceum ; pedes testacei, fe- 
moribus nigro-maculatis , libiis quatuor anticis et posticis 
tantum apice nigricantibus , tarsis cinereis. (PL 108.) 

Longueur, 3 millim.J/2 ; largeur, 1 millim. 1/2. 

Il est couvert en dessus d'une villosité cendrée qui est fine 
etpeu serrée. Tete(l . a) convexe, ponctuée , noire , brillante, 
antérieurement testacée, deux larges dépressions entre les 
yeux et deux taches d'un fauve obscur en arrière de ceux- 
ci. Palpes testacés à dernier article des maxillaires noirâ- 
tre. Mandibules testacées, mais noires, brillantes, depuis le 
milieu jusqu'à l'extrémité. Lèvre étroite, transverse, écban- 
crée, testacée. Chaperon peu distinct, déprimé, droit, testacé, 
ayant en dessus un faible sillon placé entre les antennes. 
Antennes insérées au devant et un peu au dessous des yeux ; 
de onze articles noirs, brillants, couverts de poils noirs Le 
premier est oblong, rongea tre en dessous; le deuxième, pe- 
tit ; les 3-7, égaux , presque aussi larges que longs, aplatis 
en dessus, tronqués à l'extrémité , grossissant insensible- 
ment jusqu'au onzième; les trois pénultièmes, cendrés; les 
neuvième et dixième, nodiformes, et le dernier, pyriforme. 
Yeux latéraux , un peu plus rapprochés en dessus qu'en 
dessous , globuleux , couverts de hachures fines. Corselet 



Insectes, Pr. 107 à 113. 15 

plus long que large, droit et cylindroïde en avant sur la 
troncature , droit, échancré et rebordé en arrière, mais for- 
tement étranglé près des bords; les côtés sont arrondis 
près des extrémités, mais plus brièvement du côté anté- 
rieur; le dessus offre un profond sillon transverse et semi- 
circulaire , qui est situé un peu avant le milieu ; sa couleur 
générale est d'un rose pâle ; il règne sur la partie dorsale 
une ligne longitudinale noire et étroite. Ecusson arrondi, 
noirâtre. Élytres deux fois et demie aussi longues que le 
corselet , un peu élargies sur les côtés, à partir du tiers an- 
térieur au quart postérieur ; arrondies sur l'épaule ; égale- 
ment arrondies, mais obliquement, sur le sommet de la 
marge , et très faiblement sur la suture : le dedans de 
celle-ci est rectangulaire. Elles sont rebordées tant sur la 
marge que sur la suture ; leur ponctuation est forte , exca- 
vée et presque réticulée. Corps noirâtre, brillant. Abdomen 
allongé, arqué sur l'extrémité, de six segments; les quatre 
premiers, égaux. Les trois premiers sont noirâtres, testacés 
sur le bord inférieur, et les suivants sont totalement jau- 
nâtres. Pattes teslacées; cuisses ayant chacune une large 
tache noire au milieu, qui est placée vers le dessus; les 
quatre jambes antérieures et l'extrémité des postérieures , 
ainsi que les tarses (1. à), sont d'un noir terne pâle. 

Il a été trouvé seulement une fois par M, Salle aux en- 
virons de la Vera-Cruz. 



10 Magasin de zoologie. — .ai\m,îe 1843. 

CLAIRON. Clerus. Fabrieius. 

3. C. mexicain. C. mexicanus. Delà p. Rev. eut. 
de Silbermann , t. iv, p. 44. 

Vdlosus, cinereus. Caput infronte aureolum, anlennis nigris, 
primo articulo infra rubro, clava cinerea, triarticulata ; tho- 
rax ultra médium nigro fascialus , antice rutilas et postice 
cinereo virescens ; scutellum cinereum ; elytra brunnea , 
obscura , dorso antico cinerea, infra basin unituberculata , 
versus médium transuersim flavo-niaculata cum quinla 
parte apicali luteo-einerea ; pectus albidum dense villo- 
sum ; abdomen fulvum ; pedes vires centes, nitidi, pilosi. 

Longueur, 11 millim. ; largeur, 4 millim. 1/2. 

Entièrement velu , et d'une manière plus ou moins 
épaisse, longue ou courte. Tête verdâtre, d'un jaune miel 
sur le front. Palpes fauves, très aplatis, longs et fortement 
en hache. Mandibules noires. Lèvre jaune , échancrée. 
Antennes noires, avec le premier article à demi-rouge à sa 
partie inférieure ; massue de trois articles fauves. Corselet 
jaune-miel en avant, verdâtre en arrière; marqué, au mi- 
lieu , d'une large bande noire transversale. Écusson cendré. 
Élytres brunes, obscures, cendrées à la base et jusqu'au 
milieu de leur longueur; offrant, sur le milieu de chaque 
étui, une large tache transversale d'un très beau jaune, qui 
est jointe à la marge et s'arrondit près de la suture ; sa termi- 
naison est d'un blanc sale. Cette couleur en occupe environ 
la cinquème partie ; elle est nettement tracée et remonte 
obliquement vers le haut de la suture. Poitrine blanche. 
Abdomen rougeâtre. Pattes velues, verdâtres, ponctuées. 

Il ressemble beaucoup au C, assimilis, tant par sa forme 



Insectes, Pl. 107 à 113. W 

que pour la couleur et la disposition des dessins. La tache 
jaune des élytres du C. assimilis est plus étroite ; la couleur 
brune est plus claire, et la bande du corselet plus étroite. 
Pris à Cordova , sur des fleurs, par M. Salle. 

4. C. semblable. C. assimilis. Chevrolat. 

Dense villosus. Caput aureolum y mandibulis antennisque 
(primo articulo t'ufo), ni gris ; thorax ultra médium nigro- 
fasciatus , antice aureolus posticeque virescenti cinereus ; 
elytra antice brunneo-rubiginosa , infra basin unigibbosa , 
an te médium jlavo-f as data (fascia suturœ interrupta), dein 
brunnea, cum quint a parte apicah cinereaj corpus cinereum; 
abdomine rufo ; pedes virescentes , nitidi, parce pilosi. 

Longueur, "9 miliim. ; largeur, 4 millim. 

Tête arrondie , forte , modérément convexe , à ponctua- 
tion serrée et couverte d'un poil long, épais, qui est d'un 
jaune doré. Palpes ferrugineux. Mandibules noires, lisses. 
Lècre étroite, transverse, échancrée, fentigineuse. Chaperon 
largement échancré , anguleusement sillonné en dessus. 
Antennes noires , à premier article ferrugineux ; massue 
cendrée , triarticulée. Corselet globuleux , droit en avant 
où il est plus large , et semi-cylindroïde sur la troncature ; 
également droit, étranglé et sillonné en arrière; arrondi 
sur les côtés. Il est couvert d'une villosité épaisse d'un 
jaune doré en avant, mais parsemée de poils noirs, d'un 
cendré verdâtre en arrière, et il offre, au milieu, une bande 
transversale noire, étroite, qui s'étend un peu plus en des- 
sous du côté de la base. É eus son arrondi, petit, cendré. 
Élytres courtes, arrondies rectangulairement sur l'épaule, 
régulièrement sur l'extrémité et très faiblement du côté de la 
suture; convexes, scabreuses; d'un rouge-brique foncé, de- 
1843. 2 



18 Magasin de zoologie, — année 1843. 

pais la base jusqu'aux quatre cinquièmes de leur longueur ; 
inarquées , vers le milieu , d'une bande jaune interrompue 
vers la suture; la ponctuation, en cet endroit, est fine, 
assez rapprochée , et la villosité courte ; leur terminaison 
est cendrée, et cette couleur se dirige nettement et oblique- 
ment vers le haut de la suture ; la ponctuation de la base 
est serrée et ruguleuse. On aperçoit au dessous de celle-ci , 
vers le milieu de l'étui , une élévation tuberculeuse assez 
étendue, qui est noirâtre au sommet. La marge et la suture 
sont rebordées et faiblement sillonnées. Poitrine très velue, 
cendrée. Abdomen rougeâtre. Dessous du corselet et pattes 
d'un verdâtre cuivreux. Jambes uni-carènées. 

Il se placera près du C. Mexicanus , pris et envoyé par 
M. Salle, sans indication de localité. 

5. C. chasseur. C, venator. Chevrolat. 

Niger infra tenuiter cinereo-pilosus. Caput punctatum, ni- 
grum pilis cinereis vage indutum ; palpis et antennis basi 
ferrugineis ; thorax ni ger, late cinereo-circinatus ; scutel- 
lum cinereum ; elytra rugose pimctala , nigra , ad basin et 
apicem cinerea , infra basin fasciolam cineream triangula- 
tam efficientia; cum oblonga macula média flava, margine 
adnexa\ quintaque parte apicali, latea. 

Longueur, 8 millim. \ largeur, 3 millim. 1/2. 

Il est d'un noir foncé , plus ou moins luisant , plus ou 
moins velu et ponctué. Tête noire , ruguleusement ponc- 
tuée , parsemée çà et là de poils gris cendrés. Palpes ferru- 
gineux. Mandibules et yeux noirs. Antennes ferrugineuses 
à la base, noirâtres à commencer du quatrième article à la 
massue, qui est cendrée et triarticulée. Corselet semi-cylin- 
droïde sur la troncature antérieure, où il est plus large; 
droit , étranglé et sillonnô à la base ; arrondi sur les côtés 



Insectes, Pi.. 107 a 113. IV) 

antérieurs, modérément convexe en dessus, très velu ; noir, 
mais entièrement entouré d'une ceinture cendrée assez 
large. Écusson arrondi , cendré. Èlytres ruguleusement 
ponctuées à la base, inégalement vers le milieu, et lisses au 
delà ; courtes , droites sur le dehors de la base , rectangu- 
laires et convexes sur l'épaule, s'élargissant un tant soit peu 
au delà du milieu ; arrondies régulièrement sur l'extrémité 
de la marge, et étroitement sur la suture ; noires, avec une 
bande obsolète trianguliforme et cendrée au dessous de la 
base; marquées, vers le milieu , d'une tache jaune trans- 
versale assez large, appuyée à la marge, et qui s'arrondit 
près de la suture; leur extrémité est cendrée. Cette couleur 
occupe presque le quart postérieur, est tracée obliquement, 
et se dirige vers le haut de la suture. On voit par-ci par-là 
de petits bouquets de poils qui ont leur origine glabre. 
Marge et suture rebordées et faiblement sillonnées. Corps 
noir en dessous; couvert de poils cendrés, très épais sur la 
poitrine. Pattes longuement velues. 

Il a à peu près les dispositions de dessins des CL mexica- 
nus etassimilis : la forme élargie des élytres, qui sont d'un 
noir foncé et peu pubescentes , l'en distingue facilement. Il 
doit venir des environs de la Vera-Cruz ou d'Orixaba : 
M. Salle n'a pu se souvenir de l'endroit précis où il l'avait 
trouvé. 



20 Magasin de zoologie. — année 1843. 



6. C. taché de noir. C. nigro-maculatus. Chev. 

Rufus. Caput villosum cinereum, mandibulis oculisque nigris ; 
thorax rufus , an tice cinereo fascialus ; elytra basi rufa, 
ultra médium nigro-fasciala sed ante et post fasciam obli- 
que albido-fasciata , cum notula angulata apicali nigra; 
abdomen nigrum nitidum. 

Longueur, 6 millim. ; largeur, 3 millim. 

Rougeâtre. Tête large, peu convexe, très velue, cendrée, 
unisillonnée entre les antennes. Palpes et antennes ferrugi- 
neux. Mandibules et yeux noirs. Corselet convexe, semi- 
cylindroïde en avant sur la troncature , droit et étranglé en 
arrière, cendré, ayant au delà du milieu une bande dépilée 
qui est rougeâtre , quelques poils noirs dispersés sur les cô- 
tés. Écusson oblong, petit, rougeâtre. Elytres une fois et 
demie aussi longues que la tête et le corselet réunis, peu 
convexes; arrondies sur l'épaule, assez régulièrement sur 
l'extrémité de la marge , et un peu anguleusement sur la 
suture ; rousses à la base et jusqu'au tiers de leur longueur ; 
marquées \ au delà du milieu , d'une bande noire qui est à 
peine séparée de la marge et de la suture. On voit deux 
autres bandes blanches obliques, dont l'une en avant et 
l'autre après la bande noire. La première est amincie du 
côté de la suture, la deuxième, plus large, se dirige vers 
le haut de celle-ci : l'une et l'autre offrent une petite tache 
triangulaire noirâtre qui occupe l'angle de la suture. Corps 
ferrugineux; poitrine brièvement poilue , grise, soyeuse; 
abdomen noir. Pattes ferrugineuses. 

Il provient d'un envoi de M. Salle , qui n'a pas fait con- 
naître l'endroit où il l'avait pris. 

Cette espèce paraît être voisine du Clerus lunatus, Sturm- 
Klug, Monog., p. 38, n° 15. 



Iksectes, Pi.. 107 à 113. 21 

7. C. de Silbermajnn. C, Silbermannii, Chevroî. 

Dense villosas. Caput aureolum, ore, oculis antennisque [duo- 
bus primis articulis ferrugineis) ni 'g ris ; thorax aureolus , 
macula média rotundata nigra ; elj'tra nigra, basi cinerea, 
fasciis duabus lat cri tiis, prima versus médium, secunda lala 
apicali ; pectus pedesque longe pilosi. 

Longueur, 11 millim. ; largeur, 4 millim. 1/2. 

ïl est couvert d'une viliosité cendrée en dessous, qui 
est d'un jaune-miel sur la tête et le corselet. Palpes , man- 
dibules et yeux noirs. Antennes noirâtres; les deux pre- 
miers articles, ferrugineux. Corselet globuleux, convexe, 
semi-cylindroïde sur la troncature en avant ; droit et étran- 
glé en arrière, où il est plus étroit; marqué, sur le disque, 
d'une grande tache noire. Écusson cendré. Élytres une fois 
et demie aussi longues que la tête et le corselet réunis ; 
arrondies régulièrement sur l'extrémité de la marge , plus 
faiblement sur la suture ; noires , veloutées , avec la base 
mélangée de poils cendrés et d'un jaune-miel; traversées 
par deux bandes d'un rouge-brique , dont la première est 
médiane, moyenne, rétrécie vers la suture, et la deuxième, 
large et terminale. On aperçoit, près de la base et au des- 
sous de celle-ci, un tubercule qui est sur le milieu de l'étui 
et placé sur la limite du noir. Les poils du dessus conser- 
vent généralement la couleur du fond. Corps cendré , abdo- 
men 

Je dois cette espèce et la suivante à mon ami M. Gustave 
Silbermann , qui me les a offertes quoiqu'elles fussent uni- 
ques dans sa collection. Il l'avait reçue d'Oaxaca. 



22 Magasin de zoologie. — année 1843. 

8. C. quadrinoté, C. quadrinotatus . Chevrolaf* 

Villosus , cinereus. Ore, oculis anlennisque {primo articula 
rufo) aigris ; thorax rutilus ; elytra cribala, pallida, ma- 
culis rotundatis quatuor atris , prima basi , secunda ultra 
médium. 

Longueur, 8 millim. Î/U ; largeur, 4 millim. 

Très velu , cendré. Palpes, mandibules, jeux et antennes 
noirs j les dernières avec le premier article ferrugineux. 
Corselet roux ou d'un jaune doré, arrondi, semi-cylindroïde 
en avant sur la troncature; droit, étranglé et sillonné en 
arrière, où il est plus étroit, Ecusson petit, caché parla 
villosité Elytres une fois et demie aussi longues que le 
corselet; arrondies régulièrement au sommet, plus briève- 
ment sur la suture ; convexes, d'un cendré pâle ; chacune 
a deux taches noires arrondies, qui occupent la pres- 
que totalité des étuis. La première est au dessous de la 
base ; elle offre un tubercule luisant , placé au centre ; la 
deuxième, au delà du milieu, couvre une partie de la 
marge et n'atteint pas la suture. Corps en dessous cendré ; 

abdomen Pattes très velues , cendrées , 

quelques poils noirs sur les antérieures. 

Il devra suivre, dans l'ordre naturel, le CL Silbermannii ; 
il vient d'Oaxaca. 

Le Clerus nigrocinctus , Kl. , Mono g., p. 38, n° 13 , s'en 
rapproche infiniment. 



Ixsecie-s, Pi.. 107 à 113. 23 

9. C. zèbre. C. zébra. Che violât. 

Dense villosus , ruge punctaLus, nigro-cœruleus infra. Caput 
punclatum, rutilum, in medio viride, palpis, mandibulis 
antennisque (basi rufis) ni g ris ; thorax punctalus, con- 
vexiusculus, dorso angulose depressus, rutilus, nigro-pilosus 
posticeque triangulalim cinereo et viridi-villosus y elytra 
antice flava, poslice cinerea et minute luberculata, fasciis 
quatuor cœrulis quorum tribus anlicis obliquis prima et se- 
cundo margine, secundo et tertio suturœ, adnexis. 

Longueur, 7 miHim.; largeur, 3 millim. 1/2. 

Modérément velu, d'un noir bleuâtre en dessous. Tête 
a peine convexe, ruguleusement ponctuée et d'une manière 
serrée, carénée longitudinalement au milieu, à pubescence 
rousse et ferrugineuse en avant, d'un jaune verdâtre en ar- 
rière et sur les côtés. Palpes testacés , obscurs. Mandibules 
ferrugineuses, noires à l'extrémité. Lèvre échancrée, testa- 
cée. Chaperon transversalement déprimé, testacé. Antennes 
noires , de onze articles. Les deux premiers , ferrugineux ; 
les 2-7, égaux, noduleux. Massue cendrée, triarticulée. 
Yeux arrondis, noirs ou pâles. Corselet légèrement convexe, 
anguleusement déprimé sur le disque, droit, etsemi-cylin- 
droïde en avant sur la troncature ; droit , étranglé et sil- 
lonné en arrière, où il est plus étroit; côtés arrondis anté- 
rieurement ; le dessus est ruguleusement ponctué et d'un 
jaune roussâtre ardent, et d'un gris verdâtre en arrière; la 
villosité, près de la basé, est épaisse, triangulairement dis- 
posée, verte sur le fond. Ecusson petit, arrondi, bleuâtre. 
Élftres ayant à peu près une fois et demie la longueur de la 
tète et du corselet réunis; arrondies rectangulairement sur 
l'épaule, régulièrement sur l'extrémité et très faiblement 
sur la suture; modérément convexes, ruguleusement ponc- 



24 Magasin db zoologie. — aknêe 1843. 

luées ; jaunes depuis la base jusqu'au milieu , avec quatre 
bandes et la moitié antérieure de la suture noires. Les trois 
premières sont obliques, partent de la marge, où elles sont 
un peu plus élargies, et se dirigent vers le bas; la pre- 
mière et la deuxième se réunissent extérieurement, mais la 
première n'atteint pas à la suture. La couleur jaune se 
trouve limitée par la troisième bande, qui est flexueuse; 
l'autre moitié postérieure de l'élytre est cendrée, parsemée 
de tubercules aplatis; la quatrième bande est droite et ob- 
solète, et placée vers le milieu de la partie cendrée; leur 
bord apical est jaunâtre. Corps, en dessous , d'un bleu un 
peu noir , vert sous le corselet. Pattes bleuâtres , à poils 
cendrés; cuisses assez épaisses, sillonnées dans leur lon- 
gueur. 

Trouvé à Tuspan par M. Salle. 

10. C. fascié Dii blanc. C. albo-fasciatus • Ghev. 

Atro-cyaneus, nigro , cinereo attaque dense villosus , pane- 
talus. Et j Ira pills albis medio fasciala. 

Longueur, 5 niiiJim. 1/2; largeur, 3 miîlim. 

D'un bleu noirâtre , très velu. Tête arrondie , convexe , 
ponctuée; les points sont petits et modérément distants , 
les poils noirs sont plus longs et roides que ceux qui sont 
bruns ; on en voit de bruns entre les antennes ; deux fos- 
settes arrondies et contiguës près des yeux. Palpes noirs, à 
troncature de couleur terreuse. Mandibules noires. Antennes 
noires , ferrugineuses sur le sommet du premier et du 
deuxième article, à massue triai ticulée, grossissant jusqu'à 
l'extrémité. Yeux noirs. Corselet plus long que large, droit, 
et cylindro'ide sur la troncature en avant, largement 
cchancré en dessous ; droit, profondément et étroitement 



Insectes, Pl. 107 à 113. 25 

sillonné en arrière, où il est plus étroit; côtés régulière- 
ment arrondis. Il est convexe en dessus , ponctué ; vers le 
milieu est un sillon droit et transverse ; les poils noirs sont 
plus abondants que ceux cendrés , les côtés et le dessous 
en offrent quelques uns de blancs. Écusson circulaire , 
noir. Elytres bleues, convexes, deux fois aussi longues 
que le corselet , arrondies rectangulairement sur l'épaule , 
régulièrement sur 1 l'extrémité et presque angulairement 
sur la suture, parallèles sur le côté, elles sont finement 
ponctuées et un peu ruguleusement jusqu'aux deux tiers ; 
mais lisses au delà, elles offrent une bande médiane, 
sinueuse , qui se recourbe vers le haut de la suture et est 
formée par une villosité blanche serrée. La généralité 
des poils est de couleur noire ; ils sont assez espacés vers 
l'extrémité et près de la marge ils sont blancs ; suture et 
marge rebordées et sillonnées. Corps d'un bleu noirâtre , 
couvert de poils cendrés et d'une villosité blanche et 
épaisse sur les côtés de la poitrine, Pattes fortes , finement 
ponctuées, longuement velues. Les poils blancs sont les 
plus nombreux , ceux noirs sont plus longs et espacés, et 
disposés par ordre sur la longueur des jambes. 

Il provient de chasses faites par M. Salle dans son 
voyage de la Vera-Cruz à Mexico; mais il n'a pas fait con- 
naître l'endroit précis où il l'avait trouvé. 

11. C. luisant. C. nitidus. Gbevrolat. 

Niger, nitidus, parce pilosus et punctalus. Thorax longior 
lalilwiine, versus apicem basique valde sulcalus , nigro- 
pilosus. Elftra ad extremitatem latiora, pilis dorsalibus 
nigris, marginalibus et posticalibus albis. Pectus ihinutc 
rugalum. Pedes albo-pilosi. 

Longueur, 5 I/2 millim.; largeur, 2 1/2 millirn. 
D'un noir brillant et comme vernissé, brièvement poilu et 



26 Magasin de zoologie. — année 1843. 

d'une manière espacée. Tête arrondie, convexe, finement 
ponctuée , couverte de petits poils noirs : deux dépres- 
sions contiguës. Antennes et bouche noires. Corselet plus 
long que large, droit et cylindroïde en avant, droit, forte- 
ment sillonné et rebordé en arrière , où il est plus étroit; à 
peine arrondi sur les côtés. On aperçoit, au delà du bord 
antérieur, un sillon transversal ; il est longitudinalement 
convexe, à peine visiblement ponctué, peu velu; les poils 
dorsaux sont noirs , ceux latéraux blancs. Ecusson moyen , 
circulaire , d'un noir mat , ponctué. Elpres une fois et 
demie aussi longues que le corselet, coupées rectangu- 
iairement sur l'épaule , qui est élevée , ensuite déprimée à 
sa partie interne , s'élargissant depuis le milieu latéral jus- 
qu'à l'extrémité de la marge , arrondies jusqu'à la suture , 
qui forme à l'extrémité un rectangle ; elles sont convexes , 
brillantes , à peine distinctement ponctuées , peu velues , 
couvertes d'un poil blanc qui est plus visible vers l'extré- 
mité , sur la suture et la marge ; celles-ci sont faiblement 
rebordées et sillonnées. Corps moins brillant en dessous ; 
côtés de la poitrine munis de poils blancs régulièrement 
disposés, ce qui les fait paraître comme obliquement ridés. 
Pattes revêtues d'un poil blanc assez épais. 
Trouvé à Tuspan par M. Salle. 

NECRODE. INecrodes. Winkins. 

N. anal. N. analis. Chevrolat. 

Punctulatus , atro-nilidus. Thorax inœqualis, ruber , in 
medio nigricans. Elytra tricostata, suturez aculeata , in 
mare , apice latiora , in femina elongata. Anum sangui~ 
neum. 

Longueur, 16-19 inillim. ; largeur, 7 1/2 lOmillim. 
Noir brillant. Tête aplatie , allongée, étranglée posté- 



Insectes, IV 107 à 113. 27 

rieurement en forme de cou, ayant une carène occipitale 
semi-circulaire. Palpes filiformes, ferrugineux sur le som- 
met des articles. Chaperon échancré et d'un jaune tomen- 
teux , impressionné d'une ligne transversale. Antennes 
dépassant le milieu du corselet, à massue triarticulée , 
brunâtre , terne. Yeux livides , globuleux. Corselet rouge, 
noirâtre sur le disque , plan , quoique un peu élevé au 
centre , marqué de quatre côtes longitudinales , dont les 
deux internes sont sillonnées au milieu et les deux basales 
courtes; en arrière des yeux part une dépression longitu- 
dinale qui est sinueuse et entière ; il est finement pointillé. 
Écusson grand, sinueux et aigu en arrière, pointillé. 
Eljtres deux fois et demie aussi longues que le corselet , 
droites à la base et de la largeur de ce dernier en cet en- 
droit , un peu crochues sur l'extérieur de l'épaule, avancées 
et arrondies sur le milieu latéral, terminées en pointe 
aiguë sur la suture , mais beaucoup plus élargies et arron- 
dies sur le sommet de la marge chez le mâle et fort amin- 
cies chez la femelle ; elles offrent trois côtes longitudinales , 
dont les deux internes sont sinueuses et obliques vers le 
sommet; la côte suturale est entière, la médiane peu sail- 
lante antérieurement, et l'externe limitée à la callosité qui 
existe environ aux deux tiers de leur longueur; elles sont 
finement et régulièrement ponctuées, la marge est mince 
et élevée. Epipleures canaliculés , pointillés sur la moitié 
interne, lisses sur celle externe. Corps noir, abdomen avec 
les deux derniers segments sanguins. Pattes longues, lisses, 
tarses antérieurs du mâle modérément et également avan- 
cés et dilatés de chaque côté, simples chez la femelle. 

Trouvé par M. Salle , à Orixaba, sur des animaux morts, 
dans le courant de septembre. Ce voyageur attribue la 
rareté des Insectes nécrophages en Amérique au nombre 
infini d'Oiseaux et d'animaux qui s'en nourrissent et les foui 
disparaître de suite. Je crois que la même espèce se re- 
trouve au Brésil. 



28 Magasin de zoologie. — année 1843. 

ENEMA. Enema. Kirby-Hope , Coleopterist 
Manual, p. 83. 

1. E. lupercus. E» lupercus. Ghevrolat. 

SimilUmis Scarabœo Titormo Pertyi. Niger, castaneus, 
cornu capitis ut in Se. Pan. Fab. , sed brevior sine dente 
dorsalL Thorax postice elevatus , bicornutus , nitidus , 
punctatus , interstitiis punctulatis, lateribus magnopere 
sculptus. Ëlytra margine punctato-striata , sulcis brevibus 
obsoletis tribus vel quatuor, dorso punctulatus , stria su- 
turait obsulcata et punctata. Pedes antici extus A-dentati. 

Longueur, 45 millim. ; largeur, 25 millim. 

Cet Insecte ressemble beaucoup au Se. Pan c? et au 
Titormus de Perty , que quelques personnes considèrent 
comme n'étant que la femelle de la même espèce. Il se 
rapproche du premier par la corne de la tête , qui, cepen- 
dant , est moins longue, plus aiguë et sans dent dorsale , et 
du deuxième par son corselet bidenté et élevé sur la base ; 
mais ces deux dents sont plus avancées et leur évasement 
est régulièrement cintré. Celui-ci a toute la région dorsale 
lisse , brillante , ponctuée , et la ponctuation est plus ser- 
rée vers .sa partie postérieure , les interstices ont un poin- 
tillé nombreux , les côtés sont largement guil loches et 
comme ridés. La plupart des traits marginaux sont arqués 
et ont leur ouverture oblique et tournée vers les angles 
postérieurs. 11 offre , près du bord latéral , une plaque lon- 
gitudinale lisse , qui est plus prononcée que dans les deux 
autres Insectes. Écusson angulairement arrondi. Élytres à 
stries latérales ponctuées avec quelques points irréguliers ; 
tous ces points sont arrondis , assez enfoncés , plans dans 
le fond , avec un cercle sur le bord de chaque ; pointillées 



Ixsectes, Pl. 107 à 113. 29 

et luisantes à partir des deuxième et troisième sillons 
obsolètes et courts qu'on observe vers le milieu de chaque 
étui. La strie suturale est presque sinueusement sillonnée , 
interrompue et ponctuée vers l'extrémité. Jambes quadri- 
dentées ; du reste , semblable , pour la forme et la cou- 
leur, aux espèces que j'ai déjà citées. 

Il m'a été adressé par M. Hopfner , de Darmstadt. 



2. E. endymion. E. endymion* Chevrolat. 

Mas. Niger subnitir'us , fere opacus. Capitt cornu ereclo , 
trifore, crebre punctato, cljpeo rotunde bidentato. Thorax 
dorso poslico gibbosus, summitate obsolète et breviter sul- 
catus, antice inflexus, minutissime punctulatus, remis ar- 
cuatis subdorsalibus longîtudinc ejjiciens. Scutellum casta- 
neum. Èlytra castanea, minute , irregulariter remoteque 
punctata, striis marginalibus punctatis, stria suturali ob- 
sulcala et interrupte punctata. 

Femina differt cornu capitis triangulare , thorace convexo 
punctis major i bus, evidenter punctatis. 

Var. Q c? capitis cornu breviore subconico, acuîo, eljtris alro-ma- 
culatis. 

Longueur 5 , 37 1/2 millim. ; lorgeur, 20 à 22 millira. — o 32 i/2 ; 
17 1/2 millim. 

Il est d'un noir terne , quoique brillant. Tête armée 
d'une corne presque droite , qui a , chez le mâle , de- 
puis 7 jusqu'à 12 millimètres de longueur; elle est un peu 
courbe, terminée en pointe, plane latéralement et anté- 
rieurement , et faiblement sillonnée de ce côté , mais arron- 
die postérieurement ; elle est inégalement ponctuée , d'une 
manière serrée et ruguleuse. Chez la femelle , cette corne 
occupe , par sa base , toute la largeur de la tête , et est 
triangulaire. Chaperon du mâle relevé , muni de deux 



30 Mgaasin dt. zoologie. — a\mël 1843. 

dents divergentes et arrondies; il est rétréci et à peine 
échancré chez la femelle. Corselet très gibbeux en arrière , 
incliné sur le devant , très faiblement sillonné sur la partie 
élevée , chargé d'une ponctuation excessivement serrée , 
ruguleuse et inégale ; les côtés dorsaux offrent une série 
longitudinale de traits guiilochés , dont un grand nombre 
est placé obliquement et de forme arquée ; du côté de la 
base et près des angles postérieurs ils deviennent plus nom- 
breux ; il est sinueusement cintré sur la tête , rebordé , 
sillonné et garni en avant d'une frange de poils roux , 
bi-sinueux sur la base et arrondi sur le milieu. Chez la 
femelle ce corselet est convexe , déprimé en avant , plus 
brillant , ponctué plus distinctement et d'une manière plus 
grande ; les rides sont plus droites. Écusson anguleusement 
arrondi, châtain. Eljlres d'un châtain luisant, à pointillé 
distant, ayant quelques stries marginales ponctuées, moins 
marquées sur la femelle , et deux ou trois sillons obsolètes 
sur le disque ; strie suturale sillonnée , profonde, non en- 
tière , offrant des points quelquefois interrompus. Pattes et 
corps en dessous d'un brun clair. Jambes antérieures bi- 
dentées : celles du mâle ont un petit rebord saillant , les 
suivantes ont des coutures denticulées et poilues. 

La variété C mâle a la corne de la tête guère plus longue 
que celle de la femelle; les élytres ont quelques taches 
noires et arrondies. 

Trouvé par M. Salle, en juin, à Tutepec, dans des 
chemins très humides. 



Lxsectes, Pl. 107 à 113. 31 

DYNASTE. Dynastfs. Mac-Leaj. 

\ . D. éléphant. D. elephas. Fabricius 
(PL 109 et 110). 

Mas scutellatus , cervino-villosus . Caput cornu unideniato , 
nigro , plicato , apice bifido ; clypeo bispinoso. Thorax 
gibbus, anlice bicornutus. Pedes nigri, nitidî, tibiis externe 
tridentatis , anticis longis arcuatis. 

Longueur, 11 cent. 1/2; largeur, 46 miil. 

Femina Niger cinereo et parce pilosus. Caput rugosum, in 
medio corniculatum . Thorax scabrosus , reticulo-punc— 
talus, plaga laterali glabra. Elytra rugulosa , dorso cx- 
cavato punctata inœqualia. Pedes brèves, tibiis anticis 
dentibus tribus validis , quatuor posticis dentibus tribus 
geminis. 

Longueur, 7 centim., 3millim. ; largeur, 43 millim. 

Scarabœus elephas , Fab., Sy. erc/.,p. 7-16; Ol. ent., t. I, n. 3 , 
p. 11, 6, pi. 15, f. 138, a. b, Herbst. 

Plus grand et moins large que le Se. acteon, noir, cou- 
vert en dessus d'un poil ras fauve , très serré. Tête armée 
d'une longue corne noire qui est dirigée en avant , un peu 
arquée, transversalement ridée. A la base de cette corne, 
en dessus, il en existe une autre également avancée, courte, 
recourbée en dessous et arrondie ; mais elle est entière- 
ment velue , gibbeuse à sa partie médiane et déprimée pos- 
térieurement. Corselet avec deux cornes en devant , laté- 
rales , divergentes , qui partent des angles antérieurs ; 
légèrement comprimé et gibbeux sur le milieu antérieur ; 
les bords sont sinueux , noirs et étroits , une ligne dorsale 
obsolète. Écusson triangulaire, grand, ponctué, lisse sur 



82 Magasin de zoologie. — année J 843. 

les côtés. Élytres très finement ruguleuses, fauves , parse- 
mées d'un tiqueté fin qui est formé de petites places glabres. 
Pattes noires , cuisses luisantes , aplaties , jambes anté- 
rieures longues, cambrées , tridentées , ainsi que les quatre 
suivantes. Abdomen de sept segments, le premier très 
court , le cinquième le plus grand 

Fabricius et quelques autres entomologistes ont donné , 
à tort, la Guinée pour patrie à cette espèce; elle est réel- 
lement originaire du Mexique et se trouve près des côtes , 
sur un arbre qui croît au bord de la mer. Les naturels lui 
ont donné , par ce motif, le nom à'Alveonte del mare. 
L'exemplaire de ma collection a été trouvé aux environs 
d'Alvarado , par M. Salle; il m'a rapporté qu'on lui en 
avait montré un d'une taille tout à fait extraordinaire. J'ai 
reçu une corne d'un mâle provenant de San-Blas. Le voya- 
geur à qui elle était due avait écrit une note mentionnant 
que les Indiens la suspendent à leur cou comme amulette. 

La femelle de cette espèce n'a été ni figurée ni décrite 
par aucun auteur. Olivier indique comme s'y rapportant 
une variété mâle dont nous donnons un dessin au trait sur 
notre planche. Elle se rapproche delà femelle du Se. ac- 
teon , même grandeur, plus étroite, scabreuse , d'un noir 
terne. Tête arrondie , faiblement déprimée entre les 
yeux , sur chaque côté , convexe , terne , postérieurement 
luisante , à points élevés sur leurs bords , scabreuse. Une 
petite corne à pointe mousse sur la partie centrale. Chape- 
ron bi-épineux, échancré semi-circulairement. Corselet 
formé comme celui du Se. acteon femelle, couvert de points 
arrondis , élevés et scabreux, surtout près des côtés sur le 
milieu latéral une petite élévation lisse , allongée , sillon 
dorsal moins indiqué sur la base , bords légèrement relevés 
et sillonnés. Élytres peu pubescentes , cendrées, arrondies 
sur l'extrémité de la marge , rectangulaires sur le dedans 
de la suture, marquées, sur les côtés, de petits points assez 
nettement impressionnés; ils deviennent gros,excavés vers 



Insectes , IV 107 à 113. 3-1 

le haut de chaque étui, à partir d'une strie géminée, courte, 
qui commence à la base, au tiers interne jusqu'à la su- 
ture , interstices ruguleux inégaux ; les inégalités que l'on 
remarque proviennent d'espaces mamelonnées. Un sillon 
raccourci et postérieur au tiers latéral ; strie suturale ponc- 
tuée, marge mince, relevée. Corps à villosité fauve. Ab- 
domen de six segments. Cuisses revêtues de poils roux de 
couleur ardente; postérieures élargies, finement pointil- 
lées; jambes scabreuses ponctuées, antérieures courtes, 
extérieurement tridentées , suivantes munies de six épines 
externes disposées deux par deux. Dans les deux sexes. 
l'abdomen, vu en dessus , offre, sur le bord des quatrième, 
cinquième et sixième segments, un stigmate petit et pro- 
fond. 

Cette femelle a été trouvée noyée, sur le bord de la mer, 
par M. Salle. 

1. D. hyllus. D. hjlïus. ChevrolaL 
(PI. 111 et 112.) 

Affinis scàrabœo Tytio et Perseo Olivieri. Capul nigrum , 
cornutum, cornu protenso , subacuto, ad apicem internum 
late dentalo. Thorax niger, punctatus, dimidia parte pos- 
ticali glaucus, punctulis nigris inoralus nigroque margi- 
natus, antice longe cornutus {cornu nigro incuivo, in extre- 
mitate subtruncato , fere hujusfisso , in parte inferîori flavo 
et dense villoso) adbasin longe cornu angulose bidentatus. 
Scutellum nigrum lœve. Elytra glauca rotundis mac a lis 
nigris plus minusve signala, anguste nigro-marginata. 
Corpus nigrum, ano pilisflavis et longis villosissimo. 

Maie, longueur, 74 millim.; largeur, 33 raillim. 

Vert glauque vernissé , noir brillant en dessous. Tête 
noire, finement ponctuée , sinueuse sur ses bords , coupée 
1843. 3 



34 Magasin »e zoologie. — année 1843. 

droit et relevée étroitement sur le chaperon , munie d'une 
corne qui s'avance obliquement sur l'extrémité. Cette corne 
est noire, arquée , terminée obtusément ; elle offre , près de 
son sommet interne, une dent quelquefois fort large. 
Palpes et antennes noirs. Corselet ayant 26 millim. de lon- 
gueur sur 20 de hauteur, semi-circulairement échancré en 
avant > légèrement sinueux en arrière , où il s'arrondit un 
tant soit peu sur le milieu ; côtés régulièrement arrondis sur 
les deux tiers postérieurs, angles antérieurs assez avancés , 
aigus , postérieurs arrondis ; il est rebordé de tous côtés, 
excepté, cependant, derrière la tête, du côté de laquelle on 
voit une frange de poils blonds couchés et soyeux. La moi- 
tié antérieure est noire , fortement ponctuée, l'autre moitié 
est glauque, chargée d'un tiqueté fin, noir, et de taches 
irrégulières , arrondies , de même couleur , les points des 
bords sont plus grands et allongés ; une corne noire , avan- 
cée, se recourbe sur la tête; elle part du milieu antérieur, 
est élargie à sa base , tronquée et presque fendue sur l'ex- 
trémité, très velue en dessous, avec la villosité jaunâtre, 
serrée , longue. On voit , de plus , une dent angulaire de 
chaque côté , qui part au dessous de la corne principale. 
Écusson grand , triangulaire , un peu cordiforme. É If 1res 
ovalaires, convexes, sinueuses à la base , arrondies sur l'é- 
paule , régulièrement sur le sommet de la marge , rectan- 
gulaires sur ie dedans de la suture, d'un vert glauque 
vernissé, marquées de grosses taches rondes , noires, plus 
ou moins larges et nombreuses , une strie courte et ponc- 
tuée près de l'écusson. La suture est plane et la marge peu 
relevée et arrondie ; elles sont étroitement et entièrement 
marginées de noir. Corps d'un noir luisant ; poitrine fine- 
ment anguleuse ; abdomen à points espacés , couvert d'une 
villosité peu abondante, espacée , qui devient roide, longue 
et nombreuse sur le dernier segment; jambes antérieures 
tridentées. 

Il est moins grand que le Se Perseus d'OJ. et ressemble 



Insectes, Pi.. 107 à 113, 35 

beaucoup au Se. Tjtius de F. pour la couleur ; mais ce 
dernier est moitié plus petit , a les cornes de la tête et du 
corselet courtes et aiguës. 

M. Salle l'a pris à Orixaba , dans le courant de sep- 
tembre; il le dit fort rare. 

La femelle (pi. 112), qui fait partie de la collection de 
M. le marquis de la Ferté, ressemble assez à la femelle du 
S. Hercules. 

G. TRICHODÈRE. Trichoderes. 

(T/j/^ocThs- , velu ; hpn , cou. ) 

Nouveau genre de la famille des Longicornes, tribu des 
Prioniens. Tête arrondie , excavée sur la face, bituberculée 
entre les antennes, carinée le long des yeux , en avant. Palpes 
fort longs, premier article des maxillaires plus court que le 
troisième , deuxième ayant un peu plus d'une ligne de lon- 
gueur, quatrième coupé obliquement en hache , aplati ; le 
dernier des labiaux est formé de la même manière, le pénul- 
tième a à peu près l'étendue du troisième article des maxil- 
laires. Mandibules courtes , robustes, closes, rugueusement 
ponctuées, lisses en dessus; la gauche est entaillée en cintre 
et l'angle terminal est aigu. Antennes assez rapprochées, im- 
plantées sur la base externe des tubercules et en avant des 
yeux , au dessus du milieu , un peu plus courtes qu'une 
élytre, minces, velues, de onze articles, premier en massue, 
deuxième noduleux et transverse , troisième plus allongé 
que les autres (ayant 1 ligne 3/4 de longueur), quatrième 
de la longueur du premier, suivants presque égaux, dimi- 
nuant insensiblement vers l'extrémité, les quatre derniers 
sillonnés. Yeux latéraux oblongs , plus larges par le bas , 
assez rapprochés en dessus , couverts de hachures fortes. 
Corselet transversal, longuement velu, droit au sommet, 
facilement sinueux et arrondi extérieurement sur le milieu 
1843. 3 



36* Magasin de zoologie. — année 1843. 

de la base , muni de deux épines latérales droites , dont 
une sur chaque angle. Écusson large, carré, un peu 
arrondi et très velu en arrière. Êlylres allongées , droites 
latéralement , convexes , plus courtes , plus étroites et plus 
pâles chez le mâle, arrondies rectangulaireinent sur l'é- 
paule et sur la suture , mais régulièrement sur le sommet 
de la marge , inégales , ponctuées , luisantes ; trois nervules 
longitudinales obsolètes ; une épine suturale courte et 
obtuse. Pattes longues, droites, rapprochées, les posté- 
rieures un peu plus espacées ; cuisses velues , renflées à 
leur naissance ; jambes un peu plus courtes , tronquées et 
élargies sur leur extrémité, et terminées par deux épines 
très petites. Tarses de cinq articles ; le premier des anté- 
rieures et des médianes conique , un peu plus long chez 
celle-ci; le premier des postérieures a environ une ligne 
d'étendue ; deuxièmes articles triangulaires , troisièmes 
largement bilobés, quatrièmes à peine visibles et seulement 
en dessus , cinquièmes arqués , moyennement longs , xnunis 
de deux crochets aigus et opposés. Sternum, non proémi- 
nent. Poitrine large, très velue. Abdomen arqué, aminci 
vers l'extrémité , de six segments chez le mâle , de cinq 
chez la femelle. Corps ailé. 

Ce genre devra se placer près des Macrotoma de M. De- 
jean. 

T. du pin. T. pini. Chevrolai. (PL 113.) 

Testaceo.vel brunneo-nitidus . Cap ut et thorax ruf a , reticu- 
lato-punctata , cinereo-pilosa. Elytra inœqualia, punclis 
mediocribus profundis, obsolète tricoslata. Pectus dense 
cinereoque pilosum. Abdomen nitidum. 

Longueur du mâle , 32 millim. ; de la femelle, 38. — Largeur du 
mâle, 10 millim.; de la femelle, 13 millini. 

Tête et corselet ferrugineux , obscurs , chargés de points 
ïéiiculés et couverts d'une légère pubescence cendrée , une 



Insectes, Pl. 107 à 113. 37 

épine latérale droite sur chaque angle du prothorax ; mais 
celles postérieures plus longues. Elytres du mâle, testa- 
cées ; de la femelle , brunâtres , luisantes , inégales , mar- 
quées d'une ponctuation moyenne, profonde, non con- 
fluente , et de trois côtes longitudinales obsolètes , plus 
distinctes chez la femelle ; marge externe arrondie, brune , 
frangée de poils cendrés ; suture noirâtre , à partir du tiers 
antérieur seulement , terminée par une épine très petite. 
Poitrine fortement et longuement velue. Abdomen finement 
ponctué , d'un châtain clair brillant , testacé sur le bord 
transversal des segments. 

Ce Coléoptère a été trouvé assez abondamment, par 
M. Auguste Salle , à las Vigas {terre froide) , pendant le 
mois d'août, sous des écorces de sapins. Les habitants de 
cet endroit en recherchaient les nymphes comme mets, et 
ils assuraient qu'elles avaient un goût très délicat. 



«sectes , Pl. ! 14 à 1 16 



DESCRIPTION 

DE QUELQUES ESPECES INEDITES d"H YMÉnOPTERES FOUISSEURS 
DE L'ANCIEN CONTINENT, 

avec des observations sur plusieurs Pompiles nouveaux figures dans 
la grande description de i'Égypte et restés jusqu'ici inconnus ; 

PAR M. F. E. GUERIN-MÉNEVILLE. 

En décrivant les Pompiles du Voyage autour du monde 
de la corvette la Coquille, exécuté sous le commandement 
de M. le capitaine Duperrey, et en préparant le texte de 
notre Iconographie du règne animal , nous avons dû, suivant 
la loi que nous nous sommes faite , étudier complètement 
chaque genre dans les auteurs, pour ne pas nous exposer à 
publier comme neuves des espèces déjà décrites ; ce travail 
nous a conduit à reconnaître que plusieurs espèces de notre 
collection, que nous avions dû comparer à celles du Voyage, 
étaient inédites , nous avons profité de cette occasion poul- 
ies décrire pendant que nous étions encore bien pénétré 
de leurs affinités avec les espèces connues , et c'est le résul- 
tat de ce travail qui fait le sujet de la présente notice. 

Nous avons dédié plusieurs de ces espèces à des personnes 
qui nous ont donné des preuves de leur zèle pour les progrès 
de l'histoire naturelle , afin de leur en témoigner publique- 
ment toute notre gratitude. Enfin nous avons reconnu, par 
la comparaison de nos espèces avec quelques figures des 
magnifiques planches de Y Expédition d'Egypte , que trois 
de ces figures offraient des Insectes très voisins des nôtres 
et de quelques uns de ceux qui ont été décrits par les au- 
teurs , et nous avons tâché , autant que le permettent des 
figures noires, mais par analogie et aidé de la connaissance 
d'un grand nombre d'espèces , de faire ressortir les carac- 
tères qui les distinguent. 

1843. 5 



2 Magasin de zoologie. — année 1843. 

Pompile de Graells. Pompilus Graellsii. Guér. 

P. niger , capite flavo vertice nigj-o; thoracis antico dorso et 
scutello, apicefemoribus, cruris tarsisqueflavo-ferrugineis; 
alisflavis, apice ni g ris. (PI. 115 , fig. 1.) 

Longueur, 21 miilîm. 

Cette espèce est très-voisine du Pompilus luteipennis de 
Fabricius ; mais elle en diffère par ses cuisses , qui sont 
noires , tandis qu'elles doivent être ferrugineuses dans l'es- 
pèce de Fabricius , puisqu'il dit deux fois dans sa descrip- 
tion , pedes ferruginei, et qu'il aurait certainement parlé du 
noir des cuisses, comme il le fait pour le Pompilus annu- 
lalus, qui est aussi très voisin du nôtre. 

La tête du Pompilus Graellsii est fauve , lisse et glabre , 
avec la base du chaperon, au dessous de l'insertion des an- 
tennes , et une tache sur le vertex noires. Le prothorax et le 
mésothorax sont fauves en dessus , avec le bord antérieur 
du mésothorax noirâtre ; ses côtés et le inétathorax sont 
noirs , les flancs sont striés obliquement. Les ailes sont d'un 
jaune fauve à nervures fauves , avec le bout noirâtre. Les 
pattes sont fauves , avec les cuisses noires jusqu'aux deux 
tiers de leur longueur, les tarses sont un peu plus obscurs. 
L'abdomen est noir, luisant et lisse ; vu à la loupe, il est 
couvert de très-petits points enfoncés ; son extrémité est 
garnie de poils bruns. 

Ce Pompile a été découvert , aux environs de Barcelone, 
par M. Graells , entomologiste distingué , professeur de 
zoologie à Madrid ; nous le lui dédions avec plaisir, comme 
un témoignage de notre estime. 

Il y a, dans les planches d'Insectes de la grande expé- 
dition d'Egypte (pi. 17, fig. 16), la figure d'une espèce 



Ixslctes , Pi.. 114 à 116. 3 

voisine de celle-ci, et surtout du Pompilus annulatus; ce- 
pendant l'espèce représentée diffère de ce dernier par ses 
pattes, qui doivent être noires ou d'un brun très foncé, 
par ses antennes, dont le troisième article a une longueur 
presque double de celle des deux premiers réunis , tandis 
que , dans le véritable annulatus, cet article est seulement 
un peu plus long; enfin elle en diffère encore par ses ailes , 
qui ont du brun à la base et au bout , tandis que celles du 
P. annulatus ne sont brunes qu'au bout. Cette espèce 
égyptienne a beaucoup plus de rapports avec celle du 
même pays, que M. Klug a publiée dans les Symbqlœ 
physicœ, etc., pi. 38, fig. 3, sous le nom de P. vespifor- 
mis, et qu'il caractérise ainsi : « P. fusais abdomiae nigro , 
segmentis quatuor intermediis medio flavis , alis lutcis, basi 
apiceque nigris. Fem. ; » mais, quoique cette diagnose aille 
très-bien à la figure gravée dont nous nous occupons , la 
différence de taille de ces deux espèces ne permet pas de 
les réunir; car celle de M. Klug n'a que 19 millimètres de 
long , tandis que celle de l'expédition d'Egypte en a plus 
de 32 , ce qui est près du double ; nous pensons donc 
qu'on doit distinguer cette dernière que , du reste , Klug a 
considérée comme différente , puisqu'il ne la cite pas sous 
la sienne, et nous proposons de l'appeler Pompilus vi- 
cinus. 

M. Spinola (Ann. Soc. ont., 1838, t. vu, p. 458) 
semble penser que la figure d'Egypte représente le Pomp. 
vespiformis de Klug. : nous croyons que c'est à tort qu'il 
fait ce rapprochement. 



^ Magasin de zoologie. — année 1843. 

Pompile de Breton. Pompilus Bretonii. Guér. 

P. mgro sub-cyaneus sericeus ; antennis flavis ; sculello 
sub-elevato , metathoracc lœvigato ; ihorace pedibusquc 
nigro-bruîineis ; alis nigro-brunncis , apice obscurioribus 
violaceo-cyaneoque micantibus. (PI. 115, fig. 2. ) 



Longueur, Ïd à 18 mi 11 



ni). 



La tête est noire , avec le chaperon seulement d'un fauve 
brunâtre chez le mâle ; dans la femelle la tête est d'un fauve 
brunâtre un peu plus foncé vers le vertex ; les mandibules 
sont noires au bout , les palpes et les autres parties de la 
bouche sont brunes dans les maies, fauves chez les femelles. 
Les antennes sont d'un beau jaune orangé, avec les deux 
premiers articles de la couleur de la tête, les yeux sont 
d'un noir brun. Le corselet est d'un beau noir soyeux, avec 
quelques faibles reflets violets, surtout en dessus. Les 
ailes sont d'un brun assez foncé et transparent , avec le bout 
un peu plus noir ; elles ont des reflets violets et bleus assez 
vifs et brillants; leur troisième cellule cubitale est presque 
de moitié moins large en haut , et la première nervure 
récurrente vient aboutir obliquement assez loin de la ner- 
vure de séparation des deuxième et troisième cellules cubi- 
tales. Les pattes sont de la même couleur, encore plus fon- 
cée , et paraissent presque noires; les tarses sont terminés 
par une petite pelote velue et par deux crochets arqués , 
aigus, armés , à leur côté interne et vers le milieu, d'une 
forte dent partant de la base et les rendant bifides chez les 
mâles (fig. 2 a), et n'offrant qu'une petite dent au milieu du 
côté interne, chez les femelles (fig. 2 b). L'abdomen est ova- 
laire, d'un noir assez foncé, à reflets soyeux et bleus ; l'écus- 
son du mésothorax est un peu élevé au milieu et forme près- 



Insectes, Vl. 114 à 11 G. & 

que une'cai eue longitudinale peu saillante , échancrée chez 
les mâles , sans échancrure dans la femelle; le métathorax 
est simple, faiblement arrondi , très finement chagriné. 

Cette jolie espèce vient du Sénégal et de la Sicile; nous 
l'avons dédiée à M. Breton , homme de lettres aussi savant 
que modeste, qui a bien voulu nous donner plusieurs In- 
sectes nouveaux du Sénégal , et qui a fait des démarches 
actives auprès d'un de ses élèves et ami pour l'engager à 
recueillir des espèces de tous les ordres et à en enrichir notre 
collection et nos publications. 

Les individus de Sicile ne diffèrent en rien de ceux du 
Sénégal. Du reste , ce fait n'a rien de surprenant, car l'on 
sait que plusieurs Coléoptères sont également communs 
aux deux pays. 

Il y a, dans les belles planches de la grande expédition 
«l'Egypte (Insectes, pi. 17, fig. 18), la figure d'un Pompile 
noir de la taille du nôtre , qui en est bien voisin , mais qui 
en diffère par des antennes noires ; l'examen de la belle 
gravure que nous citons montre bien certainement que l'es- 
pèce d'Egypte est noire, velue, avec les ailes noires ou 
d 7 un brun foncé, à reflets vifs. N'ayant pas trouvé dans les 
auteurs de description qui puisse se rapporter à cette figure, 
nous pensons qu'elle représente une espèce nouvelle à 
laquelle nous donnerons le nom de Pompilus calidus. 

Nous trouvons , à la planche 17 des Insectes du même 
ouvrage, une espèce sous le n° 19, qui semble se rap- 
procher beaucoup de celle-ci , mais qui a les mandi- 
bules très-courtes , arrondies , et l'extrémité de l'abdomen 
très velue. La manière dont cette figure est gravée montre 
bien évidemment que l'Insecte qu'elle représente doit être 
noir ou noir-bleu, avec les antennes jaunes ou fauves, et 
que les ailes sont noires à reflets chatoyants bleus ou vio- 
lets , avec le bout plus obscur. Cette excellente gravure 
montre encore qu'il y a un petit sillon au milieu du méta- 
thorax ; nous pensons que cette espèce égyptienne est voi- 
JSi3 5 



G Magasin de zoologie. — année 1843. 

sine et cependant différente de la nôtre. Nous n'avons 
trouvé ni dans Fabricius ni dans Klug de description qui 
pût s'y appliquer, et nous croyons pouvoir la considérer 
comme inédite : nous lui donnerons donc le nom de Pom- 

PILE DES SABLES, Pompîlus Sdb'dloSUS . 

Pompile de Paulinier. Pompîlus Paulinierii. 
Guér. 

P. aler, cinereo-sericeus , sculello , prothorace et metat Horace 
postice albis; alis pellucidis apice fuscis , nervulis nigris ; 
genubus anticis flavis , llbiis intermediis et posticis extus 
sericeo-albis , spin's nigris, apicalibus magnis albis ; ab- 
domine nigro, segmentibus basi cœruleis, ano albo. (PI. 116.) 

Longueur, 10 millim. 

Ce Pompile ressemble un peu à celui que M. Ehremberg 
a nommé tibialis dans ses Symbolœ physicœ {Decas.'w, 
pi. 39, fig. 6); mais il en diffère par la distribution de ses 
couleurs et par ses jambes postérieures , qui ne sont pas 
ferrugineuses ; il appartient cependant à la même division 
à cause des cellules de ses ailes et des crochets de ses tarses. 

Le Pompile de Paulinier a la tête noire , couverte d'un 
très fin duvet soyeux , cendré et luisant en dessus , et ar- 
genté sur le chaperon , le labre et la base externe des man- 
dibules; les antennes sont noires Le corselet est de la 
même couleur, également cendré et soyeux ; le prothorax 
est bordé de blanc en arrière , il y a des poils blancs , très 
serrés et assez longs sur le bord postérieur de l'écusson et 
du métathorax ; les flancs sont comprimés , et le côté anté- 
sieurdes hanches est argenté. Les ailes sont transparentes, 
à nervures noirâtres , avec l'extrémité brune ; la seconde 
cellule radiale est très étroite en avant, triangulaire n tel 



Insectes, Pl. 114 à 116. 7 

point que la nervure qui la limite ne s'insère pas sous la 
cellule radiale, comme dans le Pompilus vlaticus , mais 
vers l'extrémité de la nervure précédente. Les pattes sont 
noires , couvertes de duvet chatoyant cendré , surtout au 
côté externe des cuisses. Les genoux des cuisses antérieures 
ont , en dessus , une petite tache jaune ; l'épine terminale 
des jambes antérieures et les premiers articles de leurs 
tarses sont jaunes en dessus. Les autres jambes sont garnies, 
au côté externe , d'un très fin duvet blanc-jaunâtre, soyeux; 
elles ont deux rangs d'épines assez fortes et noires; les deux 
épines terminales sont grandes et d'un blanc un peu jau- 
nâtre , ainsi que le dessus des tarses intermédiaires ; les 
tarses postérieurs sont noirs. Les crochets de tous les tarses 
sont petits et bifides. L'abdomen est presque cylindrique , 
un peu comprimé sur les côtés , d'un noir velouté, avec la 
moitié antérieure des premier, second, troisième et qua- 
trième segments d'un bleuâtre cendré produit par un fin 
duvet. Les cinquième et sixième segments sont noirs, le 
septième est blanc. 

Cette jolie espèce a été trouvée au Sénégal ; nous la dé- 
dions à M. Paulinier, comme un témoignage de notre 
reconnaissance pour le zèle avec lequel il a bien voulu, sous 
le climat brûlant du Sénégal , se donner la peine de récolter 
pour nous des Reptiles , des Mollusques et des Insectes de 
tous les ordres; plusieurs d'entre eux sont nouveaux poin- 
ta science et seront décrits successivement, ce qui nous 
donnera l'occasion de citer encore les recherches de 
M. Paulinier et de l'encourager à rassembler des matériaux 
pour les progrès de l'histoire naturelle. 



8 Magasin de zoologie. — anmîe 1843. 

Sphex de Paulinier. Spheoc Pauliuierii. Guér. 

S .Juh'us , aureo-sericeus , mandibulis apice verticeque nigris ; 
alis flcuns , apice nigro brunneis ; ab domine nigro , petiolo 
segmento primo , secundo , postice excepta, anoque fulvis. 
(Fœm.) (PI. 114.) 

Long. , 43 millisn. ; enverg., 62 millim . 

C'est la plus belle espèce que nous connaissions dans ce 
genre : sa tête est fauve , avec les yeux bruns ; les antennes 
sont fauves , un peu obscures à l'extrémité ; tout le devant 
de la tête est garni d'un duvet très serré à reflets d'or ; l'ex- 
trémité des mandibules et tout le vertex sont noirs. Le cor- 
selet est fauve , garni d'un duvet soyeux à reflets dorés; le 
prothorax est étroit, court, échancié au milieu; le méso- 
thorax est un peu obscur en arrière , avant l'écusson , qui 
est d'un fauve plus vif et composé de deux lobes bien dis— 
lincts , avec un petit sillon au milieu qui se prolonge jus- 
qu'au bord postérieur du métathorax ; celui-ci est arrondi, 
strié transversalement , avec un stigmate très visible de 
chaque côté. Les ailes sont d'un beau jaune un peu orangé, 
à nervures fauves , avec l'extrémité largement bordée de 
noir à reflets un peu bleus et violets ; la bordure du des- 
sous des supérieures est un peu plus large et se voit en 
transparence ; le lobe inférieur des postérieures est incolore 
et transparent. Les pattes sont grandes , d'un fauve assez 
vif et luisant ; l'abdomen est ovalaire , lisse et luisant, porté 
par un pédicule assez long; ce pédicule, le premier seg- 
ment et le second sont fauves; le bord postérieur de ce se- 
cond segment et tous les autres sont d'un noir vif avec 
l'extrémité de l'anus fauve. 

Ce magnifique Insecte a été pris au Sénégal par M. Pau- 
lin ici - . 



Insectes, Pl. 114 à 11 C. '.) 

Ammophile a ventre bleu. Ammophila 
cycmivenlris. Guér. 

A. nigra , cinereo-pubescens , antennis artîculo primo, pro- 
thoracis lateribus , coxis femonbus anlicis et intermediis et 
squama alarum rufo-brunneis ; alis brevibus , ] allide in- 
Juscatis , apice brunneis , violaceo micantibus ; abdomine 
cyaneo-nitido , apice dilutiore , petiolo atro. (Mas.; 

Longueur, 22 millim. 

Il ne peut être comparé, pour la couleur, à aucune des 
espèces connues; mais il appartient à la même division que 
XAmm. sabulosa ; sa tête est plus large que le corselet, 
noire , avec quelques poils noirs et cendrés ; le premier ar- 
ticle des antennes , la base des mandibules et les palpes 
sont fauves. Le corselet est noir, rugueux , couvert de du- 
vet cendré assez serré , avec le piotliorax et le mésothorax 
en avant striés transversalement; les côtés du piotliorax 
sont fauves. Les ailes sont courtes, comme dans le sabulosa, 
transparentes , d'un brun jaunâtre pâle , avec le bout plus 
foncé et les nervures noirâtres ; elles ont des reflets vifs 
d'un beau violet. Les pattes sont noires , les antérieures 
ont les hanches et le dessous des cuisses et des jambes d'un 
fauve brunâtre ; l'épine des jambes antérieures a , au côté 
interne , une assez large membrane cornée. L'abdomen est 
d'un beau bleu foncé et luisant , avec le dessus des quatre 
derniers segments garni d'un duvet blanchâtre qui les fait 
paraître d'un bleu plus pâle; le pétiole est fort long et noir. 

Cette espèce vient du Sénégal, d'où elle nous a été en- 
voyée par M. Paulinier. 



Insectes, Pl. 117. 



G. CORDULIE. Cordulia. Leach. 
C. splendide. C. splendens. Pictet. 



is 



Capite flavo , nigro maculai o ; thorace viridi nitente maculi. 
fasciisque flavis ; abdomine nigro-virescenti maculis luteis 

Longueur, 0,080; enverg., 0,100. 



Je ne connais que la femelle de cette belle espèce , qui m'a 
été envoyée de Montpellier. Elle a la taille et un peu de 
l'apparence extérieure du Cordulegaster annulât us ; mais la 
forme de sa lèvre inférieure et de ses appendices anaux l'en 
éloigne complètement. Ces caractères , joints au petit œil 
lisse , accessoire à l'œil principal et placé sur la tempe , ne 
permettent pas de douter un instant qu'elle n'appartienne 
au genre Cordulia. Elle a les plus grands rapports, dans sa 
forme et dans la nervation de ses ailes , avec la Cordulia 
Curtisii-, elle se distingue , d'ailleurs , de toutes les espèces 
de ce genre par sa grande taille et par les taches et bandes 
jaunes de son thorax. 

Description. {Femelle.) Yeux bruns avec le petit œil ac- 
cessoire bien marqué; devant de la tète jaune , avec une 
bande longitudinale sur la lèvre , le tour du labre et l'ex- 
trémité du chaperon noirs; une tache de même couleur sur 
le front, rectangulaire et jointe au vei tex par trois traits visi- 
bles en dessus ; vertes, terminé par deux pointes, tout entier 
d'un noir bleuâtre ainsi que l'occiput. ^Thorax d'un vert 
métallique brillant, avec une mince ligne longitudinale sur 
son milieu , deux taches en avant , allongées , une bande sur 
les côtés , une tache triangulaire en avant de l'origine de 
chaque aile antérieure , et une marque en arrière des 
18 i3. 6 






2 Magasin de zoologie. — année 1843. 

pattes postérieures et en dessus du thorax , d'un jaune doré. 
Abdomen très comprimé , noirâtre , avec un léger reflet 
vert; le premier anneau noir; le second marqué d'une 
large bande transversale dans son milieu en dessus, et de 
deux taches latérales à sa base , jaunes; les troisième, qua- 
trième , cinquième et sixième , avec deux taches à peu près 
triangulaires, réunies par un de leurs angles sur la ligne 
médiane ; septième fauve à sa base , en dessus ; huitième, 
neuvième et dixième noirs. Appendices anaux supérieurs 
courts, coniques, pointus, un peu sinueux, noirs. Pattes 
noires , avec un léger reflet brun sur les cuisses et les tarses. 
Ailes brillantes, teintées légèrement de jaune , cette couleur 
étant plus marquée vers l'extrémité ; nervures toutes noires; 
ptérostigmates petits, d'un brun foncé; membranule d'un 
gris clair. Je ne connais pas le mâle. — De Montpellier. 

F. J. PICTET. 



Ayant reçu cet hiver (1843), de M. Amédée Guinard,de 
Montpellier, plusieurs exemplaires de la nouvelle espèce 
nommée Cordulia splendens par M. Pictet de la Rive, je 
puis compléter la description donnée par ce savant en 
ajoutant celle du mâle. 

Mâle. Par ses couleurs il ne diffère presque pas de la 
femelle ; mais les formes , comme on devait s'y attendre , 
sont très-distinctes. L'abdomen est cylindrique , non com- 
primé, un peu élargi à son extrémité; le deuxième seg- 
ment porte deux oreillettes saillantes , brunes. Le bord 
anal des ailes inférieures est subitement anguleux, comme 
chez les mâles des genres Gomphus, Lindenia, Cordulia, etc. 
Les appendices anaux ressemblent, dans leur ensemble , à 
ceux de la Cordulia Curtîsii. Ils sont de la longueur du der- 
nier segment, noirs, presque glabres, les supérieurs imi- 



Insectes, Pt. 117. • 3 

tant ceux du Gompkus Gras Uni ( Rambur) , cylindriques , 
comme coudés et recourbés en dedans , à partir de leur 
milieu et finissant en pointe aiguë inclinée en dehors et en 
haut. Le côté intérieur cilié, l'extérieur ayant vers son 
milieu, au coude, une forte dent; la dernière moitié gra- 
nulée en dessous. Appendice inférieur un peu plus long 
que les supérieurs , concave , en forme de cuiller, rétréci à 
son extrémité, qui est très légèrement bifide. Les bords 
renflés. Parties génitales du deuxième segment très peu 
proéminentes. 

En ce qui concerne en commun les deux sexes , j'a- 
jouterai quelques observations à ce qu'a fait connaître 
M. Pictet. 

Cette espèce diffère , par ses formes , des autres Cordu- 
lies européennes. Elle rentre entièrement dans le nouveau 
genre Macromia (Rambur), créé pour des espèces de l'Inde 
et de l'Amérique septentrionale. Les principaux caractères 
qui distinguent les Macromies des Cordulies sont d'avoir les 
onglets des tarses entièrement bifides , les deux branches 
étant presque égales ; d'avoir environ le double de nervules 
dans le premier espace costal jusqu'au point cubital , qui 
est plus près du sommet de l'aile (aux ailes supérieures de 
la M. splendens, il y a quinze nervules dans cet espace , et 
neuf dans le second , jusqu'au ptérostigma). Le petit œil 
accessoire est aussi plus distinct que chez les Cordulies. 

Les Macromies sont de grande taille ; elles ont l'appa- 
rence et la coloration générales des Cordulégasters, Les ap- 
pendices anaux des femelles sont très petits , couchés sur 
une protubérance qui termine l'abdomen , caractère qu'elle 
a en commun avec la Cordulia Curtisii , espèce qui doit for- 
mer une section particulière. 

E. DE SÉLYS-LOINGCHAMPS. 

Avril 1843. 



ISECTES, PL. 118. 



G. HÉTÉROPALPE. Heteropalpus. Buquet, 



Corps (fig. 1) allongé , épais , un peu déprimé en dessus. 
Tète (fig. 2) saillante, inclinée, légèrement rétrécie en 
arrière. Fe^x ovalaires, distants du bord du corselet. Anten- 
nes insérées près de la bouche , en avant des yeux , un peu 
plus longues que le corps, composées de onze articles fili- 
formes et pubescents , le deuxième très petit et globuleux , 
tous les autres à peu près d'égale longueur. Mandibules avan- 
cées , peu saillantes , arquées et en partie recouvertes par le 
labre. Palpes maxillaires (fig. 3, 4) très développés, en forme 
de T , et de quatre articles ; le premier très court, le second 
très long et légèrement arqué, le troisième très petit, pres- 
que globuleux , le quatrième de la longueur du second , 
droit et tronqué à l'extrémité, ayant à sa base un appendice 
soudé, d'une grande longueur, terminé par un crochet et 
entièrement couvert de poils assez longs. Palpes labiaux 
(fig. 5, 6) relativement très courts, à dernier article ovoïde. 

Prothorax cylindrique, d'un tiers plus long que large, 
épineux sur les côtés , tuberculeux en dessus. Prosternum 
non saillant en pointe. Écusson arrondi. Élytres coriaces, 
parallèles , allongées , coupées carrément à la base , arron- 
dies au bout. Pattes fortes et courtes, cuisses en massue. 
Tarses épais , moins longs d'un tiers que les jambes , ayant 
les trois premiers articles assez larges et aplatis, le quatrième 
allongé , terminé par deux crochets simples. 

Abdomen allongé, composé de cinq segments. 

Ce genre, qui appartient à la deuxième sous-tribu des 
Lepturètes de Serville , doit être placé immédiatement 
avant lesDistenies , dont il se distingue surtout par la forme 
de ses palpes maxillaires , par son corps généralement plus 
court , et par ses élytres , qui ne sont pas épineuses à l'ex- 
1843 6 



2 Magasin de zoologie. — année 1843. 

trémité. Nous ne connaissons que l'espèce dont la descrip- 
tion suit : 

H. précieux. H. pretiosus. Buquet. 

Viridi-nitens , elytris rugoso-punctatis y antennis , tibiis 
tarsisque ni gris • femoribus rujis. 

Longueur, 0,018 ; largeur, 0,005. 

Corps entièrement d'un vert très éclatant. Palpes , an- 
tennes, jambes et tarses d'un noir mat. Tète finement 
pointillée , surtout antérieurement, avec un sillon profon- 
dément marqué entre les yeux. Corselet pointillé égale- 
ment , tuberculeux en dessus , étranglé à sa base et à son 
extrémité, avec une pointe assez saillante au milieu de 
chacun des bords latéraux. Ecusson assez petit , arrondi au 
bout et creusé dans le milieu. Elytres parallèles, coupées 
carrément à la base, à angles numéraux arrondis et sail- 
lants , rebordées sur les côtés et couvertes de gros points 
enfoncés, beaucoup plus marqués dans les deux premiers 
tiers de leur longueur; la ligne suturale est un peu élevée 
et à reflets bleuâtres ; dessous du corps finement pointillé ; 
cuisses rouges. 

Cette charmante espèce faisait partie d'une collection 
d'Insectes recueillie à Cayenne par M. Claude , et que j'ai 
acquise en juillet 1842. 

LUCIEN BUQUET. 



Nota. La fig. 7 représente la tête de la Distenia undulala de Fab. 
pour montrer les caractères différentiels qui existent entre mon 
genre Heteropalpus et le pre'ce'dent. 



ÎNSECTICS , Pi. 119. 1 

NOTE 

sur une seconde espèce du genre Stenidia et sur un Clenodaclyla 
nouveau ; 

PAR M. DE CASTELNAU. 

Le genre Stenidia a été formé par MM. Brullé et Audouiu , 
dans leur Histoire naturelle des Insectes , sur un Carabique 
du Sénégal dont on ne connaissait jusqu'ici qu'un seul in- 
dividu, faisant partie de la collection du muséum d'histoire 
naturelle. 

Dans mon Histoire naturelle des Insectes coléoptères , 
faisant suite au Buffon de Dumesnil , j'ai placé ce genre 
dans mon groupe desOdacanthites, entre les Leptotrachèles 
de Latreille 1 et mes Stenocheyles ; il est caractérisé par ses 
tarses à pénultième article bilobé , sa lèvre supérieure 
courte et transversale ; la tête est moins brusquement ré- 
trécie en arrière que clans le premier de ces genres , et le 
corselet est beaucoup plus grand relativement aux éiytres ; 
ces dernières sont plus élargies , moins allongées et moins 
parallèles ; leur extrémité est tronquée obliquement. L'es- 
pèce connue porte le nom à'unicolor : elle est entièrement 
d'un brun rouge. 

En parcourant dernièrement des Insectes qui m'avaient 
été envoyés du Sénégal, je remarquai un petit carabique 
que j'avais, au premier abord, confondu avec la Drypta ru- 
ficollis, dont il a entièrement les couleurs , mais qui me 
parut bientôt avoir un faciès tout différent, et je reconnus 
bientôt que ses palpes ne permettaient pas de le placer 
dans le groupe des Dr y pûtes , et qu'il ne pouvait rentrer 
que dans le genre Stenidia de M. Brullé. Procédons actuel- 
lement à la description de ce joli insecte. 

' Auxquels on doit probablement reunir les Rhagocrepis d'iiscb- 
scholtz. 

1843. i 



2 Magasin de zoologie. — amvée 1843. 

St, d'Edwards. St. Edwardsii. De Castelnau. 

Tête d'un bleu noir , couverte de gros points écartés 
les uns des autres ; labre d'un brun obscur ; mandibules 
brunes; paipes d'un jaune testacé , avec le dernier article 
plus obscur ; antennes d'un jaune clair, un peu pubtscen- 
tes ; corselet allongé, renflé au milieu, couvert de points 
gros el plus serrés que ceux de la tête ; il présente au milieu 
la trace d'une ligne longitudinale ; sa couleur est d'un brun 
rouge, ainsi que l'écusson ; les élytres sont d'un bleu luisant: 
elles sont couvertes de fortes stries longitudinales formées 
de gros points enfoncés, et paraissent comme crénelées; le 
dessous du corps, à l'exception du prothorax, est d'un noir 
un peu brun et luisant; vu à une forte loupe, il présente 
une ponctuation très-fine ; les pattes sont de la couleur du 
corselet , avec l'extrémité des cuisses obscure. — Long. 6, 
îarg. 2 millim. (PI. 119 ) 

De l'établissement français de Galam , sur la partie supé- 
rieure de la rivière du Sénégal. J'ai dédié ce joli insecte 
à M. Milne Edwards, zoologiste bien connu. 

Je joindrai ici la description d'un Cténodactyle qui me 
semble également nouveau. 

Cténodactyle bicolore. Ctenodactyla bicolor. 
De Castelnau. 

D'un noir luisant ; tête avec deux impressions longitu- 
dinales placées en avant; parties de la bouche et antennes 
d'un jaune testacé, ces dernières pubescentes ; corselet avec 
de forts rebords latéraux, et présentant dans cette partie 
de petits plis transversaux ; il a un sillon longitudinal au 
milieu; les élytres ont de fortes stries crénelées; dessous 
du corps d'un brun presque noir et luisant . pattes d'un 
jaune testacé. -~ Long. 13 , larg. 4 millim. 

Cet Insecte vient du Brésil et se place à côté du C. Tristis 
de M. Gory. 



Insectes, Pl. 120 et 121. 

MÉMOIRE 

SDR LES MOEURS DE QUELQUES BU PRES TIDES 

dans tous les états de leur vie, 
pour servir à l'histoire de ces Coléoptères, 

PAR M. V. PECCHIOLI, 

Membre île la Société entomologique de Fiance et de plusieurs autres Sociétés savantes 



A une époque où l'amour des sciences naturelles en 
général, et, plus particulièrement encore, celui de l'En- 
tomologie est tellement répandu qu'il n'est, pour ainsi 
dire , pas de coin sur la terre qui ne possède ses entomolo- 
gistes , ses amateurs ou , tout au moins , ses collecteurs 
d'Insectes , il n'est pas surprenant que le nombre des ou- 
vrages qu'on publie journellement sur cette science se 
trouve augmenté de manière à rendre maintenant presque 
impossible , je ne dirai pas de les posséder tous , mais seu- 
lement de s'en tenir au courant. 

Cependant une des parties les plus intéressantes dans 
cette science , l'étude des mœurs de ces petits êtres dans 
tous les états de leur vie, n'a malheureusement été que trop 
longtemps négligée : c'est cette étude qui , aidée de l'ana- 
tomie comparée , nous rend le plus souvent raison de leur 
conformation , et peut nous fournir des moyens faciles de 
détruire les espèces nuisibles ou d'empêcher du moins les 
ravages qu'une grande partie d'entre elles font dans nos 
1843. 8 



2 MAGAS1K DE ZOOEOGIE. — ANNÉE 1843. 

arbres, dans nos récoltes , dans mille objets destinés à satis- 
faire à nos besoins. 

Il est néanmoins bien vrai qu'avec les progrès de la 
science il s'élève de toutes parts d'éminents naturalistes 
qui , convaincus de cette vérité , dirigent spécialement leur 
attention sur une branche si importante de l'Entomologie 
et rendront à l'agriculture et aux autres sciences écono- 
miques les services les plus signalés , en publiant les résul- 
tats de leurs recherches. 

Excité par l'exemple et par l'utilité de cette sorte de 
travaux , quoique avec la conscience de la faiblesse de mes 
moyens, je me suis proposé d'étudier, de mon côté, les 
mœurs des espèces de Coléoptères que je suis à même d'ob- 
server avec plus de facilité et de succès. 

Placé avantageusement dans un pays très abondant en 
Buprestides ' , et considérant la difficulté d'examiner les 
mœurs d'Insectes très nuisibles , dans leur état de larve , 
à plusieurs espèces de plantes , et qui n'opèrent souvent 
leurs ravages que dans les troncs les plus durs, je crus 
que je ne ferais pas une chose tout à fait inutile pour la 
science, si je pouvais parvenir à recueillir à leur sujet des 
faits positifs afin de les soumettre ensuite aux naturalistes. 

Ayant d'abord capturé, en 1831, plusieurs individus 
d'un Insecte très nuisible aux poiriers , dans lesquels il 
vit 2 , et sur les mœurs duquel on n'avait alors aucun ren- 
seignement , il était très naturel que le désir me prît de 

1 Quoique Florentin, j'habite Pise depuis plusieurs années. 

1 Buprestis Fabricii , Rossi. Je me crois obligé de relever ici une 
faute, peut-être d'impression, qui s'est glissée dans le bel ouvrage 
de MM. Gory et Castelnau sur les Buprestides, et particulièrement 
à la page 9 du supplément, où, en donnant la figure de la larve de 
notre Insecte, ils disent, entre autres, qu'ils n'ont pu se procurer 
aucun détail sur les métamorphoses de cet Insecte, et qu'on sait 
seulement que sa larve vit dans le prunier. J'y suis d'autant plus 
intéressé, que ces messieurs ajoutant : k Nous tenons cette larve de 



Insectes, Pi.. 120 et 121. 3 

commencer par là mes observations, que je continuai en- 
suite pendant plusieurs années. 

J'étais déjà décidé à publier, il y a quelques années , les 
résultats de mes recherches , lorsque j'appris que M. le 
docteur Joseph Bertoloni, naturaliste distingué de Bologne, 
venait de lire , à la Société de médecine de cette ville , un 
excellent mémoire sur ce même Insecte , mémoire qu'il se 
proposait de publier, ainsi qu'il le fit ensuite, en 1841 , 
sous le titre de Commentarius de Bupreste Fabricii , deque 
damnis ab eruca ejus illalis. 

Chacun connaît le mérite de cet ouvrage , tant pour les 
observations soigneusement répétées et pour la précision des 
descriptions qu'il renferme , que pour la vérité et la déli- 
catesse des figures qui l'accompagnent , sans parler de l'é- 
légance de son style. 

Je m'abstins de donner aucune publicité à ce que j'avais 
pu observer moi-même sur les mœurs de ce Buprestide 
avant que*Técrit de M. Bertoloni eût vu le jour, afin d'évi- 
ter tout soupçon de plagiat , ou du moins des répétitions 
inutiles. Cependant , aussitôt que , par la complaisance 
même de l'auteur, je fus mis en possession d'un exemplaire 
de son travail, je m'aperçus que, ainsi qu'il arrive ordinai- 
rement dans les observations faites par plusieurs personnes 
séparément , si nous tombions d'accord sur la plupart des 
faits, il en était cependant qui avaient échappé à mon 
observation , et d'autres aussi qui ne s'étaient point présen- 
tés à M. Bertoloni. Je crus, par conséquent, qu'il serait 
intéressant pour l'histoire de notre Insecte de publier ce 
que j'en savais de mon côté ; ainsi que je me proposai de le 
faire aussitôt que j'aurais ramassé sur d'autres espèces de 
cette même famille un nombre d'observations suffisant 
pour former du moins une petite brochure. 

la complaisance de M. Pecchioli. . . ., etc. ; » je pourrais être accuse' 
de les avoir induits moi-même dans cette erreur. 



4 Magasin de zoologie. — année 1843. 

Venant pourtant de lire , dans le nouveau Dictionnaire 
tV histoire naturelle qu'on publie , à Paris , sous la direction 
de M. d'Orbigny, et précisément à l'article Bupreste , que 
l'on connaît très peu les larves des Insectes de cette famille, 
après avoir lu les observations de feu M. le professeur Au- 
douin sur les larves de deux Buprestides dans la séance de 
la Société entomologique de Fiance du 21 décembre 1836 ; 
la notice de M. le docteur Aube sur YAgrilus viridis, con- 
signée dans les Annales de la même Société , même année , 
ainsi que ce qui a été rapporté par MM. Gory etCastelnau, 
dans leur Histoire des Buprestides , sur l'œuf et la larve du 
Slernocera chrysis , sur celle des Bupr. gigantea et Fabricii 
même , et du Capnodis tenebrionis ; et après avoir fait men- 
tion de l'excellent mémoire de M. Bertoloni sur le Bupr. 
Fabricii, je me suis cru , pour ainsi dire , obligé de sou- 
mettre au public non-seulement ce que j'ai à ajouter à 
l'histoire de ce dernier Insecte , mais aussi tout ce qu'il m'a 
été possible d'observer jusqu'à présent sur d'autres espèces 
de cette famille, dont je ne cesse de m'occuper 1 . 

Il est premièrement très évident, par l'écrit de M. Ber- 
toloni, qu'il ne lui est jamais arrivé de découvrir la nymphe 
de notre Coléoptère 2 ; pendant que, plus heureux en cela 
que lui , j'en obtins une en 1832 , dont , quoique j'eusse eu 
le malheur de la perdre, je peux encore donner quelques 
renseignements. — J'aime, en attendant, à relever ici la 
justesse de la conjecture de ce savant naturaliste, que la 

' Le Capnodis cariosa ; le Buprestis alni , V Acmœndeva quadrifas- 
ciata m'ont déjà fourni beaucoup de matériaux auxquels j'espère 
pouvoir ajouter mes recherches sur V Agrilus bifasciatus pour en 
former le sujet d'un second me'moire, dans lequel je me propose 
d'exposer aussi quelques idées sur une classification de cette famille 
tirée de l'anatomie interne et des mœurs des Insectes qui la com- 
posent. 

2 Frustra quoque pev plures annos ipsam erucamperquisïviinpy- 
rorum caudicibus , etc. Bert., Comment., p. 6. 



Insectes, Pl. 120 et 121. 5 

transformation de la larve en nymphe s'opère dans cette 
portion de ses galeries , que l'on trouve plus ample , à 
proximité de la surface extérieure de la plante 1 ; ayant 
trouvé moi-même , dans une situation pareille , non seule- 
ment la nymphe dont je viens de parler, mais aussi toutes 
celles que j'ai obtenues par la suite , mutilées ou écrasées et 
dont, par conséquent, je ne pus tirer aucun parti. 

La nymphe dont il est ici question était encore très 
tendre et d'un blanc de cire , avec les yeux seulement, les 
mandibules et les crochets des tarses d'un brun marron 2 . 
Les parois de la cavité dans laquelle elle se trouvait étaient 
tapissées d'une pellicule blanche , cartilagineuse et telle- 
ment adhérente , qu'on ne pouvait l'en délacher sans 
lésion. 

Combien de temps l'Insecte demeure-t-il dans cet état , 
et combien en emploie-t-il depuis sa naissance pour y par- 
venir? Il m'a, jusqu'à présent, été impossible de le consta- 
ter, et il me paraît très difficile de pouvoir jamais y parve- 
nir. Que la vie des Buprestides en général soit très longue , 
cela est déjà prouvé par plusieurs faits , parmi lesquels il 
n'en est peut-être pas de plus remarquables que celui d'un 
individu du Bupr. œnea sorti d'un meuble que je possédais 
déjà depuis sept ans , ce qui nous conduit aisément à penser 
que cet individu ne pouvait compter moins de neuf ou dix 
ans de vie. 

M. Bertoloni déclare, en outre, qu'il ignore complète- 
ment si les trous par lesquels l'Insecte sort de la plante y 
sont pratiqués par la larve avant de passer à l'état de nym- 
phe, ou bien par l'Insecte parfait 3 . — Que le lecteur me 

1 IS'ovi lantum parlera extimarn cuniculi, quœ hinc pertinel ad cor- 
ticem, inde ad recentius lignum, esse ampliorem ; atque sententia 
mea eruca hic loci veluliin nido transit in aureliam. (Bertol. , ib.) 

7 Du reste, elle ressemblait presque entièrement à celle que je 
donne dans la planche 121 qui accompagne ce mémoire , fig. G et 7. 

3 IV uni eruca hœc antequam in aureliam c-nvct tatur, corrodât 



6 Magasin de zoologie — année 1843. 

donne encore quelques moments, et je rapporterai ici ce 
qu'il m'a été accordé d'observer sur cette opération. 

Ayant fait abattre, en 1835, un poirier, j'en fis scier le 
tronc , une partie des branches et des racines en plusieurs 
morceaux de 33 centimètres de longueur, dont je déposai 
un certain nombre dans ma chambre , afin de pouvoir plus 
aisément et plus souvent les observer. — Comme ces mor- 
ceaux de bois se trouvaient à proximité d'un mur derrière 
lequel brûlait continuellement le feu d'une cheminée , il 
arriva que notre Insecte commença à se développer vers la 
moitié du mois de mars , c'est à dire environ trois mois plus 
tôt qu'à la campagne , pendant que je n'en obtins que vers 
la fin du mois d'avril suivant , des autres morceaux du 
même arbre qui se trouvaient dans un endroit moins chaud. 

Ayant répété les mêmes observations l'année suivante , 
j'en obtins à peu près les mêmes résultats 1 , si ce n'est que 
j'eus alors le bonheur de voir à quelle époque de sa vie et 
comment .l'insecte s'ouvre le trou par lequel il doit sortir de 
sa cachette. Dès qu'il a subi sa dernière métamorphose et 
que ses mandibules ont repris la consistance et la force 
qu'elles avaient entièrement perdues dans l'état de nymphe, 
il commence à ronger le bois et à former un trou elliptique 
pareil à ses deux plus grands diamètres (de 11 à 13 millim. 
sur 7 à 9 millim.), qu'il conduit ainsi jusqu'à la sur- 
face extérieure de la plante. Cette opération , à laquelle il 
emploie, à ce que je peux croire, deux ou trois jours, 
étant achevée , l'Insecte se retire dans l'intérieur de son 
trou , pour s'y tenir pendant un espace de temps pareil , 
afin peut-être de laisser, à l'air qui y pénètre alors, le temps 
de faire acquérir à son corps plus de consistance. Après 

corticeni, an potins cortex corrodatur ah Jnsecto perfecla, posU/uam 
exierit a cuniculo, id me lalet. (P. 6.) 

1 Après la seconde année aucun individu ne s'est plus développé, 
parce que le bois s'étanl entièrement desséché n'a plus été propre à 
la nutrition des larves. 



Insectes, Vl. 120 et 121. 7 

quoi l'animal sort de son trou , s'arrêtant à côté quelque 
temps, avant de commencer aucun mouvement. Il ne 
m'est jamais arrivé d'en voir aucun prendre le vol dans la 
chambre , quoique plusieurs individus y aient vécu pendant 
longtemps en parfaite liberté. — Je n'ai pas non plus saisi 
leur accouplement , soit dans la maison , soit à la cam- 
pagne, et inoins encore découvert l'endroit où la femelle 
dépose ses œufs. Si cependant une conjecture m'était per- 
mise , je serais d'opinion qu'ils sont déposés à proximité 
du collet et des racines de la plante ; car c'est précisément 
dans ces parties que j'ai trouvé les galeries les plus étroites 
et les plus jeunes larves, et j'ai toujours vu ces galeries 
procéder de bas en haut et jamais dans le sens contraire, 
quoique M. Bertoloni pense que la femelle les dépose peut- 
être dans les fissures de l'écorce ou bien dans les trous par 
lesquels les insectes sont sortis 1 . 

A l'appui de ma supposition , il se présente un fait ana- 
logue concernant un autre Buprestide 2 très abondant 
dans les bois de S. Rossove , près de Pise , où l'on trouve 
précisément les larves et les trous elliptiques pratiqués par 
l'Insecte parfait dans ces billots de pins qui , après que le 
tronc en a été abattu , restent sur place avec leurs racines 
plus ou moins enterrées. 

Il ne me reste rien à ajouter, pour le moment, au sujet 
du Bupr. Fabricii , si ce n'est que ses ravages ne sont pas 
si abondants chez nous qu'ils paraissent l'être, d'après 
M. Bertoloni , dans les environs de Bologne , où il nous 
dit que l'Insecte se trouve en une telle abondance , qu'on 
peut en saisir plusieurs centaines d'individus, tandis que 
je n'en ai jamais obtenu moi-même que trente ou trente-six 
par an d'un bon nombre de poiriers, et que personne, que 
je sache, ne s'en est jamais procuré un tel nombre. 

1 Voyez son mémoire, p 8. 

' Bupr. mariana var florenlina. Dahl. 



8 Magasin de zoologie. — année 1843. 

Cependant, puisqu'il m'est arrivé de faire mention du 
Bupr. mariana var. florenlina , je saisis volontiers cette 
occasion pour exposer ici les résultats des différentes obser- 
vations que j'ai pu faire aussi sur cet Insecte dans tous les 
états de sa vie. 

Ce Bupreste , ainsi que je viens de le dire, est très abon- 
dant dans la superbe forêt de S. Rossove , que le grand-duc 
de Toscane possède près de Pise , où , en se promenant pen- 
dant les chaleurs de l'été , à travers ses pins antiques , on le 
voit voler en grand nombre de l'un à l'autre de ces arbres , 
s'arr étant de préférence sur la résine qui en découle , et 
dont je crois, sans cependant l'assurer, qu'il fait sa nour- 
riture. 

Invité par cette abondance d'individus et par la proxi- 
mité dejl'endroit non moins que par ma prédilection pour 
cette belle famille de Coléoptères , je n'épargnai ni peines ni 
soins pour parvenir à connaître les mœurs de ce Bupres- 
tide , les étudiant non seulement à la campagne, mais dans 
ma maison même, afin d'en former l'histoire la plus com- 
plète que je pourrais. 

Il serait inutile de répéter ce que j'ai déjà fait remarquer 
plus haut, quant à la place dans laquelle j'ai trouvé non 
seulement les larves , mais encore les nymphes dans tous 
leurs différents passages , et les individus prêts à sortir 
parfaits de leurs trous. Je me contenterai pourtant d'a- 
jouter qu'il ne m'est jamais arrivé d'en trouver aucun 
individu , ni dans un tronc ni dans une branche de 
pin ; mais d'y apercevoir même un seul trou qui pût me 
faire présumer qu'il y en eût jamais existé. J'ai toujours 
trouvé, au contraire , dans les racines et les billots ci-dessus 
mentionnés, des larves de toute grandeur, depuis les plus 
jeunes , qui comptaient à peine 7 ou 9 millim, de lon- 
gueur, jusqu'aux plus adultes , qui surpassent quelquefois 
celle de 7 centimètres. 

Cette larve ressemble beaucoup à celle du Buprestis 



Insectes, Pl. 120 et 121. 9 

Fabricli décrite et figurée par M . le docteur Bertoloni , 
étant comme elle d'un blanc de cire 1 , et composée de 
treize segments 2 dont le premier, qui contient la tête, est le 
plus grand , et de même supérieurement et inférieurement 
pourvu d'un écusson coriace jaunâtre, avec un petit sillon 
bifide sur le supérieur et linéaire sur l'inférieur ; écusson 
qui , au moyen des papilles plus foncées et crochues en ar- 
rière , en forme de râpe, dont il est fourni , sert à la larve , 
qui est apode , à avancer dans ses galeries 3 . Les deuxième 
et troisième segments sont très raccourcis et plus étroits 
que le premier ; le quatrième plus étroit encore que les 
deux précédents ; les six suivants tous uniformes et presque 
rectangulaires ; le onzième est plus gros et plus allongé, le 
canal digestif faisant une circonvolution dans cet endroit; 
le douzième plus court et se rétrécissant dans sa partie pos- 
térieure , et le treizième enfin, ou anal , très petit , presque 
ovalaire, et avec une espèce de sillon à son extrémité , qui 
se termine inférieurement à l'anus , et qui le fait paraître 
bilobé. Tout le corps est pourvu en dessous de poils très 
rares et très courts d'un jaune doré (pl. 120, f. 1-2). 

'Cette couleur, indique'e par M. Gory comme e'tant un jaune- 
orange, ne peut être que l'effet de l'alcool dans lequel je l'ai envoyée. 

2 M. Bertoloni ne donne à sa larve du Fabricii que douze segments, 
pendant que M. Gory lui en reconnaît treize. Je ne puis me pronon- 
cer ni pour l'un ni pour l'autre, n'ayant plus aucune de ces larves; 
mais il me semble me rappeler que le nombre des segments e'tait de 
treize, ainsi que celui de VAgrilus Aubei, pendant que , d;ins le 
Capnodis tenebrionis , M. Gory n'en a trouve que douze. 

3 M. Gory dit simplement que ce premier segment est ponctué en 
dessus. Il paraît que l'écusson inférieur lui a e'chappé, ainsi que la 
forme des points. Voilà ce qu'en dit M. Bertoloni et ce que j'axais 
observé moi-même longtemps avant : « Ad molum obtinendum ani- 
mal laxat utramque partent capitis (c'est à dire la supérieure et l'in- 
férieure), quœ lineœ instar scabra est; et ita laxatas impellit in parie- 
tes cuniculi nt caput suuni Jixet ad quod lente et successive reliqui 
annuli corporis retrahuntur » Koy . son Comment., p. 5 



10 Magasin de zoologie. — année 1843. 

Toutes les parties de la bouche sont plus ou moins d'un 
brun ferrugineux. Les antennes, d'un jaunâtre clair, sont 
composées de quatre articles, dont le basilaire est le plus 
gros ; les deux suivants sont graduellement plus petits, mais 
toujours cylindriques , pendant que le dernier, qui est 
blanc , a une forme hémisphérique se rapprochant de la 
tête d'un champignon (pi. 120, f. 3). Les palpes sont de la 
même couleur et garnis de poils foncés et roides, ainsi que 
la langue, qui est plutôt épaisse , arrondie à son extrémité , 
et qui atteint la longueur des palpes (pi. 120, f. 4). 

Les mandibules sont cornées , noires , plus claires à la 
base et munies , à leur extrémité, de trois dents presque 
égales , dont la supérieure ou extérieure pourvue d'une cré- 
nelure qui ressemble à une quatrième dent plus courte. Il 
en existe une autre arquée et pointue à la base inférieure 
de chaque mandibule 1 . 

Je ferai observer, au sujet des deux écussons qui servent, 
pour ainsi dire, d'organes de locomotion, que je les ai 
trouvés pourvus , en dessous , de gros faisceaux musculaires 
disposés de manière à prouver clairement la fonction à la- 
quelle ces écussons sont destinés. — Je me réserve , au 
surplus , d'en donner la description et la figure dans un 
petit ouvrage que je me flatte de pouvoir un jour publier, 
assisté par là complaisance de M. le docteur Pacini , habile 
et scrupuleux dissecteur d'anatomie comparée à l'univer- 
sité de Pise. 

Je donne ici seulement quelques figures de la larve , de 
la nymphe dans différents états , et de l'Insecte parfait au 
moment où il vient de se métamorphoser. 

Quant au temps employé par ce dernier pour le devenir, 
je me vois encore forcé de n'émettre aucune opinion, jus- 
qu'à ce que le hasard m'en ait fourni les preuves. Je crois, 

1 D'après M. Bertoloni, la larve du Bujtr. Fabricii n'aurait que 
deux dénis à ses mandibules. 



Insectes, Pl. 120 et 151. 11 

cependant , pouvoir juger de celui qu'il passe proportion- 
nellement dans l'état de nymphe , ayant suffi de quelques 
jours à un individu que j'en ai pu garder dans une boîte 
pour sortir de la souche à l'état d'Insecte parfait , quoiqu'il 
me parût nouvellement transformé quand je l'y découvris 
en état de nymphe. En quoi je dois me croire très heu- 
reux , attendu que , de plusieurs individus que je possédais 
dans le même état , je ne pus conserver que celui-là , tous 
les autres ayant péri par le simple effet de l'air. 

Les deux dernières métamorphoses ont lieu aussi dans 
une cavité plus large que le reste des galeries que la larve 
s'est creusées avant de s'engourdir, à proximité (14 à 
16 millim. ) de la surface extérieure de la plante \ Et nous 
avons ici une preuve étonnante de la finesse des sens de ces 
petits animaux , lorsqu'on voit cette cavité pratiquée dans 
l'épaisseur du bois , là où celui-ci est dépourvu d'écorce , 
pendant qu'on la trouve dans l'écorce elle-même , dans les 
endroits qui en sont recouverts 2 , ce qui nous prouve com- 
ment l'Insecte sait calculer l'épaisseur par laquelle il a 
besoin de rester séparé de l'air afin d'accomplir ses mysté- 
rieuses opérations. Je n'ai cependant trouvé aucune de ces 
cavités pourvue de la pellicule blanche et cartilagineuse 
dont l'était celle du Bupr. Fabricii , ce qui me fait regarder 
ce fait plutôt comme dépendant de quelque circonstance 
particulière que comme une normalité. 

Ce que pourtant je peux rapporter ici avec certitude , 
l'ayant vu se répéter dans plusieurs individus , c'est la mé- 
thode suivie par la nymphe en prenant sa consistance el les 
couleurs métalliques. — Dès que la larve est passée à l'état 



• Ces galeries sout , ainsi que colles du Bûpr. Fabricii, [lus ou 
moins irrégulières, tant par rapport à !a largeur qu'à la direction 
qu'elles suivent, et qui est presque toujours tortueuse. 

2 Je n'ai observé cette circonstance que dans les pins , dont l'é- 
corce est d'une grande épaisseur. 



12 Magasin de zoologie. — année 1843. 

de nymphe , elle devient plus molle encore qu'elle ne l'était 
auparavant', et prend une couleur plus blanche, ainsi qu'il 
arrive dans toutes celles des autres Buprestides que j'ai pu 
observer jusqu'ici (pi. 121, f. 6, 7). Le premier change- 
ment de couleur se fait dans les yeux et les mandibules , 
qui deviennent d'un brun marron (fig. 8). On commence 
ensuite à voir les articulations des tibias avec les cuisses 
prendre une couleur métallique verdâtre {id.) qui passe 
ensuite à toutes les jambes , les tarses exceptés. Le second 
changement consiste dans la coloration de l'abdomen en un 
verdâtre à reflets dorés , commençant sur les, bords et s'é- 
tendant par degrés vers le centre , jusqu'à ce que la couleur 
soit entièrement réunie. Yiennent ensuite la tête , une par- 
tie du thorax et le sternum , pendant que l'autre portion du 
thorax , les élytres , qui restent encore, avec les ailes, sur la 
partie inférieure de l'Insecte , et les tarses , conservent tou- 
jours leur blancheur et leur mollesse (fig. 9). Lorsqu'enfin 
les élytres ont pris la place qui leur est destinée et que les 
tarses aussi ont acquis leur couleur métallique , elles conti- 
nuent de garder leur blancheur jusqu'à ce qu'elles aient 
acquis leur longueur naturelle , et, dans cet état, ou aper- 
çoit sur leur surface plusieurs stries très minces et une 
ponctuation très serrée (fig. 10) ; elles prennent enfin à 
leur tour une belle couleur verte de cuivre à reflets bronzés, 
en commençant par la base , et perdant , à mesure qu'elles 
se solidifient , leurs stries et leurs points , qui se confondent 
dans les rugosités et les fossettes qui caractérisent plusieurs 
espèces de leur genre, pendant que la même couleur s'é- 
tend sur toutes les parties inférieures du thorax. 

Arrivé à cet état, l'Insecte, ainsi que je l'ai dit en par- 



' On peut toucher et manier même (avec une certaine pre'caution 
cependant) les larves , sans les endommager ni les faire pe'rir ; pen- 
dant que le moindre attouchement et même la moindre re'percus - 
sion suffisent pour nuire à la nymphe et la faire mourir* 



Insectes, Vl. 120 et 121. 13 

lant de l'espèce précédente , procède à s'ouvrir une issue 
de cette retraite où il a passé la majeure partie de son exis- 
tence , pour venir, resplendissant et sous l'influence de 
l'astre vivifiant, accomplir le grand mystère auquel il 
fut destiné par le créateur, et rendre à la terre le tribut 
de ses dépouilles. — La couleur change alors sur les ély- 
tres et les autres parties supérieures en celles du bronze à 
reflets verdâtres , pendant que l'abdomen, les jambes , etc., 
prennent celle du cuivre le plus luisant. 

La chasse de ce Bupreste est très facile et peut se faire de 
denx différentes manières : soit avec le filet ordinaire, dans 
les heures les plus chaudes de la journée , soit en secouant 
les jeunes pins avant que le soleil ait atteint son pouvoir. 

Nonobstant la grande abondance de ce Coléoptère dans 
le bois de S. Rossove , je ne sache pas qu'il y opère de très 
grands ravages, étant très rare qu'on abatte des pins 
pour cause de déchet. Au surplus , il y a plusieurs autres 
larves qui vivent aux dépens de cet arbre, et j'y ai trouvé 
moi-même celles de F ' Ergates faber, de différents Calli- 
dium , du Criocephalum rusticum , du Platycerus caraboides, 
Fabr. , du Dorcus parallelipipedus , etc. , ainsi qu'une infi- 
nité de Xylophages . 

Je crois maintenant que , pour rendre l'histoire de ces 
deux Buprestides complète , il ne nous reste plus qu'à en 
obtenir les œufs et à établir avec certitude la place où ils 
sont déposés. — Je dirai cependant que l'analogie me con- 
duirait à penser qu'ils ressemblent à ceux du Capnodis ca- 
riosa , que j'ai déjà obtenus , et qui sont parfaitement 
ovales et de consistance très molle : ce qui viendrait à l'ap- 
pui de mon opinion concernant leur dépôt, dans un endroit 
plus mou et plus humide que ne l'est le tronc d'un arbre 1 

• Il est à remarquer que je n'ai encore trouve la larve de ce Bu- 
prestide que dans les racines du Pistacia lenliscus > ce qui viendrait 
soutenir encore mon opinion. 



14 Magasin m: zoologie. — année 1843. 

où ils se dessécheraient bientôt et , par conséquent , s'alté- 
reraient et périraient. — J'aime enfin à espérer que , par 
les recherches que je ne discontinue pas de faire sur d'au- 
tres espèces de cette famille, nous pourrons parvenir à 
réunir des faits suffisants pour nous en faire déduire ce qu'il 
nous reste encore à savoir. 



Insectes, Pi.. 120 e! 121. 15 



EXPLICATION DES PLANCHES. 



PLANCHE 120. 

Larve de Buprestis mariana v&r.Jîorentina, Dabi., vue en 

dessous. 
Jd., vue en dessus. 
Bouche de ladite larve vue en dessus . 
ld., vue en dessous. 
Mandibule droite vue en dedans. 

PLANCHE 121. 



Fig. 6. Nymphe du même Bupreste en dessous. 

Fig. 7. Id. , vue en dessus. 

Fig. 8. Avec les yeux et les mandibules brun marron et les arti- 
culations des tibias avec les cuisses prenant la couleur 
métallique. 

Fig 9. Ayant pris le vert me'tallique dans toutes ses parties infé- 
rieures , excepté les tarses, une portion du thorax , les 
élytres , etc. 

Fig. 10. Avec les élytres et les ailes étendues à leur place et attei 
gnant le bout de l'abdomen. 



Fig. 


lè 


Fig. 


2. 


Fig. 


3. 


Fig. 


4. 


Fig. 


5 



Insectes , Pl. 122. 

OBSERVAT A 

q lue dam de Hymenopteris rossigis, 
AUCTORE G. -FISCHER DE WALDHEIM 



Bombus melinoides. — B . hirsutus flavus , ano aurantiaco j 
capite nigro lœvi. — Hab. in vicin. Irkutsk. — Long,, 10 1. 

Pronovaspecie habita sed sine aliodubio coincidens cum 
B. sibirico , Fabr. (Piez. , 349, 34; hirsutusflavus, thoracis 
fascia anoquc fulvis). Etsi in nostris individuis fascia thora- 
cis minus appareat. Magnitndine B . fragrantis , Pallas , 
Saint-Fargeau , t. 464, 9 (B. pratorum , F.). Excepta fascia 
thoracis nigra. B. fragrans distinguitur adhuc fronte trian- 
gulatim flava hirsuta. 

Apis daurica. — A. nigra , abdomine nilente , pilis griseis 
marginato ; thorace cinereo hirsulo , alis hyahnis, nervis fus- 
cis. ■ — Hab. Irkutsk et Ross ? merid. — Long. , 6 lin. 

Eumenes venusta (Pl. 122, f. 1-2). — E. nigra yflavoque 
variegata; thorace nigro antice, maculis lateralibus etposticis 
flapis ; scutello flavo lineis incurvis m 'gris j abdominis petiolo 
se gmentoque. priori basi nigris ; punctis infemina tribus fas- 
ciaquein mare tridentata nigris. — Long, feminee, 7 1/2 lin. ; 
maris, 5 1/2 lin. 

Caputatrum. Labrum flavum. Antennae nigra? , articulo 
primo flavo. Oculi nigri. Thorax ater, lamina antica pro- 
funde emarginata , maculis lateralibus posticaque subqua- 
drata flavis; scutello flavo, lineis semicircularibus nigris. 
Abdomen flavum , segmento primo infundibuliformi basi 
nigro, secundo in l'emina basi punctis tribus mediis , in 
mare fascia tridentata nigris. Pedes flavi. Alae fuscescenti- 
hyalinae, margine antico flavescentes.^— Hab. ad Ural flu- 
vium inferiorem , raro. 

1843. 9 



2 Magasin de zoologie. — année' 1843. 

Tenthredo nyctea. — T. nigra, antennis fillformibus 
multiarliculatis ni gris ; abdominis segmentis 2, 3, 4 , rujîs ; 
coxls pedum posticorum macula baseos n'wea. — Hab. in 
Rossia australi ; T. Blandœ Fab. , affinis. 

Tenthredo GROSSULARI.E. — T. nigra nitida , antennis 
elongalis fuscis ; abdomine pedibusque pallidis ; alis hyalinis, 
apice dilatatis , abdomine longioribus. — Hab. in Rossia 
meridionali. — Long. , 2 1/2 lin. 

Ammophila elongata. — - A. nigra, argenteo-pubescens ; 
antennis nigris thorace brevioribus ; abdomine longissimo 
nifby petiolo anoque rufis ; pedibus feminœ anticis ferrugi- 
neis , poslicis subnigris , in mare nigris argenteo-tomentosis . 

— Hab. in Rossia australi. — Long. , 10 lin. 

Ammophila nitida — A. nigra vix pub es cens , nitida - ? 
antennis thorace brevionbus ; thorace subinterrupte coiwexo ° ? 
alis auro-fuscescentibus ; abdominis segmentis quinque fer- 
rugineis , ano nigro ; pedibus gracilibus nigris. — Hab. in 
Rossia australi. — Long. , 9 1/2 lin. 

Sphex obscura. — Sph. alra opaca , antennis longitudine 
lhoracis>; abdomine planiusculo , subpubescente , segmenta 
priori ferrugineo ; alis nigricanti-hjalinis ; pedibus nigris y 
femoribus crassioribus. — Hab. in Rossia australi. — Lon- 
git. , 7 lin. 

Ad Panzeri Pompilum gibbum accedit, sed petiolus ab- 
dominis bi-articulatus. 

Pompilus sesquialterus (PI. 122, f. 3). — P. aler, subho- 
losericeus , antennis nigris , capitis thoracisque longitudine 
œqualis; abdomine nigro ; fasciis secundi et tertii segmenlt 
luleis , ad marginem inferiorem subrepandis , priori latiore ; 
pedibus nigris , tarsis posticis longissimis , femoribus tibas- 
que subœqualibus ; alis cœruleo-nigris, abdomine longioribus. 

— Hab. ad Volgarn inferiorem. — Long\ 10 lin. 



Insectes, Pl. 122. 3 

Pompilus alienus. — P. niger, cano-subpubescens ; anten- 
nis apice crassioribus , thorace parum longioribus , a basi ad 
dimidium luteis , apice jlavis ; thorace nigro , puncto ad alas 
utrinque calloso luteo ; abdominis segmentis tribus prioribus 
luteis, nigro cinctis , posterioribus nigris; pedibus omnibus 
luteis ; alis fuscescentibus abdomine vix longioribus. — Hab. 
in Rossia australi. — Long. , 6 lin. 

Scolia rufiventris. — S. nigra , raro hirsuta , abdomine 
ferrugineo basi apiceque nigro , segmentis omnibus cinereo- 
ciliatis , tibiis tarsisque ferrugineis . 

Affinis Hylotomati abdominali Fabr. ciliis segmentorum 
abdominis omnino discrepat. 

Myzine spinosa. — M. nigra, raro pubescens , thorace 
linea antica punctisque pone alas duobus sulphureis, abdo- 
mine singulis jlavis continuis quinque, pedibus jlavis basi ai- 
gris , ani spina recurva. — Hab. in Rossia meridionali. — 
Long. , 6 lin. 

Myzine arcuata. — M. nigra, raro-pubcscens _, thoracis 
sculello jlavo, abdominis lineis transversis subarcuati s jlavis 
quinque, ano trispinoso. — Hab. in Rossia meridionali. — 
Long. , 5 lin. 

Melecta fasciculata. — M. nigra , thorace cinereo piloso 
fascia transversa nigra ; abdomine glabro nitido segmentis 
tribus mediis utrinque maculis niveo-pilosis, ano fusco j pedi- 
bus canescenti-pilosis . — Hab. ad Ural fluvium superiorem. 

Caput nigrum fronte albido-pilosum, stemmatibus tri- 
bus in triangulum disposais , ocnlis lateribus vix promi- 
nulis. Antennae nigrae , thorace capiteque subsequales, in 
femina subgeniculatœ, in mare filiformes. Thorax cinereo- 
pilosiusculus fascia média transversa nigra , scutello integro. 
Abdomen ati uni , la?ve , nitidum , segmentis tribus inter- 



* 

4 Magasin de zoologie. — année 1843. 

mediis(3 ,4,5) fasciculis pilorum albidorum , ano integro, 
fusco-piloso. Pedes nigri , femoribus tarsisque compressis 
cinereo-pilosis. Aise obscurse, margine antico crassiori. 

Nullum hujus Melectae synonymon novi. Affinis quidem 
A. fanebri Panz. , sed variis characteribus distincta. 

Melecta quatuordecim-punctata. — M. nïgra, cinereo- 
pubescens, ab domine glabro nitido, maculis quatuordecim 
rotundatis sericeo-niveis. — Hab. ad Ural fluvium supe- 
riorein. 

Magnitudine fere M. scutellaris Fabr. Caput nigrum , 
argenteo-tomentosum , stemmatibus tribus in lineam sub- 
rectam dispositis , oculis fuscis. Antennae nigrse , capite 
tboraceque sublongiores , scapo oblongiori. Thorax niger, 
cinereo-pubescens , scutello acute bispinoso. Abdomen 
atnîm , nitidum , segmento primo macula utrinque ob- 
longo , secundo , tertio et quarto maculis utrinque duabus 
niveis. Anus snbbidentatus. Pedes nigri , femoribus tibiis- 
que crassioribus, brevibus,subpubescentibus. Alaeobscurse, 
venis nigtis , margine antico crassiori. 



Insectes, Pr.. 123. 1 

G. SATURNIE. Saturnia. Latr. 
S. de Perrottet. S. Perrottetii. Gtiér.-Mén. 

Sat. alis patentibus vivide flavis : superioribus apice sub- 
falcatis, costa basi griseis ; omnibus strigis tribus lincaque 
marginali pallide-rubris , exterioribus duabus dentatis ; 
ocello rotundo fulvo , extus nigro-marginato , intus linea 
arcuata, alba, striga média transversali, abbreviala flavida\ 
anlennis corporeque flavis , tliorace antice griseo. 

Enverg., 12 centimètres 1/2. 

Cette belle espèce est voisine des Saturnia Paphia des 
auteurs et Assamensis de Helfer ( The Journ. of Asiat. 
Soc. of Ben gai, vol. vi, p. 38, pi. 6, 1837 ), mais elle s 
distingue de la première par sa couleur jaune uniforme, 
par les lignes dentées et rougeâtres de ses quatre ailes et par 
leurs yeux petits, rougeâtres, sans aucune trace de l'espace 
transparent qui caractérise la Paphia; la seconde en diffère 
par la couleur, et surtout par la bande brune ondulée et 
bordée de blanc de chaque côté qui traverse ses quatre ailes 
près du bord. 

La Saturnie de Perrottet est d'un beau jaune vif, uni- 
forme sur le corps et sur les quatre ailes. Le bord antérieur 
du corselet et la côte des ailes supérieures, jusqu'au milieu 
de leur longueur seulement, sont d'un gris un peu rosé, un 
peu plus foncé en arrière. Les ailes supérieures ont , près 
de la base , une faible ligne rougeâtre et arquée , près du 
bord externe deux lignes rougeâtres et dentelées , partant 
du sommet, ne suivant pas tout à fait parallèlement le bord 
externe , et s'en éloignant plus à mesure qu'elles arrivent 
vers le bord inférieur ; il y a, de plus, une petite ligne de 
1843. 9 



2 Magasin de zoologie. — année 1843. 

la même couleur tout près du bord externe, dont la frange 
est aussi rougeâtre : on voit au milieu de l'aile , et plus 
près de la côte, un œil assez petit, d'une couleur rougeâtre 
assez vive, bordé de noir extérieurement, offrant, près de 
son bord interne , une petite ligne arquée blanche , et au 
milieu un petit trait jaunâtre et transverse. Les ailes infé- 
rieures sont de forme triangulaire , avec l'angle anal assez 
avancé en arrière ; la bande de la base est à peine visible ; 
les deux bandes dentelées et postérieures sont parallèles 
au bord et n'atteignent pas la côte , et la frange seule est 
rousse comme aux supérieures ; l'œil est placé au milieu 
et ressemble tout à fait à celui des supérieures, mais le trait 
jaunâtre du milieu est à peine visible. Le dessous est presque 
semblable au dessus , mais les yeux sont d'une couleur 
moins vive , et leur bordure externe n'est pas noire , mais 
d'un brun pâle. L'espace compris entre les deux lignes 
externes et dentelées offre des teintes d'un gris rose pâle ; 
il y a une tache noirâtre au sommet des premières , d'un 
brun rougeâtre près du sommet des secondes ; le bord 
externe des quatre est d'un jaune plus foncé avec la frange 
brune , précédée d'une petite ligne de la même couleur 
laissant entre les deux un petit filet jaunâtre. Les antennes 
du seul mâle que nous possédions sont jaunes , bipectinées 
et très-larges. Les pattes sont assez longues , velues , et 
semblent aplaties et dilatées de chaque côté par les faisceaux 
de poils qui les garnissent. 

Cette espèce a été trouvée à Pondichéry par M. Per- 
rottet, à qui la science doit tant de découvertes importantes. 
Ce savant voyageur nous a remis le cocon de ce Lépidoptère : 
il est ovale et rugueux , comme celui du Bombyx mori, d'un 
jaune tirant au fauve et formé d'une soie très-forte qui 
pourra devenir d'une grande utilité, quand M. Perrottet 
aura terminé à son sujet les expériences auxquelles il se 
livre depuis son retour à Pondichéry. 

GUÉRIN-MÉNEVILLE. 



Insectes, Pr. 124. i 

DESCRIPTION 

Ï>E DEUX CIClNDELETES NOUVELLES , 

par M. E. F. GERMAR ; 

Professeur à l'université de Halle. 

G. MYRMECOPTERA. Germar. 

Charade?' generis. — Corpus apterum. Caput exsertum , 
thorace latius, Labrum subquadratum, antice dentatum. 
Palpi labiales articulo tertio inflato. Antennse apicem ver- 
sus compressa? , dilatata? , subperfoliata?. Tarsi supra lon- 
gitudinaliter striati. 

Genus intermedium inter Drornica et Apteroessa , labri 
forma cum priori , palporum structura ( Conf. Hope , Co- 
leopt. man. , p. II, tab. i, fig. 1 c et 1 d) , cum altero 
conveniens . 

MYRMECOPTERA EGREGIA. 

M. nigra , opaca > punclato-rugosa , palpis palliais , tibiù 
larsisque fuscis ; elytris macula hasali , fascia infra mé- 
dium, margineque postico albis. 

Habitat in Africa intermedia (Fesogl.)» 

Long., 16 millim. 

Caput majusculum , thorace latins , postice atténuât um, 
punctato-rugosum , œneo-nigrum , opacum Oculi latéra- 
les, magni, semi-globosi. Labrum latitudine vix brevius , 
antice quinquedentatum. Mandibulae in nostro specimine 
1843 10 



2 Magasin »e zoologie. — a:\nee 18 i3. 

sub labro reconditse. Palpi setosi , pallide testacei , articule 
apicali fusco. Mentum dente intermedio brevi, acuto. 
Antennae frontis lateribus ante oculos insertse , dimidio 
corporis longiores , nigrae ; articulo primo oheonico , cras- 
siusculo , secundo parvo , cylindrico , tertio elongato , cy- 
lindrico , quarto cylindrico , antécédente paullo breviore , 
his omnibus parce setosis , reliquis compressis , dilatatis , 
longitudine sensim decrescentibus , ultimo subovato. Tho- 
rax latitudine antica paullo longior, basin versus angus- 
tatus , antice postieeque constrictus , supra seneo-niger, 
punctato-rugosus , opacus , subtus nitidior, sparsim punc- 
tatus, griseo-pilosus. Elytra oblongo-ovata , convexiuscula, 
pone suturam apice singulatim mucronata, profunde 
punctato-rugosa , nigra , opaca , plaga magna basali mai - 
ginem lateralem baud attingente , fascia infra médium 
pone suturam intemipta , strigaque margini parallela et 
propinqua a medio ad apicem ducta , flavescenti-albis , 
punctis impressis nigris irroratis. Pectus et abdomen 
aeneo-nigra , nitidula, sparsim punctata, griseo-pilosa. 
Pedes elongati, graciles, seriatim griseo-setosi , coxis viridi- 
seneis , posticis elongatis , trochanteribus piceis , femoribus 
viridi-ameis , basin versus parum dilatatis , tibiis teretibus, 
piceis , apice bicalcaratis , nigris , tarsis tibiarum longitu- 
dine, gracilibus, ferrugineis , articulis apice infuscatis, 
penultimo simplici , omnibus supra canaliculatis. 



Issectes, Pi.. 124. 3 

G. OXYGONIA. Mannerheim. 

OXYGONIA DENTIPENNIS. 

O. supra obscure œnea, subtus viridi-aurea, nitida, capitc 
thoraceque transversim strigosis, elytris punctatis , apice 
truncatis extus spinosis , maculis tribus albis , pedibus fus- 
cis , femoribus basi testaceis. 

Habitat in Brasilia. 

Long., 9 millim. 

Caput obscure cupreum, subtiliter transversim striatmn, 
oculis magnis , globosis, elevatis. Labrum luridum , medio 
infuscatum , transversum , margine antico bisinuatum , vix 
denticulatum. Mandibula nigra , basi lurida , satis longa , 
apice acuta, incurva , intus dentibus duobus validis longis 
armata. Palpi setosi , pallidi, articulo ultimo fusco. An- 
tenna3 seneo-nigrae , corporis dimidio paullo longiores. Tho- 
rax latitudine paullo longior, cylindricus , antice constric- 
tus, margine postico linea transversa impressus, medio 
tenuiter et obsolète canaliculatus , supra subtiliter trans- 
versim strigosus, obscure cupreus, subtus obsolète trans- 
versim rugulosus , viridi-aeneus , nitidus. Elytra basi iho- 
race duplo fere latiora , latitudine ter longiora, lateribus 
fere parallelis , densius et profundius punctata , aeneo- 
nigra, opaca, apice lateribus rotundata, medio truncata , 
spina utrinque extus armata. Macula? très albae in singulo 
elytro observantur : prima hunierali , secunda in medio 
versus marginem lateralem, tertia oblonga ad apicem mar- 
gini laterali adjacente. Pectus viridi-aeneum , laeve. Abdo- 
men basi viridi-aeneum , nitidum, apice nigrescens. Pedes 
elongati, graciles, setosi, coxis viridi-aeneis , trochanteri- 



4 Magasin de zoologie. — année 1843. 

bus flavescentibus , femoribusnigris, basi dilatatis testaceis^ 
apice bispinosis , tibiis angustis , femora longitudine supe- 
rantibus, nigris, basi fuscis, apice bicalcaratis , tarsis 
elongatis , angustis , haud strigosis , nigris. 

Genus Oxygonia primo a cel. Mannerheim {Bullet. de la 
Soc. imp. de Moscou, 1837, p. 47) inchoatum , a cel. 
Lacordaire (Mém. de la Soc. royale de Liège, jul. 1842) 
receptum, generi Cicindela certe proximum est, etpartium 
oris structura vix discrepat. Palpi labiales quadriarticulati 
sunt, articulo primo brevi obconico , secundo minuto , 
cylindrico, dimcilius ab articulo tertio elongato distin- 
guendo , ultimo modice elongato , apicem versus nonnihil 
dilatato. 



ÏNSKCTES , Pl, 125. 

DESCRIPTION 

DE TROIS NOUVELLES ESPECES d' ORTHOPTÈRES 
de la famille dos phasmiens, 

PAR M. JUSTIN GOUDOT. 



Cette famille, encore si peu étudiée, nous offre des 
Insectes d'habitudes très variées , mais sur lesquels on 
possède trop peu d'observations pour en former un travail 
complet; aussi, sans nous occuper des dernières divisions , 
formées, peut-être trop souvent, sur des caractères peu sa- 
tisfaisants , nous laisserons dans le genre Bactérie les In- 
sectes qui vont nous occuper, jusqu'à ce que des obser- 
vations plus nombreuses obligent à former de nouvelles 
subdivisions. 

Les Pbasmes aptères que j'ai pu observer dans l'Amé- 
rique équatoriale forment deux sections caractérisées par 
des habitudes assez différentes; ils font tous partie du 
genre Bactérie. 

1° Ceux à forme grêle, à mésothorax plus long, à pattes 
antérieures offrant des échancrures, plus ou moins pronon- 
cées à la base, aux côtés externes , qui ont aussi des an- 
tennes plus longues, paraissent être diurnes; car on les 
trouve , pendant le jour, soit allant sur des feuilles ou à 
l'état de repos. 

2° Ceux à forme plus ramassée, qui ont , au contraire , le 
mésothorax beaucoup plus court, à antennes moins longues 
et à pattes antérieures sans échancrure , sont entièrement 
1843. 13 



2 Magasin i>e zoologie. — amvée 1843. 

nocturnes et restent, pendant le jour, cachés sous des 
pierres on des troncs d'arbres. C'est à cette division qu'ap- 
partiennent les Insectes qui font le sujet de cet article et 
qui, plus tard, formeront probablement un petit groupe 
à part, tant par leurs habitudes nocturnes que par la pré- 
sence de petites glandes à sécrétion au thorax. 

1 . Bactérie Bogotienne. Bacteria bogotensis. 
Goudot. 

Cet Insecte est long de 35 millimètres (1 pouce 3 lignes), 
et ses antennes ont 2 centimètres (9 lignes) de long"; il^est 
entièrement glabre, d'un noir luisant ; toutes les pattes sont 
semblables , seulement les intermédiaires sont un peu plus 
courtes, comme c'est l'ordinaire dans les Insectes de cette 
famille. Les articles des tarses sont garnis , en dessous , de 
poils roux; le premier et le dernier sont les plus allongés, 
le pénultième étant le plus court de tous. Les antennes, fili- 
formes et semblables dans les deux sexes , sont composées 
d'un grand nombre d'articles petits , cylindriques , qui 
vont en s'allongeant et dont les deux premiers sont plus 
gros et le troisième plus long que les suivants; elles sont 
insérées au dessus de la lèvre supérieure, entre les yeux. 
La tête est à peine aplatie , un peu verticale , les yeux assez 
grands, arrondis; la languette est divisée en quatre parties : 
les deux intermédiaires plus petites; les palpes labiaux 
offrent trois articles comprimés dont le premier est le plus 
court; il y a cinq articles aux palpes maxillaires , dont 
les deux premiers plus courts , arrondis , les deux autres 
égaux entre eux , un peu comprimés , le dernier conique , 
à peine un peu plus long que les troisième et quatrième ; 
tous les articles des palpes sont velus ; les mandibules sont 
dentées ; la lèvre supérieure courte , en cœur ; il n'y a point 
d'ocelles ou yeux lisses. La naissance des ailes est indiquée 



I a sectes, Vl. 125. 3 

par quatre tubercules rugueux , rouges dans les mâles et 
jaunâtres chez les femelles. Les mâles se distinguent d'ail- 
leurs par une forme plus grêle et la présence d'un tubercule 
fourchu situé sous le quatrième anneau , servant probable- 
ment à contenir la femelle dans l'accouplement. 

Le premier segment du thorax offre supérieurement, 
dans les deux sexes, à sa partie antérieure et latérale, de 
chaque côté, une petite proéminence percée en avant, 
éjaculant une liqueur laiteuse très acre, sécrétée par deux 
glandes oblongues,de 1 centimètre (5 lignes) de long, situées 
intérieurement et latéralement dans la cavité thoracique, 
et aboutissant chacune par un petit canal très court aux 
tubercules déjà décrits ; l'Insecte peut lancer cette liqueur, 
qui est assez abondante (2 gouttes), jusqu'à 33 centi- 
mètres (1 pied) de distance. C'est ce qu'il fait lorsqu'on le 
saisit 1 . 

Ces Insectes ont le premier estomac allongé , le gésier 
globuleux , sans dents à l'intérieur. Je les ai trouvés abon- 
damment près de Bogota , capitale de la Nouvelle-Grenade , 
sous les pierres, aux lieux humides, mêlés avec leurs 
larves , qui ne diffèrent de l'Insecte parfait que par l'ab- 
sence de rudiments d'ailes et par une couleur-grise ; ils se 
nourrissent d'herbes. Leurs œufs se rencontrent épars sous 
les pierres , où ces petits animaux se trouvent aussi réunis 
en grand nombre pendant le jour. Ils sont gris marbré de 
noir, avec l'ombilic grand. Leur forme est cylindrique , 
aplatie aux deux bouts; l'opercule saute lors de l'écîosion 
du petit Insecte ; ils ont à peine 3 millimètres ( l ligne 1/4) 
de longueur. 

Observation. — Je conservai un certain nombre de ces 
Insectes dans un endroit convenable pour en étudier les 

'Depuis inoD retour enEurope j'ai vu que M. Say, naturaliste 
américain , avait déjà fait là même observation sur un autre Plias - 
mien qu'il a nommé Bactérie buprestoïde. (Voyez Hist.nat. des 
Insectes de MM. Audouin et Brûlé, t. IX , liv. 5.) 

1843. 3 



4 MAGASIN Ï>E ZOOLOGIE. ANNÉE 1843. 

habitudes : ils s'accouplaient à la manière ordinaire , et 
restaient dans cet état une journée au moins. La femelle 
déposait ses œufs , qui ne s'élevaient pas jusqu'à vingt , in- 
différemment partout : plusieurs de ces œufs, pondus au 
mois d'octobre, sont éclos en mai de l'année suivante , sous 
l'influence d'une température moyenne de 14° Réaumur. 
Les petits étaient grisâtres et avaient déjà , lors de l'éclo- 
sion, 11 millimètres (5 lignes) de longueur, non compris les 
antennes. On voit, par la grandeur de l'œuf donnée plus 
haut, que ces Insectes ont, au sortir de cet œuf, à peu 
près quatre fois sa longueur. Chaque jour, à la tombée de 
la nuit , ces petits animaux sortaient de leur retraite et se 
répandaient sur les végétaux placés dans leur boîte ; malgré 
mon attention, je n'aifpu reconnaître la plante qu'ils pré- 
fèrent : il se pourrait qu'ils dévorassent indistinctement 
différents"végétaux ; toutefois il m'a paru que ce sont de 
petites graminées. Toute la nuit ils étaient en agitation ; 
mais , au jour naissant , ils se retiraient sous des pierres , 
où on les trouvait entassés pêle-mêle 1 . 

2. Bactérie de Roulin. Bacteria RouliniL 
Goudot. 

Cette espèce , qui se rapproche beaucoup de la précédente 
par sa grandeur, à peine un peu moindre , et sa couleur 
qui est aussi noir luisant, mais moins foncée, s'en distingue 
facilement par la couleur des cuisses , qui sont rouges à 
toutes les pattes ; mais ce qui la caractérise surtout , c'est 
de ne point offrir de rudiments d'ailes ou tubercules. Les 
deux glandes du prothorax existent comme chez la Bacté- 
rie bogotienne; les tarses et les antennes sont aussi de 
même conformation, 

1 Partie de ces observations corroborent parfaitement celles faites 
par M. Lansdown Guilding sur une autre espèce de Bactérie de la 
légion équinoxiale de l'Amérique. 



Insectes, Pl. 125. 5 

Elle est beaucoup moins commune que la précédente et se 
rencontre dans des localités plus élevées et, par consé- 
quent, plus froides, désignées généralement sous le nom 
de Pararnos. 

3. Bactérie du Quindiu. Bacteria quindensis. 

Cette espèce, plus grande que les deux précédentes, 
est longue de 41 millimètres (18 lignes); elle est toute 
d'un brun terne , glabre , un peu rugueuse supérieure- 
ment , couverte de très petits poils roux , nombreux 
v aux antennes, aux pattes et sur toutes les parties infé- 
rieures du corps ; le mésothorax offre quelques petites 
aspérités à sa partie antérieure , et les segments de l'abdo- 
men , chacun supérieurement à la partie moyenne et posté- 
rieure , une petite arête formant une sorte de carène peu 
prononcée sur la longueur de l'abdomen : elle n'a pas, 
non plus , de rudiments d'ailes ou tubercules , tandis qu'elle 
offre aussi les mêmes glandes du prothorax. Toutes les 
pattes offrent une teinte plus claire que le reste du corps et 
ont les articles des tarses comme les précédents; les an- 
tennes s'allongent un peu plus dans cette espèce que dans 
les deux précédentes , atteignent la longueur du corps, et 
leurs articles sont aussi plus allongés. 

Elle habite dans la région froide de la Cordilière cen- 
trale de la Nouvelle-Grenade, où on la rencontre sous des 
troncs d'arbres tombés. Elle vit isolée , deux ou trois indi- 
vidus ensemble , ainsi que la Bactérie de Roulin. 

Les mâles de ces deux espèces n'offrent pas le tubercule 
fourchu situé sous l'abdomen et qui se trouve seulement 
sur ceux de la Bactérie bogotienne. 

J. GOUDOT, 



Magasin de zoologie. — année 18 il 



EXPLICATION DE LÀ PLANCHE 125. 



I , 2. Bacleriabogotensis mâle et femelle de grandeur naturelle. 

3. Sa tête grossie et vue en dessus. 

4. Labre. 

5. Mandibules. 

6. Mâchoire et son palpe. 

7. Lèvre inférieure et ses palpes. 

8. Antenne du mâle très grossie et de vingt articles. 

9. Partie postérieure du thorax et abdomen du mâle vus de profil. 

10. Extrémité de cet abdomen vue eu dessus. 

I I. Tarse antérieur. 



Nota. Ces trois Insectes appartiennent au sous-genre 
x Anisomorpha de M. Gray (Sjno sis ofthe spécifie of Insects 
Belongïng the family of Phasmidse, p. 18). 

GUÉRIN -MENE VILLE. 



Insectes , Pt. 126. i 

G. CENTRIOPTERA. Mannerheim. 

FAMILLE DES TENEBRIONITES. 

antennes moniliformes , les articles premier et deuxième 
très courts , le troisième allongé , presque cylindrique , les 
quatrième à sixième trois fois plus courts que le troisième , 
presque carrés , les septième à neuvième lenticulaires , 
arrondis et comprimés , le dixième court , transverse , et 
presque en forme d'une petite coupe ; le dernier petit , ar- 
rondi, pointu à l'extrémité. Labre à découvert, arrondi à 
l'extrémité et cilié. Mandibules dures, robustes, unidentées 
intérieurement , arquées vers l'extrémité, qui est échan- 
crée. Maxilles à consistance de cuir, extérieurement mem- 
braneuses, ciliées en faisceaux , édentées. Menton dur, à 
trois carènes , échancré à l'extrémité. Lèvre à décou- 
vert, profondément échancrée, ciliée. Palpes ayant tous 
leur dernier article à peine plus long que le précédent , 
presque obconique , tronqué à l'extrémité. Corps oblong , 
aptère , le faciès à peu près d'un grand Carabus. Tête avec 
le chaperon arrondi et la partie jugulaire très rugueuse, 
dont l'espace du milieu est triangulaire et offre des rugosités 
en travers plus fortes. Pattes robustes; les cuisses gros- 
sissant un peu vers l'extrémité, profondément creuses du 
côté intérieur; les jambes offrant une aspérité de poils 
roides, courts, bi-épineuses à l'extrémité ; les quatre paires 
antérieures un peu arquées en dedans, les deux postérieures 
un peu arquées en dehors. Tarses à articles comprimés , 
convexes , les premier et quatrième munis , de chaque 
côté , d'une petite épine ; les crochets du dernier article 
robustes , courbés , inermes. 

Le nom dérive des mots grecs ksvtçiov, épine, et -srrgfoj/, 
aile. 

Ce genre , quoique établi sur un Insecte aptère, et consé- 
quemment devant trouver sa place dans la famille des Mé- 
1843. 13 



2 Magasin de zoologie. — année 184-3. 

lasomes , doit cependant être rangé parmi les Ténébrio- 
nites, à cause de la conformation des parties de la tête, 
des pattes et des tarses. 

C. caraboides. Mannerheirn. 

Nigra, nitida , capite profunde parce punctato , ihorace ely- 
tris latiore , subcordalo, auguste reftexo-marginato, subli- 
lissime sparsim punciulato , elylris profunde striato-punc- 
tatis , lateribus posterius trifariam spinulosis. 

Long., 30 millim. ; larg , 9 millim. 

Mannerheirn, Beitrag zur Kafer-Fauna der Aleutischen Inseler, der 
Insel Sitkhas und Neu Californiens, p. 107 et 108, 322. 

D'un noir luisant. Tête profondément ponctuée, la 
ponctuation plus serrée sur le devant , le front et le vertex 
lisses, le labre rougeâtre et les yeux bruns. Corselet à ponc- 
tuation très fine et éparse , avec deux petites impressions 
obliques sur le dos après le milieu. Ely 1res striées par des 
fovéoles imprimées , rangées en séries , ayant sur les côtés, 
postérieurement, trois rangées d'épines, la rangée exté- 
rieure commence au milieu et offre des épines plus longues 
très aiguës; les deux rangées intérieures sont plus courtes 
et présentent des épines plus petites et plus obtuses. Le 
dessous du corps offre une ponctuation rugueuse éparse , 
mais assez forte. 

Ce remarquable Insecte habite la Nouvelle -Californie , 
d'où, il a été rapporté par M. l'amiral Wrangel. Il en existe 
un seul individu dans le musée de l'académie impériale 
des sciences de Saint-Pétersbourg. 

Comte ?fIANNERHEIM. 



Insectbs, Pjl. 127. 1 

G. ELEODES. Eschscholtz. 
E. GIGA.NTEA. Mannerheim. 

E Ion gâta , 7iigra, supra nitida, thorace rotundato , supra con- 
vexo, basi apiceque latiludine œquali , femoribus muticis ; 
elytris subtiliter granulato-punctatis , maris versus apicem 
sensim attenuatis, ftminœ sesqui latioribus, pone médium 
dilatatîs, apice subito angustatis. 

Mâle : long. , 34 millim.; larg. , 10 millim. 
Femelle : long. , 36 millim.; larg., 12 millim. 

Mannerheim , Beitrag znr Kafer-Fauna der Aleutischen Insein, der 
Insel Sitkha un.d Neu-Californiens, p. 95, 206. 

Elle se rapproche , par la forme , de YEleodes dentipes , 
Esclisch. ; mais elle est beaucoup plus grande et plus allon- 
gée , entièrement d'un noir luisant. Tète presque arrondie, 
parsemée de petits points très serrés ayant, à chaque côté, 
au dessus des antennes, une impression, et une troisième 
sur le vertex, toutes assez faibles; chaperon très légèrement 
échancré au devant , un peu sinué et relevé en pli sur les 
côtés ; yeux oblongs , à demi couverts postérieurement] par 
un lobe de ia tête. Antennes à peine de moitié plus longues 
que la tète , le troisième article à peu près quatre fois 
plus long que le suivant , les quatrième à septième obco- 
niques, le huitième aussi obconique , mais un peu plus 
large , les neuvième et dixième arrondis, comprimés, le 
dernier un peu plus étroit, arrondi aux côtés et terminé en 
pointe. Corselet deux fois plus large que la tête au milieu , 
presque aussi long que large , antérieurement et à la base 
égal en largeur, ayant le bord antérieur largement échan- 
cré, avec les angles obtus et la base très légèrement émar- 
ginée au milieu , avec les angles presque droits , très 
arrondi sur les côtés ; bord partout finement inarginé, une 
1843. 13 



2 Magasin oe zoologie. — année 1843. 

ligne transversale imprimée à la base , mais peu distincte , 
le dos convexe , parsemé de petits points. Dans les femelles 
l'on aperçoit deux enfoncements très légers au milieu du 
dos. Ecusson transverse , ponctué et rugueux à la base , 
lisse vers la pointe, qui est arrondie. Elytres à la base 
plus étroites que le corselet dans son milieu et très légère- 
ment bi-sinuées,avec les angles huméraux un peu saillants 
et le bord antérieur replié ; elles ont plus de trois fois 
la longueur du corselet; celles du mâle sont, au delà 
du milieu , presque cylindriques , atténuées vers le som- 
met, avec l'extrémité en pointe; dans la femelle elles 
sont moitié plus larges que chez les mâles , et commencent 
à s'arrondir sur les côtés , depuis les angles huméraux, 
étant atténuées vers l'extrémité , beaucoup au delà du 
milieu et plus obtuses au sommet. Dans les deux sexes 
elles sont très convexes en dessus , parsemées de points 
plus fins que sur le corselet et qui , vus à la loupe , sont 
granulifères ; le bord infléchi est très largement marginé. 
Le dessous du corps est, par-ci par-là, irrégulièrement 
strié , avec les deux derniers segments de l'abdomen assez 
fortement ponctués et la partie jugulaire de la tète très ru- 
gueuse et granuleuse. Les pattes sont assez longues et 
robustes, très fortement ponctuées ; les cuisses sont iner- 
mes , édentées , et les jambes munies de poils roides, noirs 
et très serrés. 

Cette espèce a été rapportée de la Nouvelle-Californie 
par M. le contre-amiral Wrangel , ancien gouverneur des 
colonies russes en Amérique, et fait partie du musée de 
l'académie impériale des sciences de Saint-Pétersbourg. 

Comte MANNERHEIM. 



Insectes, Fl. 128. 1 

G. ELEODES. Eschscholtz. 
E. sulcipennis. Mannerheim. 

Elongata, nigra, opaca, capite profunde punctato, ihorace 
subcordalo, latcribus tenue rejlexo-marginalo , subtiliter 
punctulato, elytrîs oblongis, profunde sulcatis, postice per- 
parum dilalatis, apice atlenuatis, valde declwibus,femori~ 
bus anticis dentalis. 

Long., 33 millim.; larg. , M millim. 

Mannerheim. Beifcrag zur Kafer-Fauna der Aleutischen Insein, der 
Insel Sitklia und Neu -Californien s , p. 94, 204. 

Entièrement d'un noir obscur. Tête presque arrondie , 
avec une ponctuation très serrée, qui est assez profonde 
sur le devant et laisse une aréole lisse antérieurement sur 
le front ; chaperon échancré au bord antérieur, devant les 
yeux , légèrement sinué aux côtés et un peu relevé sur la 
base des antennes ; yeux oblongs , bruns, à demi couverts 
postérieurement par des paupières rugueuses. Antennes plus 
de deux fois plus longues que la tête, d'une conformation 
semblable à celles de YE. grandicollis. Corselet plus de 
deux fois plus large que la tête , plus court que large, bord 
an teneur largement échancré , avec les angles presque 
obtus sur les côtés, surtout avant le milieu, très élargi et 
arrondi , puis atténué vers la base , celle-ci de largeur 
presque égale au bord antérieur, un peu échancrée au 
milieu avec les angles obtus , médiocrement convexe en 
dessus , à ponctuation fine r non serrée , étroitement mar- 
giné sur les bords latéraux et à la base , où la marge se 
confond au milieu avec la surface. Cette marge est aussi 
assez repliée aux bords latéraux. L'écusson court , trian- 
gulaire , lisse au milieu , avec la circonférence striée-ru- 
gueuse. Elytres antérieurement un peu plus larges que la 
1843. j 3 



2 Magasin de zoologie. — animée 1843. 

base du corselet , très légèrement bi-sinuées à la base avec 
les angles numéraux un peu saillants ; elles sont trois fois 
plus longues que le corselet , très peu dilatées sur les côtés, 
ayant leur plus grande largeur beaucoup au delà du 
milieu, très déclives en arrière et pointues à l'extrémité, 
presque déprimées en dessus, ayant les bords infléchis 
marginés , indistinctement sillonnés et granulifères ; sur 
chaque élytre il y a huit sillons profonds, dont le fond est 
comme râpé de petites granules ; les intervalles des sillons 
sont à peine convexes , avec des petits points imprimés , 
épars , granulifères. Le dessous du corps offre une ponc- 
tuation éparse avec de petites granules mêlées entre des 
strioles visibles à la loupe ; la partie jugulaire de la tête est 
très profondément rugueuse en travers. Les pattes sont 
allongées et ponctuées , les cuisses grandes et comprimées, 
les antérieures munies intérieurement d'une forte dent ; 
les jambes sont rugueuses, avec des poils roides , noirs. 

Cette espèce a aussi été rapportée de la Nouvelle-Cali- 
fornie par M. l'amiral Wrangel , et se trouve conservée 
dans le inusée de l'académie impériale des sciences de 
Saint-Pétersbourg. . 

Comte MANNERHEIM. 



Insectes , Pl. 129. 1 

G. ELEODES. Eschscholtz. 
E. pimelioides. Mannerkeim. 

firevis , nigra, opaca, capite thoraceque lateribus rotimdato 
crebre rugoso-punclaiis , eiylris subquadralis , apice vaide 
declivîbus, dorso deplanalis, crebre granulatis , granulis 
reclinatis asperis piiiferis. 

Long. , 14 millim. ; larg. , 7 milliiii. 

Mannerkeim. Beitrag zur Kafer Fauna der Àleutisclien Insein, der 
InselSitkha und Neu-Californiens , p. 102, 220. 

Cette espèce se distingue de toutes ses congénères par sa 
forme courte et large ; elle est entièrement d'un noir obscur. 
Tète presque arrondie, à ponctuation profonde, serrée et ru- 
gueuse ; chaperon profondément échancré au devant, bi-si- 
nué latéralement , avec un lobe arrondi, relevé en pli sur 
les yeux, ceux-ci en forme de rein, postérieurement à demi 
couverts comme par des paupières rugueuses. Antennes à 
peine plus courtes que la tète et le corselet réunis, gros- 
sissant un peu vers l'extrémité, le troisième article plus 
de deux fois plus long que le suivant , les quatrième à 
septième égaux en longueur, obconiques , le huitième un 
peu plus large, triangulaire, comprimé, neuvième et 
dixième arrondis , lenticulaires , le dernier arrondi sur les 
côtés et presque pointu à l'extrémité. Corselet de moitié 
plus large que long , antérieurement et postérieurement 
égal en largeur, légèrement échancré au bord antérieur , 
avec les angles obtus , très dilaté et arrondi sur les côtés , 
brusquement rétréci vers la base, qui est coupée carrément 
avec les angles droits , finement marginé sur toute la cir- 
conférence , convexe en dessus , à ponctuation profonde, 
serrée et rugueuse. Ecusson en demi-cercle, très rugueux. 
1843. 13 



2 Magasin »e zoologie. — année 1843. 

Elytres ayant la base plus large que celle du corselet , à 
épaules arrondies, trois fois plus longues quele corselet, très 
peu arrondies sur les côtés , vues du dessus, presque car- 
rées, très déclives vers l'extrémité, qui est atténuée et arron- 
die , presque déprimées sur le dos, avec la suture un peu 
relevée ; toute la surface supérieure et les bords infléchis 
sont couverts de granulations très serrées, et les granules 
sont inclinées postérieurement et munies chacune d'un 
poil noir, roide ; il y a aussi deux carènes élevées sur le 
bord infléchi, en dessous. Le dessous du corps et les pattes 
sont ponctués et rugueux. 

L'Insecte décrit , rapporté de la Nouvelle-Californie par 
M. l'amiral Wrangel, se trouve aussi dans le musée de 
l'académie impériale des sciences de Saint-Pétersbourg. 

Comte MANNERHEIM. 



Zoophytes, Pi. î). 



G. FONGIE. Fungia. Lamarck. 
F. difforme. F. distortQ. Michelin 



F. libéra , suborbicularis -, lobata , subtus irregulariter con- 
cava, striata , scabra ; striis tenuissimis , dichotomis, sœpe 
divaricalis, rugosis ; Stella convexa, conlorta , lamellosa ; 
latnellis inœqualibus , dentatis , ad latera granulosis ; 
lacuna centrali subdivisa. 

Diamètre, 40 à 45; hauteur, 10 à 1? millim. 

Fungia distorta, Michelin. Revue zoologique par la Société Cu- 
vierienne , 1842, p. 316. 

Habite 



Ce Polypier, remarquable par sa forme irrégulière et par 
ses cinq à six lobes de grandeurs diverses , dont un paraît 
inférieurement se superposer aux autres , me semble d'au- 
tant plus devoir constituer une espèce, que j'ai eu entre les 
mains quatre individus présentant tous les mêmes carac- 
tères. Les lamelles sont droites ou recourbées , finement 
dentées et granuleuses des deux côtés. Les stries inférieures 
sont rudes au toucher. 

Ma collection. 

H. MICHELIN. 



1 8 ï S , i? 



Zoophvtes, Pi.. 6. 1 

G. FLABELLINE. Flabellum. Lesson. 
F. de Lesson. F. Lessonii. Michelin. 

F. liberum, compressum , cuneatum , partç inferiori alatum ; 
exteriore strigalo, rugoso, roseo ; Stella oblonga, lomellosa ; 
lamelîis albidis, granulosis, duodecim maximis elevatis , 
duudecim mediis, viginti quatuor minimis , centro profundo, 
papilloso , alis complanatis , granulosis , basi truncata. 

Hauteur, 10 ; largeur, 10 ; petit diamètre, 6 ïniliim. 



Habite. 



Cette jolie espèce, dont nous n'avons jamais vu d'autre 
échantillon que celui que nous possédons, aurait, sans les 
appendices aliformes qui l'accompagnent , quelque analo- 
gie avec la Turbinolia crispa , Lnik. JNous ferons observer, 
à cette occasion, que Pallas (Elcuchus zoophytorum , in-8°, 
p. 305) a décrit , sous le nom de Madrepora trochiformis , 
un Polypier qu'il annonce se trouver vivant dans la mer 
des Indes et fossile à Courtagnon. Nous doutons d'autant 
plus de cette analogie, que l'espèce si commune à Courta- 
gnon, Grignon et autres localités du bassin Parisien ne pa- 
raît jamais avoir été fixée , tandis que celle des Indes aurait 
vécu attachée au fond de la mer. Peut-être est-ce un indi- 
vidu roulé de notre espèce qui aura été cause du rappro- 
chement fait par Pallas? 

Nous avons dédié ce Polypier (Reçue zoologique, 1842 , 
p. 119) à M. Lesson , savant naturaliste , auteur du genre. 
Ma collection. 

H. MICHELIN. 



1S'j3. 13 



Mac/, de Zoologie > iâ£3 . 



Oùreaux . PI- 3o 




( rll 1 ra V a ( ïsierea . a- a,/;.,. 



Mai/, de Zoologie* ■ j.%3 ■ 



Oûreauoc . JV ■ Sx 




\ * J \C 1 1 S jlfage Hazucus , m 



0' />,//,-. ,/,/. 



tr>/>t',/<>/i</i<- .'<• 



_ 



Mao. de. Zoolqpïe . iâ&3 



OLreauj? . J?l . 3 2 . 




DéncLro co I a p tes trùmçu/< 



/1/ Y, l' . De /.ii/rf.i'Mi/c 



P. /'/>•>/,• dot- 



Ma</. de Zooloyie . /8£3 . 



Oùreauas. PL 33 




( yClftrlliS TlCçrtrOJ'triJ' , n- /.<i/hv/i.n/ t - 



/tlV/tt'/tl/ l'tllf ■ 



tii/Kiii'ucAc . 



tfag. de Zoologie . iS43. 



Oiseaux PI $4- 





a a 



(ataniblvihvnchns dt'adema »<■ /..>/>■•■■■> 



./. 0\r,;-in- ,/.■(■ 



Maa. de Zoologie •-. sSy3 . 



Ûiseazc± ■ FL. 3i> . 




Conirostrum Albîf 



'UOlfVOll.r . Lq/remayc 



Maa.de Zoo baie/. tâfS. 



Oiseaux,. /Y. 3ê 




Y*\ï 




Œufs du Grotophacra Ani . &**& 



1 Hamond imp . 



-Jtntirdsiuchc 



\/aç. (/c Zoo foo <îe . /o'43 ■ 



Oireaux. /'/ ,'>' 













^ 



Œuf 

//// /ttipii'o/a Peruoiana 



~\ lùinond ïuif 



Ma<j- des Zoologie . i8Ç3. 



Oiseaux ■ l'1 . 3â ■ 




Œuf* du Caurale . 
En/ypy</a p/uj/c/io ide*r 



' lùi)ii>tii! imp 



Al/Kj . de Zooloçie ■ j <>.'/..''> 



OLreauxs. PC 3th 







'/2 qr, TV. 



I ' 



Àm |) O ! 1 S an /•(>(> yx'c///j' . de tapes, 



Ni A'cmotul iinp 



Uuiedoticfic .iv 



M<uj. de. Zooloqïe. i8£3 . 



OùrâauiC . PI. 4û ■ 




AnipcllS arcuata , De /,y,v,/ 



1. h'cmt'iiil i//i/> 



/////. Je /.oo/oqîe. zSÇS. 



OLreaz/j: //• // 




Ta nacra Par\j/daM. /><■ 



I A "ii'iiif imp 



- Zoologie. . iâZ/3 . 



Oûreaztac ■ PL ■ b - 




Tau rota Pretrei 



fie f.o/ra-ritiue 



. i3Jt3, 



r> . j. , 




Ta n a ffra .1 "wrovirîdLr, »<■ laflresMfy 



Jfh</ <fe Zoo/oçie. ■ iô£3. 



Oiseaux. Pl.^f. 




rpTtl c/irn/soptera . a- /.«/}■<* 



Prêtre nin.r 



Ni Kèmonâ "»/• 



de /foolopie ■ . .18 if 3 ■ 



Oiseaux. . /'/ ■ jJ ■ 




Pipra ûznd< 



<'/ ■ rarKudak* 



Jf"" </,• /./>/i,///(v//,ire, pùna 



Semand, ùnp 



M<u/. t/e Z(>o /<>(//(' . nfy3 . 



MoUuurçitej- . PL 6\> . 



. 



.■■--- 



S 



0k 



Il CI II A c//\c/<r/(t Rectui 



Mac. de Zoaloaîe . jâ#3 . 



J/o//f/jya<\r . /Y. (h. 







BulimUS MallecUus, 



] SAnend ùnf> 



JAzy ■ de Zooloaî& . j8£3 . 



.l/o//a<r</Ui\>: //. 62 





JWilimus fùlouratus. 



///(/. de Zwloaie . /<#/<? ■ 



ToIZusçztes ■ PL (M 





1. Limax rustiea,- , ma*. 

2. Paludîna deàpiens, Mina. 



If. Remoiut tmp 



J/ay, de Zoologie ■ /Sj.o. 



Mollturquef . PI . 64 





l "nio 

l. U. A'njrrrc/i.r/s. 2.C. Marwa . Millet 



X. Hcnunul im/> 



Annedouchi 



:\fuç ■ de Zooloaie ■ iâfr3. 



Mollusques. l'I 6l> 





ftliiiinus Powijtanus. r,- 



r Rèmtmâ imp. 



Maf. de Zootoçie . rm- Mollusques . /'/ 66. 



à 




!) 



lin II 11) US. sub.nmic/au 



/'n-/i, /ii/i.r '< l'cmond ùnp 



Mao. de Zoologie ■ /6j^ . 



l/eû'u. -<///<:<■ ■ /'/■ (>- . 





Ruliiiuis Goiidotiv , p* 



1 lîcnuiiiil i/ti/i . 



. Xnnedottcht 



Maàide. Zoolvoîe .///.>' 



iVoUtutfuej-- PI. M- 






Carocollfl Jithplan/ittv . /'< 



Rémoni imp 



Mcuj. de Zoologie . /SÇ3 . 



Mollusques ■ /'/. Op 




G a strocl œn a mœdiàUn 



« . Speiyle. 



/tèiitûnd im/< . 



l'i/t. ,/,-.:■,.',, .; 



Mtiq- de Zoolûaie ■ liï^.l . 



MoUiwçuej'. /'/. yc 




Gaistrochœiia 



modioltna , tycryler 



-Vay. de Jïoo/oçie . 184,3. 




Mottusçuecr . FI. y 2, 





(on us 0e&rsr/>ùï . /,-,., 



Bênwnd 



.//<-?•//. de Zoo/tu/i'e . i#j3 . 



Mollusques. /'/ j3 . 



'é- 




s 




Cwlostoma JVaticaides, JUOm 



Map. de Zvo/oyie . iâ£3. 



-Vo/ùi.xfiw.r . /'/ 





Cvclosîama <*£&**&,,. *** 






JmteJmtrét .., 



Myr. de Zoologie . iâ^3. 



J/o////jy///w . /'f.jj. 





Pirpa A 



/•a (a . Beeltt 



Prêtre j,,,,,- 



AnnedoUcA* 



zâ£3 ■ 



âlotàifçuej' // . jt>. 





Papa JeAemu* 



./.<;. /'r,Wv . y--/. 



Aniifditttcht 



Minff.de Zoologie. /Sj3 



\foliiunffti\r '. 




Cas t a lia /),,,>,•<•/, 



JTaç. de Zoo/ogie . iS^.3. 



JfoUttJ-çucj- . Pl.yS. 






\ 



N 



I & •■oumd ùnp ■ 



t/m,t/< nu '■■ 








JMioJas Spatkuti 



^/>a(/iu(a(<t . />,:,■/,„,„: 



Vu,;. ,/<- Zoo lo aie . /itj.'/ . 



Mollusques . PI. 80 . 






Mesodcsma /< 



Ota , Oej-haqe. 



thiol.u /,. 











cl Woamentin 



fjamcnitiui . /><■.,■/„, 



wloaie ■ /<'/&3. 



'f<//J//,iy/u\r ■ /'/{'I. 














LlU'i 11 A ( orrtiqata ■ /><■.,■/,„,/<■,,■ 



." ri. m,/ un /> 




innedûieir. /'/- ^ 



"\ 











| } ll\ llodocr .r,t,r/'<;>Ar , m- <>„.,„, ■/.;.* . r . 



/!.,,,.;•./ ,,>,/• 



.//,/// </<■ Zoohâie ■ iS£3. 



l/t/U'/à/<\r ■ /'/ ■ 2 



&s 



K 



' 




I l 













iet2, JEunico \i>/uif,i , i>.- t>„.r/r,-/„y,:, 3 à,â t Lomtïrineria peaùu/hm., />. 

a et /<>, Vonia foù'acea,, Aiut . «t Jtàn . 



/<ff/H>/t<f l/ltp 



tifao. de Zoo/ot/i'c . i&43 . 



A///tt'/f'<fe.r ■ 1*1.3 




%*> 











m 




i -, 



Sh^ 










njp f) \ 




G- Mctlac&cerar t .»,■ çuaogtyor, 

/<r<>\ M h'f'/tr/t/f , ■ 7 ecf, M. /(//i<///<><i//-/.r. />,<>. 



n, ,i ,/,/ 



i . A".,,,.,,,./ ;,„/., 



!,,,„. /,„„■/,.■ 



BEur-. de Zoologie . /S^3 



Ifurcotej'. /'/■ jo- 





PlïOnillS .<tm//u(/u'p('/i/u.r, Chemvba 



! /?. mtt/ii/ mi/> ■ 



Mcu?- de Zoologie/. i8£3 



/noCitci . /'/■ n>S '■ 





j. 6 . 




Dci'OS tCTLTlS quadriliruiaàij, Ckmviat. 



I Itemond. irn/>- 



Afqy. i/c Zoologie , ifl^'i ■ 



f/urectes. Pl.ioq. 




Vftâ . 



I'i-l>ii>r-.f t /.-//■ 



Un? -de Zoologie . /#£3 . 



Insectes- /'/■ no 




Remette 



I. Héawnii imp- 



Mag. d& Zooloçîe ■ j#43 ■ 



Jn<recée*r- Pf ■ -in 




Dynastes ffyiïuj-, aima**, 

fraie I 



I Bémond- t/np , 



Mtu/ . de Zoologie*, jj843. 



Insectej- PI ■ uz 




(Femelle- ) 



1 Ttàrwndànp. 



In/ut/i'iu/if .ri- . 



J/i.y de Zoologie,. i8fr3. 



Insecte, r , /Y ■ u3 






Triclioderes 



f>i/u t Cheorol 



Rejnorui. imp 



Afa</. de Zoologie* ■ iSfrS ■ 



Insectes. P/i/4- 




Si) Il ex Pan Uni 



L'Ill ■ (hu/ii:-M ■ 



Mac/, de Zoologie/, il 



Insectes . />/. //,>'■ 






Pompitus . 

/. P. Graelsii. 2. P. Bretorui 



Y. IMmmnd. ''«/' ■ 






-'f(i!/. de Zoologie . LÔ43 ■ 



Insectes- J'f ■ u6 '. 






PômpiluS PaulùvCerU . o;u,,n-M 



Mœa . dey Zoologie- . z Sç 3 . 



/n^rectcr ■ /'■ ■ u > 




C ordu lia , îplendens, nau ■ 



i Rdmond, vnp 



d& Zaoloqic . jS43. 



Insectes, fl ■ 128 . 





Ilcteropalpus prefoosus, ****. 



. InnrJoiu-hr si 



!/,.'</. (le Zoofoqie '-. i8&3. 



/j,.,rrlr.r /'/. //,, 






Slonidia Edzvcwdsil . a» & 



l Ttèmond imp 



IftK/. de Zûofopie. i#4'> 



Irurecter. PL 220. 






' <^v 




Met amarphoses 

du /Uifir-cili.r mni-in/m 



.ïïntf i/f Xoo/oi/ir . tâ£3. 



I ruer ter ■ J'I 121 










-«m 



=% 

__ 




; 







Métamorphoses 

du Buprwti* aiçriana 



Ottaoio Monta ,/<•/. 



\ A', a 11 vit/ iinp 



Maq- de Zooioyic . i8/f,3 . 



Insectes. PI. 122. 




1 Eli IÛ Cil CS Venus tus, FùrOter. v„k 
Z ld- ïd . ùt. Femelle 

3 Poilipihis Jesqnuaùeruj , />:,</„■/ 



inum/L, ùnp 



v> 










■I 
I- 



Vaç. de Zoaloaie ■ i#43. Insectes. PL ^4 





i. Myrmecoptera egregîa > 

) (rcrmar 

2. Oxvoonia dentiperavùf ) 

1 Rémand ùnp. 



tftuj.. de Zoologie . i#fr3 • 



Insectes ■ Tl . 12 S 




/■:„/. /;»/■// ,m. 



Bactcrîa /ioqotensùr ■ Cou.toi 

I . lùmond inifi. 



UxneJoiu'he 



Ma<j. de Zoobaie. iS&3 



Insectes . /'/■ '- 





CentTlOptera ramôoùù\r . Meumerhm*. 



/.:■»,.. „,/ ùnj> 



Van. (/c Zoologie /î>j?> 



ïnsect&r ■ 17. 12; 




El Codes aiaazUi 



// Miin/ifi/i, 



Ma-g. (/c Zooiçaie , i8fr3, 



ln<recte*r . 1*1 '. J2Ô '. 




Eleodes Su/cipetuvûr . Mannaf,.;. 



j/, v . de Zoo/oyû' . iâ£3 



bisc-rh'.r ■ PI 'V> 




]'..l CodcS /^'/nt'tt'oùù'ti' . dÊBauusrheàn 



T. Mcmond ùu/> 



l/i/i<;/,>tn/.< 



Mac. i/c Zoologie • 'i8fa3. 



Zoopkyt&r • PL 




S@h 



m 



m* 




W 



Kuiuvia dur* 



tortCL . âScAetài 



Prêtre , plruc 



RemontL, /////> . 



Mag. de Zoologie ■ /^4^ 



Zoophute*f ■ PI- b ■ 











riabclluin Za 



\\eonfi , Hic/u-tui 



I'/\ : />r /'iin 



1 . Rdmond i»<p 



innedaucfu 





4fil 





^'\J 


{ "' 




k^ rU- f^ 




,-/l 


'i 


fl 




£& 




>.:;•- ■-' 


"."^X 


m™ * 




t^ ' 


/^_^/ * 




\^-- < 













■ë SC f 



?■•-•?'■'* 









£m 



*m 



1 *& ■■ 



^*cî 







**;..;